Archives pour la catégorie Quebec

La disparition programmée de l’argent liquide

La disparition programmée de l’argent liquide

Les Carnets de Patrice-Hans Perrier

   Forum

Il n’y a pas de commentaires associés a cet article. Vous pouvez réagir.

   Imprimer

702

La disparition programmée de l’argent liquide

Jusqu’à présent, cette expérience n’a pas trop été ébruitée par les grands médias. Radio-Canada rapportait néanmoins, en février 2016, que la Banque Nationale avait proposé au gouvernement de l’époque de peser sur l’accélérateur afin que le Canada prenne exemple sur des pays tels que la Suède ou le Danemark qui envisagent d’utiliser uniquement la monnaie électronique à brève échéance.

La Banque Nationale lançait un projet en 2015 afin d’inciter le gouvernement du Québec à adopter la monnaie électronique.

Le Québec comme terre d’expérimentation

Claude Breton, vice-président aux affaires publiques de la Banque Nationale, avait confié au diffuseur de l’État qu’il considérait que le Québec était l’endroit idéal pour démarrer le bal, « […] une terre créative où l’idée du libre-échange a germé très tôt et où l’adoption des guichets automatiques s’est faite également très tôt. Il y a une réceptivité des Québécois aux idées nouvelles », soulignait-il.

Nos voisins scandinaves se sont mis de la partie alors que trois des quatre plus grandes banques de Suède n’acceptent plus les paiements en espèces à leurs comptoirs et cela depuis déjà 2013. On rapporte qu’en 2016 les transactions en espèces comptaient pour moins de 2 % du total en Suède et les financiers estimaient qu’elles allaient peser moins de 0,5 % autour de 2021.

Un mouvement de troupes généralisé

C’est autour de 2016 que les banques nationales, émettrices de la monnaie fiduciaire, et les gouvernements de plusieurs pays semblent s’être entendus pour commencer à retirer les plus importants billets de la circulation. C’est ainsi qu’en Inde, les coupures de 500 roupies (environ 10 dollars) et de 1000 roupies (environ 20 dollars) ont été prestement retirées du marché alors que le gouvernement de Narendra Modi n’avait soufflé mot de son projet auparavant ; seuls quelques initiés s’étaient entretenus de la chose dans le cadre de rencontres très spécialisées.

Comme ailleurs, le gouvernement indien invoquait la lutte contre la corruption pour procéder à ce changement drastique. En outre, cette mesure s’accompagnait de directives limitant la distribution de monnaie papier par les guichets automatiques ou les retraits aux comptoirs des institutions bancaires.

Par ailleurs, la Banque centrale européenne (BCE) a décrété, toujours en 2016, que les coupures de 500 euros ne seront plus émises à compter de la fin de 2018. Cette mesure serait destinée à lutter contre le crime organisé, si l’on se fie aux arguments de la BCE, dans un contexte où un nombre de transactions immobilières est effectué en liquide, ce qui permet d’échapper au fisc.

Vers un contrôle total de vos transactions

Donc, outre le financement d’activités liées au crime organisé ou au terrorisme, c’est surtout l’évasion fiscale qui demeure la principale motivation derrière ce soudain mouvement de troupes. La Banque du Canada annonçait dans une directive, publiée l’an dernier, que le gouvernement du Canada comptait profiter de l’adoption de son budget de 2018 pour demander au parlement de lui accorder l’autorisation de supprimer le cours légal des coupures qui ne sont plus imprimées : les billets de 1 $, 2 $, 25 $, 500 $ et 1 000 $ ne vaudront plus un clou à terme.

Au rythme où vont les choses, les consommateurs ne disposeront plus de moyens de conserver sur eux une partie de leurs économies et le gouvernement sera, conséquemment, en mesure de comptabiliser toutes vos transactions et d’estimer avec précision l’état de vos avoirs.

Judith Gagnon, présidente de l’Association québécoise des droits des personnes retraitées et préretraitées, confiait au quotidien Le Devoir, en février 2016, que « même avec l’argent papier, des personnes âgées sont dépendantes de leurs enfants ou des étrangers pour faire des transactions. Si c’est seulement électronique, certains vont s’adapter, mais ce sera très difficile ». N’ayant plus accès à de l’argent liquide, les personnes âgées seront, la plupart du temps, obligées de confier leurs cartes bancaires à des tiers pour qu’ils effectuent une partie des transactions à leur place.

Les services bancaires au comptoir disparaissent rapidement, les distributrices d’argent limitent les retraits à des sommes de plus en plus ridicules et les gouvernements forcent les contribuables à faire émettre leurs déclarations de revenus par le biais d’Internet. L’argent liquide pratiquement retiré de la circulation, il devient plus facile de contrôler les flux monétaires, quitte à fixer des taux d’intérêt négatifs aux consommateurs comme cela s’est déjà produit en Suisse, au Japon ou via la Banque centrale européenne (BCE).

 

Quelques liens instructifs

Radio-Canada, Express Business #1et #2Le TempsLes ÉchosLe DevoirBanque du Canadaet Les Affaires

http://www.dedefensa.org/article/la-disparition-programmee-de-largentliquide

Publicités

Le français maltraité en Ontario. Les Québécois, les sauveurs de notre belle langue?

Le français maltraité en Ontario avec l’annonce de la suppression du poste de commissaire aux services en français de l’Ontario et l’annulation du projet d’Université de l’Ontario en français. Plus de 600 000 Franco-Ontariens sont concernés. Mais il a suffi de quelques jours pour que le premier ministre de l’Ontario fasse marche arrière.

Le gouvernement fédéral a immédiatement réagi. Mélanie Joly, ministre fédérale des langues officielles et de la Francophonie, a dit s’inquiéter pour les quelque 600 000 Franco-Ontariens. Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré, « J’ai été profondément déçu par la décision du gouvernement de l’Ontario ».

Au Québec, cela a soulevé un tollé général. « La Belle Province» a toujours été prompte à se battre pour la protection du français et des droits des francophones.

En ce qui concerne les autres provinces, le Manitoba pourrait être pris en exemple avec la batterie de lois et mesures mise en place afin de protéger les francophones. Contrairement à ce qu’a affirmé Denise Bombardier, il y a une université francophone au Manitoba. Il est possible pour les Franco-Manitobains de faire toutes leurs études en français, du primaire à l’université en passant par le collégial.

Ces derniers temps, les médias québécois ont redoublé d’efforts afin de nous rappeler que nous, les Québécois, sommes les sauveurs de notre belle langue. Nous allons même imposer un test de français aux immigrants, qui auront trois ans pour le réussir. Passé ce délai, ils seront considérés comme illégaux et le Québec les renverra d’où ils viennent. Mais comme le dit François Legault : « Il faut être humain ». Les arrivants âgés de plus de 65 ans ne devront pas apprendre le français. Quand on sait que les immigrants sont généralement des jeunes ou de jeunes familles…

Je me pose la question, « Dans ce cas, pourquoi faire venir des immigrants qui ne parlent pas français? » Parce qu’on manque de main-d’œuvre? Parce que la population québécoise vieillit? Pourquoi ne pas imposer une connaissance minimale du français au moment de la sélection? Cela serait plus logique et moins onéreux.

En tant que professeure de français langue seconde, j’ai enseigné à de nombreux immigrants au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion et à différentes universités. J’ai même enseigné le français aux Forces canadiennes (les militaires doivent apprendre la deuxième langue officielle).

J’ai pu constater le sérieux et la bonne volonté de mes étudiants. Malgré les difficultés inhérentes à l’immigration, ils mettaient toute leur énergie à apprendre notre langue. J’ai également été témoin de la détresse de nombreux nouveaux arrivants dont on ne reconnaissait pas les compétences ou les diplômes. Pourtant, ils avaient été sélectionnés d’après leurs compétences. Des médecins qui devaient passer de nombreux examens, au coût minimum de 1000 dollars l’examen, des ingénieurs qui ne pouvaient pas faire partie de l’Ordre des ingénieurs tant qu’ils ne réussissaient pas l’examen de français, etc. Certains m’ont confié se sentir floués et m’ont dit, « On nous a menti ».

Notre belle langue

Je suis une amoureuse inconditionnelle du français. Depuis toute petite. J’écris et je suis publiée en français. Mes poèmes, mes romans, mes articles sont rédigés en français. J’ai été traductrice et réviseure principale de l’Encyclopédie du Canada, je traduis encore pour le gouvernement fédéral. Le français est de la musique à mes oreilles. (Mais cela ne m’empêche pas de parler et d’écrire d’autres langues.)

Oui, protégeons le français. Il m’est arrivé à maintes reprises d’être sidérée par la pauvreté de la langue de mes collègues francophones, professeures de français langue seconde. Je me demandais comment elles parlaient en salle de classe.

J’ai oublié mes shoes. Mon petit-fils, c’est moi qui s’en occupe. Ce que je te parle… Ce quoi j’ai dit…

Des enseignantes au niveau universitaire, dont la tâche consiste à enseigner le français à des immigrants. Je me permets de me questionner.

Alors que j’enseignais dans le cadre d’un cours de préparation au TECFÉ – le Test de certification en français écrit pour l’enseignement, dont la réussite est obligatoire pour poursuivre des études dans tous les programmes de formation à l’enseignement des universités francophones au Québec – j’ai pu constater la pauvreté du français maîtrisé par les étudiants. Des étudiants québécois francophones, en deuxième année d’université. Une étudiante m’a demandé ce qu’était un participe passé. Quand je le lui ai expliqué, elle s’est exclamée avec joie, « Ce sont les mots qui se terminent avec un é ! » J’ai regardé mes 43 élèves et je me suis dit que je n’avais pas 43 imbéciles devant moi. J’avais des victimes d’un mauvais enseignement du français depuis le primaire.

Je ne pense pas que le combat à mener soit auprès des immigrants. Il est urgent d’enseigner un français de qualité aux francophones dès le primaire, voire la maternelle. Commençons par protéger la langue de Molière et cessons de la massacrer. Comment enseigner une langue qu’on ne maîtrise pas soi-même? Il faudrait revoir les compétences des enseignants de français langue seconde et faire en sorte qu’ils enseignent un français standard. L’apprentissage des particularités de la langue québécoise se fera après, une fois ces bases acquises. Que je sache, il n’existe pas de grammaire québécoise?

Il y a très longtemps, j’assistais au lancement d’un recueil de poésie dans lequel certains de mes poèmes figuraient. Gaston Miron s’est approché de moi et m’a dit « Vous écrivez cru. Les gens préfèrent qu’on leur parle des petits oiseaux et des fleurs. Mais continuez. Au Québec, le vocabulaire est d’une pauvreté à pleurer. Continuez à écrire. »

Avant de monter aux barricades parce que les Anglo-Canadiens menacent notre belle langue, commençons par faire en sorte que notre français soit de qualité avec un vocabulaire riche et varié et une grammaire bien maîtrisée. Cessons nos poussées d’urticaire au nom d’une identité qui ne repose pas uniquement sur la langue. L’identité d’un peuple c’est aussi son histoire, ses coutumes, sa capacité à vivre avec la différence d’autrui.

Parlons une langue dont nous pourrons être fiers.

Claude Jacqueline Herdhuin

Auteure, réalisatrice, chercheure associée à Mondialisation.ca

Image à la Une : Carte du Canada avec les drapeaux des différentes communautés francophones du pays.