Archives pour la catégorie Organisation des frères musulmans

La confession d’un repenti sur la confrérie des Frères Musulmans

HomeInternational  La confession d’un repenti sur la confrérie des Frères Musulmans

La confession d’un repenti sur la confrérie des Frères Musulmans

By La redaction de Mondafrique -3 septembre 201958PARTAGES508

D’après un ancien dignitaire de la Confrérie, Abdul Rahman bin Subaih Al Suwaidi,« les Frères musulmans noyautent les ONG, les organisations liées à l’Union Européenne et à l’ONU ». Autant d’affirmations  d’un « repenti » que Mondafrique a décidé de verser au débat sans adhérer à toutes les thèses défendues par ce dernier.

Par Ian Hamel, de retour des Émirats

Alors que les États-Unis envisagent de classer les Frères musulmans comme organisation terroriste, un ancien dignitaire émirati affirme que la Confrérie entretient des liens avec les djihadistes.   

Dans un ouvrage de 177 pages, dont le titre peut se traduire par « Ken Penjar. Mon histoire avec l’Organisation des Frères musulmans », Abdul Rahman bin Subaih Al Suwaidi détaille les 35 années qu’il a passé au sein de la Confrérie. Actif dans les projets caritatifs en Afrique et en Asie, cet Émirati aujourd’hui âgé de 55 ans a voyagé dans le monde entier. Quand les Émirats arabes unis (EAU), avec l’Égypte, décrètent la Confrérie organisation terroriste, il est contraint de fuir son pays. Il se réfugie en Asie.

Mais en Indonésie, il est pris avec de faux papiers et incarcéré. « Ken Penhar » – comprenez « jetez-le en prison » – c’est ce qu’il entend avant d’être enfermé dans une cellule. Sa vie bascule, d’autant que la Confrérie l’abandonne.

Pourtant, il avait été nommé en 2005 au Conseil de la Choura. Ce Conseil a les fonctions de planification des politiques et des programmes généraux de la Confrérie. Ce qui donne un certain poids à son témoignage  

Sous influence à 14 ans

Notre moine soldat décide de rompre avec cette organisation. Amnistié par les Émirats, il est revenu à Dubaï, sa ville natale, où nous avons pu nous entretenir avec lui, en présence d’un interprète.

Prudent, cet homme plutôt grand, mince, à la barbe grise, a préféré s’exprimer dans une chambre d’hôtel. Il ne nous a pas demandé de relire l’article avant parution.

L’ancien Frère musulman affirme ne pas craindre pour sa vie aux Émirats, même s’il reçoit sur les réseaux sociaux menaces et insultes. « Trois autres Frères musulmans viennent eux aussi de quitter la Confrérie. Comme moi, ils sont libres de leurs mouvements », assure-t-il.

Abdul Rahman bin Subaih Al Suwaidi, fils d’un pêcheur devenu fonctionnaire, n’a que 14 ans quand il est approché par des Frères musulmans. Collégien à l’école d’Al-Mahalab, c’est un élève particulièrement doué en mathématiques. Il est sollicité pour rejoindre l’association Islah chaque jeudi. Comme il donne satisfaction, il franchit une « première barrière », ce qui signifie qu’il est invité à participer à une réunion le lundi, « mais je ne devais pas le dire aux autres et je devais garder le contenu secret », explique-t-il.  

Hassan al-Banna disciple des francs-maçons?

Le fonctionnement de la Confrérie serait partiellement copié sur celui de la franc-maçonnerie. L’Émirati parle de « barrières de confidentialité », des grades, qu’il franchit les uns après les autres, en jurant de garder secret sur ce qu’il apprend dans chacun des cercles. L’Égyptien Hassan al-Banna, le fondateur des Frères musulmans, se serait-il effectivement inspiré des francs-maçons ? Ce n’est pas impossible.

Instituteur à Ismaïlia, sur le canal de Suez, à partir de 1927, il fréquentait des Britanniques. Pour preuve, peu après sa création, la Confrérie a reçu 500 livres égyptiennes de la part de l’Agence du canal de suez, afin de construire sa première mosquée. Ce cloisonnement permet depuis des décennies à la Confrérie de résister malgré la répression, les multiples interdictions. « Si le Guide général [murshid ‘âmm) est en Égypte, en revanche, les principales structures sont installées en sécurité à Londres et en Grande-Bretagne. N’imaginez pas un siège où se réuniraient les principaux dirigeants, mais une multitude d’organismes, de sociétés, d’associations, qui n’ont officiellement aucun lien avec les Frères musulmans. Je ne connais pas les têtes et les services secrets occidentaux non plus », assure le Frère musulman repenti.      

L’humanitaire a bon dos

La grande force des Frères musulmans consiste à ne pas avancer à visage découvert. Ils choisissent une association humanitaire totalement indépendante de la Confrérie. « Ils entrent en force, incognitos. Comme ils sont disponibles, dynamiques, ils accèdent rapidement à des postes de responsabilité. Ce qui leur permet d’orienter les choix de l’association, dont le président ou le secrétaire général ne se doutent de rien », raconte Abdul Rahman bin Subaih Al Suwaidi.

Résultat, l’association humanitaire infiltrée sans le savoir va mener des actions caritatives au Mali ou au Pakistan souhaitées par la Confrérie. Dans ces pays, elle va travailler – comme par hasard – avec une association locale également infiltrée. La Confrérie en profite pour prélever 12,5 % des dons récoltés pour ses “bonnes œuvres“. « Des centres de recherches, des universités, des organisations soutenues par l’Union européenne, par les Nations Unies, déversent ainsi, sans le savoir, des millions de dollars ou d’euros qui vont dans les poches des Frères musulmans », prévient l’auteur de « Ken Penjar. Mon histoire avec l’organisation des Frères musulmans ».  

Des discrets entrainements militaires

Concentré sur les actions humanitaires, l’ancien Frère musulman émirati n’a suivi qu’un seul entraînement militaire au Pakistan, en compagnie d’une quinzaine d’autres originaires du Golfe. « Le programme comprenait de l’escalade, de la marche, des exercices physiques, ainsi que l’utilisation de la kalachnikov et d’une mitrailleuse russe. Nous apprenions à nous déplacer de jour comme de nuit, à porter les blesser, à nous camoufler », raconte-t-il.

Via l’association Islah aux Émirats, le saint homme a accueilli aux Émirats des djihadistes, comme le Palestinien Abdullah Azzam, le premier recruteur de combattants arabes en Afghanistan, ainsi que son adjoint Tamin Al Adnani. « L’objectif était d’attirer des jeunes musulmans vers les zones de conflit », explique-t-il.

Quid du terrorisme?

Si officiellement la Confrérie dénonce les organisations terroristes, en particulier Daech, notre repenti assure que ce n’est qu’un leurre. Quand un Frère musulman part faire un djihad, il est officiellement désavoué. Ainsi Hassan El Dokki, l’un des plus extrémistes, a été exclu par le Conseil de la Choura. « Mais j’ai découvert peu après que Saïd Nasser Al-Taniji, membre du Conseil de la Choura, était toujours en contact avec  Hassan El Dokki. Ils coordonnait même des opérations ensemble ».

Officiellement, si l’organisation fondée par Hassan al-Banna désavoue la violence, sous le manteau, elle encouragerait le djihad et appellerait les musulmans à désobéir aux dirigeants légitimes. « Comme la Confrérie est persécutée dans de nombreux pays musulmans, l’Europe est devenue pour elle la priorité », assure notre interlocuteur.

En revanche, les États-Unis pourraient se monter nettement moins conciliants à l’avenir. La sous-commission de la sécurité nationale du Congrès américain a édité un document accablant de 90 pages intitulé « The Muslim Brotherhood’s Global Threat » concluant que les Frères musulmans constituent « un mouvement global et influent, dont les différentes branches œuvrent à la promotion d’une idéologie radicale et extrêmement violente, même si certaines de ces branches ne sont pas directement engagées dans le terrorisme ».

L’administration Trump, nettement plus radicale que le Congrès américain, pourrait décider prochainement de classer les Frères musulmans comme organisation terroriste.

https://mondafrique.com/la-confession-du-repenti-sur-les-freres-musulmans/

Publicités