Archives pour la catégorie Spiritualité

La destruction des fondations morales de l’Occident a été accomplie par des politiciens qui ont utilisé l’argument du “moindre mal”

La destruction des fondations morales de l’Occident a été accomplie par des politiciens qui ont utilisé l’argument du “moindre mal”

La destruction des fondations morales de l’Occident a été accomplie par des politiciens qui ont utilisé l’argument du “moindre mal”

« Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment » (Mc 13,33). Cette parole du Christ, l’avons-nous trop entendue ? Michael D. O’Brien, auteur du roman le Père Elijah, propose quelques réflexions sur l’Apocalypse et les épreuves que l’Eglise doit affronter dans les derniers temps qui sont les nôtres. Il appelle les catholiques à rester fermes dans la foi, à refuser le compromis et le “moindre mal” :

Comment avons-nous perdu dans cette nation tellement de nos batailles pour la vérité ? Nous les avons presque toutes perdues parce que des hommes fondamentalement de bonne volonté ont succombé à une fausse interprétation du principe du “moindre mal”. Ils se croyaient de bonnes personnes et en tant que telles ne devaient pas perdre leur siège au parlement ou perdre leur voix dans les sphères d’influence où ils se trouvaient. Ils étaient convaincus que le compromis était la seule manière de préserver des morceaux de bien. Ils comptaient bien trop sur la stratégie et bien insuffisamment sur la grâce. Ils ne voulaient pas être ce que le prophète Siméon a appelé “un signe de contradiction”. Ils ne pouvaient pas supporter d’être des signes qui seraient rejetés. Ils se sont convaincus d’être des réalistes et en sont venus à croire que ceux qui tenaient fermes sur les principes étaient des idéalistes voués à l’échec.

Et c’est toujours la même histoire : du sommet au bas de cette société, érosion, érosion, érosion !

La destruction des fondations morales de l’Occident a été accomplie pratiquement sans résistances par de tels politiciens. Ils ont utilisé l’argument du “moindre mal” pour s’exonérer alors qu’ils votaient des lois immorales, arguant que leurs compromis évitaient de grands maux. C’est le moyen par lequel la révolution socio-sexuelle s’est progressivement imposée, contournant la conscience avec un argument apparemment “moral”. Il manquait à de tels politiciens une compréhension correcte de l’usage légitime du “moindre mal” et ils n’ont pas réussi à résister avec courage.

https://www.lesalonbeige.fr/la-destruction-des-fondations-morales-de-loccident-a-ete-accomplie-par-des-politiciens-qui-ont-utilise-largument-du-moindre-mal/

Publicités

Côte d’Ivoire : un roi veut participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Côte d’Ivoire : un roi veut participer à la reconstruction de Notre-Dame de Paris

Le roi de KrindjaboLe roi de Krindjabo

Le roi de Krindjabo, capitale du royaume du Sanwi, dans le sud-est du pays, a indiqué qu’il va faire un don pour la reconstruction de ce monument historique ravagé par les flammes lundi dernier.

L’émotion qui a saisi le monde entier à la vue des flammes dévorant la cathédrale Notre-Dame de Paris en France, n’a pas épargné l’Afrique, notamment la Côte d’Ivoire.

En effet, un roi ivoirien entend bien participer à l’élan de solidarité naissant afin de reconstruire ce monument historique.

Le roi de Krindjabo, capitale du royaume du Sanwi, dans le sud-est du pays, a indiqué qu’il va faire un don pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, où avait été baptisé dans les années 1700, Louis Aniaba.

Ce prince local avait été emmené en France en 1687 par le chevalier d’Amon en gage de fidélité à Louis XIV.

«Je suis en pleine consultation avec mes notables. Nous allons faire un don pour la reconstruction de ce monument», a déclaré à l’AFP le roi Amon N’Douffou V.

«Les images (de l’incendie) ont troublé mon sommeil et je n’ai pas pu passer la nuit, car cette cathédrale représente un lien fort entre mon royaume (le Sanwi, un protectorat français depuis juillet 1843) et la France», a souligné le souverain du royaume akan – grand groupe ethnique qui s‘étend de la Côte d’Ivoire au Togo.

A noter que plus de 600 millions d’euros de dons et promesses de dons ont déjà été enregistrés pour reconstruire l’église en partie consumée par les flammes.

https://africtelegraph.com/cote-divoire-un-roi-veut-participer-a-la-reconstruction-de-notre-dame-de-paris/

Notre-Dame: les premières images de l’intérieur après l’incendie

Notre-Dame: les premières images de l’intérieur après l’incendie

Publié par wikistrike.com sur 16 Avril 2019, 09:15am

Catégories : #Religion – pensées#Culture – médias – Livres – expos – rencontres#archéologie – Histoire – Préhistoire – Patrimoine

Notre-Dame: les premières images de l’intérieur après l’incendie

Le «péril du feu» est «écarté» à la cathédrale Notre-Dame de Paris, en proie à un gigantesque incendie depuis lundi soir, a déclaré mardi matin le secrétaire d’État à l’Intérieur. Découvrez les premières images après l’incendie.

 

 

Noire, carbonisée, avec un trou à l’emplacement de la flèche, la nef de Notre-Dame porte de multiples stigmates après l’incendie, mais semble globalement plutôt résister.

Lathaos@Lathaos

L’intérieur de Notre-Dame est épargné !

359 personnes parlent à ce sujet
Notre-Dame: les premières images de l’intérieur après l’incendie

Les premières images montrent une partie de la voûte qui s’est effondrée. Or, la croix semble intacte.

Abbé Grosjean ن

@abbegrosjean

À l’intérieur de Notre-Dame de Paris, au cœur des décombres et des gravas, la Croix est là. Debout. Elle semble intacte. Douloureuse et lumineuse à la fois. Victorieuse du mal. Pas loin, Marie est là,sa statue en témoigne toujours
Cette photo vaut toutes les homélies.

3 987 personnes parlent à ce sujet

Huit lances d’eau sont toujours en activité, a précisé ce mardi matin Laurent Nunez à des journalistes rassemblés devant l’édifice.

LeAzlinkkk 🇫🇷@azlinkkk

C’est fini… est sauve 😞 L’interieur de la cathédrale n’a pas spécialement été endommagé il n’y a que le toit qui a pris… Ça aurait pu être pire, on remercie les pompiers de Paris qui ont lutter contre le feu pendant de longues et terribles heures, Merci. 😘🇫🇷

40 personnes parlent à ce sujet

L’origine du sinistre, qui s’est déclaré sur la toiture de la cathédrale alors que des travaux de rénovation avaient été engagés, n’a toujours pas été déterminée et les investigations se poursuivent, a-t-il ajouté.

Vidéo intégrée

Laurent Valdiguié

@Valdiguie

Porte nord

104 personnes parlent à ce sujet

«Le péril du feu étant écarté, le sujet est bâtimentaire: savoir comment la structure va résister au très grave incendie de cette nuit», a déclaré Laurent Nunez devant la presse peu avant 7h00 du matin.

La famille Arnault annonce un «don de 200 millions d’euros»

Après 100 millions de la part de Pinault, le groupe LVMH et la famille Arnault ont annoncé mardi un don de 200 millions d’euros au fonds dédié à la reconstruction de Notre-Dame, suite au gigantesque incendie qui a ravagé la cathédrale lundi. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a de son côté proposé d’organiser «une conférence internationale des donateurs» en vue de la reconstruction de l’édifice.

Ravagée lundi par un incendie, Notre-Dame de Paris a été défigurée mais ne s’est pas totalement effondrée grâce à l’intervention des pompiers qui sont parvenus à maîtriser les flammes et sauver la structure de l’édifice. Quelque 400 pompiers ont lutté une bonne partie de la nuit contre les flammes, l’un d’entre eux a été légèrement blessé.

 

Source

http://www.wikistrike.com/2019/04/notre-dame-les-premieres-images-de-l-interieur-apres-l-incendie.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

NOTRE-DAME DE PARIS, JOYAU VIVANT DES RACINES CHRÉTIENNES DE LA FRANCE, SAUVÉE DU PIRE.

mardi 16 avril 2019

NOTRE-DAME DE PARIS, JOYAU VIVANT DES RACINES CHRÉTIENNES DE LA FRANCE, SAUVÉE DU PIRE.

« Une société qui a édifié pareil chef d’œuvre ne pouvait être obscurantiste comme on a trop voulu nous le faire croire ! »

Alors qu’il longeait les quais ce fut avec cette réflexion comme un jaillissement de lumière qui emplit un jour au début du XXème siècle l’esprit du jeune Henri Charlier qui deviendra un grand penseur et un grand artiste chrétien. Il avait marqué le pas pour non pas simplement regarder mais déjà saisi d’admiration pour contempler Notre Dame de Paris.

Jusque là élevé dans une famille de francs-maçons athées et anticléricaux acharnés il allait, comme celui qui deviendra son ami, Charles Péguy, entrer en conversion au catholicisme.

Dieu peut faire du mal un bien : devant le spectacle de Notre-Dame, hier martyrisée, ravagée par les flammes, ont coulé les flots de larmes d’une immense affliction en France et partout dans le monde, et pas seulement celle des catholiques.

Notre-Dame de Paris aujourd’hui demeure, grâce au formidable courage, grâce à l’héroïsme des pompiers de Paris.

Au fil des ans, dans tout le savoir de leurs métiers et de leur art, de leurs traditions sauvegardées, architectes et compagnons panseront ses blessures. Mais elle demeurera inéluctablement marquée en quelques endroits, balafrée peut-être comme l’icône de la vierge protectrice de Czestochowa.

Mais, comme Charles Péguy, comme Henri et André Charlier, des incroyants, des agnostiques, des athées, découvriront le secret de sa splendeur, par leurs yeux jusque là ignorée.

Car, comme l’écrivait Henri Charlier : « L’art, surtout chrétien, est chargé de lever le voile qui cache à l’esprit les grandeurs de l’esprit ».

On peut espérer, on peut croire que parmi ceux qui, à notre époque, n’ont cessé en France de tourner ignoblement en dérision l’Église, le Christ et Notre-Dame avec les pires déjections-exécrations blasphématoires, avec toute la haine profanatrice des misérables femen ou celle de forcenés jihadistes, il y en aura pour regretter et se tourner vers Marie, Mère de Dieu.

http://www.lagrif.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=139:notre-dame-de-paris-joyau-vivant-des-racines-chretiennes-de-la-france-sauvee-du-pire&Itemid=385

http://www.lagrif.fr/index.php?option=com_k2&view=item&id=139:notre-dame-de-paris-joyau-vivant-des-racines-chretiennes-de-la-france-sauvee-du-pire&Itemid=385

DIRECT. Notre-Dame : le pape François adresse aux pompiers « la gratitude de toute l’Eglise »

DIRECT. Notre-Dame : le pape François adresse aux pompiers « la gratitude de toute l’Eglise »

Lors de son adresse hebdomadaire, place Saint-Pierre, François a salué tous ceux « qui se sont dépensés, au risque même de leur vie », pour sauver la cathédrale.

Le pape François salue les fidèles, le 17 avril 2018, sur la place Saint-Pierre, au Vatican.
Le pape François salue les fidèles, le 17 avril 2018, sur la place Saint-Pierre, au Vatican. (TIZIANA FABI / AFP)
CE QU’IL FAUT SAVOIR« Que la Vierge Marie les bénisse. » Le pape François a exprimé, mercredi 17 avril, « la gratitude de toute l’Eglise » catholique envers les pompiers et tous ceux « qui se sont dépensés, au risque même de leur vie », pour sauver la cathédrale Notre-Dame de Paris des flammes. A Paris, le Conseil des ministres sera entièrement consacré au dossier de la reconstruction de l’édifice. Suivez cette journée dans notre direct.

Cinq ans pour rebâtir. « Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d’ici cinq années », a dit Emmanuel Macron, mardi soir, au cours d’une allocution télévisée de moins de six minutes, à l’Elysée.

Les dons affluent. Face à ce chantier qui s’annonce colossal, les contributions se multiplient, d’Apple à la Banque centrale européenne en passant par des milliers d’anonymes, atteignant au moins 880 millions d’euros. Selon Stéphane Bern, chargé de la Mission Patrimoine par Emmanuel Macron, le cap du milliard devrait être franchi ce mercredi.

 L’enquête se poursuit. Une trentaine de témoins, aussi bien des ouvriers présents lundi que des employés chargés de la sécurité de l’édifice, ont déjà été entendus. D’autres le seront mercredi, a indiqué le parquet. Europe Echafaudage, une des sociétés présentes sur le site, a assuré que toutes les procédures de sécurité « avaient été respectées ».

Les cloches vont sonner. A 18h50, à l’heure où les flammes sont apparues, les cloches de toutes les cathédrales de France vont résonner en solidarité avec le diocèse de Paris.

La messe de Pâques délocalisée. Le diocèse de Paris a annoncé que l’église Saint-Sulpice accueillerait les offices jusqu’à samedi, tandis que la messe de Pâques sera célébrée, dimanche, en l’église Saint-Eustache.

LE LIVE

Suivez le live et réagissez en direct
#NOTRE_DAME

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #NOTRE_DAME

11h03 : « On a la compétence technique pour pouvoir refaire la cathédrale, sans aucune difficulté »

Si la compétence technique pour refaire la cathédrale existe, le secrétaire général des Compagnons du devoir regrette sur franceinfo le « manque de main d’oeuvre » dû à un « problème d’image » des métiers manuels.

10h59 : La famille Pinault renonce à la déduction fiscale sur son don destiné à la reconstruction de Notre-Dame de Paris, a appris franceinfo, confirmant une information d’Europe 1. Le milliardaire François-Henri Pinault, patron du groupe de luxe Kering, avait annoncé un don de 100 millions d’euros.

10h49 : L’émotion suscitée par l’incendie qui a dévasté la cathédrale Notre-Dame de Paris a entraîné un élan de solidarité sans précédent, et des millions d’euros de promesses de don. Mais il y a près de deux ans, c’est pourtant vers les grandes fortunes américaines que l’archevêché avait dû se tourner pour trouver les financements nécessaires au lancement d’un vaste programme de restauration.

Des pierres tombées de la cathédrale Notre-Dame de Paris sur le toit du bâtiment, le 28 juin 2017.

(MARTIN BUREAU / AFP)

10h34 : Faisons un point sur l’actualité de ce début de matinée :

• Un défi titanesque, dont certains doutent déjà de la faisabilité. Emmanuel Macron a dit hier soir vouloir rebâtir « d’ici cinq années » la cathédrale Notre-Dame de Paris dont l’incendie a soulevé une vague d’émotion planétaire et suscité un afflux de dons. Le Conseil des ministres aujourd’hui sera entièrement consacré à l’incendie.

• Baisse de l’impôt sur le revenu, suppression de l’ENA, référendums… Emmanuel Macron prévoyait d’annoncer de nombreuses mesures, lundi, lors de son allocution annulée. Les voici.

Les Français sont plus sensibles aux inégalités de revenus : pour la première fois depuis 2000, les écarts de revenus sont jugés les plus répandus et les moins acceptables, devant les inégalités d’accès aux soins ou celles liées à l’origine ethnique, selon le baromètre du service statistique des ministères du Travail et de la Santé.

10h15 : « Que la Vierge Marie les bénisse et soutienne le travail de reconstruction. »

« Que cela puisse être une oeuvre collective, à la louange et à la gloire de Dieu », a déclaré le pape lors de son audience hebdomadaire devant des milliers de fidèles sur la place Saint-Pierre, au Vatican.

10h11 : Le pape François a exprimé « la gratitude de toute l’Eglise »catholique envers les pompiers et tous ceux « qui se sont dépensés, au risque même de leur vie », pour sauver la cathédrale Notre-Dame de Paris des flammes.

09h45 : Depuis une loi de 2003 qui porte le nom de l’ancien ministre, les entreprises qui investissent dans la culture peuvent déduire 60% de leurs dépenses en faveur du mécénat. Cette réduction fiscale peut même atteindre 90% lorsqu’il concerne l’achat de biens culturels – et non immobiliers – considérés comme des « trésors nationaux ».

09h45 : L’ancien ministre de la Culture Jean-Jacques Aillagon, aujourd’hui directeur général de la collection Pinault, est revenu sur sa proposition de faire bénéficier les dons qui seront versés pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris d’une réduction d’impôt de 90%.

09h40 : « Ce n’est pas un calcul fiscal, c’est une volonté de reconstruction immédiate. »

Il ne s’agit pas non plus d’« un concours », a réagi la porte-parole et vice-présidente du Medef sur franceinfo aux dons des grandes fortunes comme les familles Arnault, Bettencourt et Pinault qui ont promis, à elles seules, 500 millions d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

09h33 : Après l’incendie de Notre-Dame, la sécurité des chantiers sur les monuments historiques est remise en question. Nous vous expliquons dans cet article quelles sont les procédures obligatoires déjà inscrites dans le Code du travail pour éviter le risque d’incendie, et pourquoi certains estiment qu’elles ne sont pas suffisantes.

Notre-Dame de Paris, le 16 avril 2019, au lendemain de l\'incendie.

(BERTRAND GUAY / AFP)

09h17 : « L’argent ne ruisselle pas pour tout », regrette le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez sur franceinfo, alors que la collecte de dons pour restaurer Notre-Dame de Paris approche du milliard d’euros. « En un clic [on donne] 200 millions, 100 millions, cela montre aussi les inégalités dans ce pays », ajoute le leader de la CGT qui répète à plusieurs reprises qu’« il faut aussi de la mesure. »

09h10 : Alors que l’incendie de Notre-Dame faisait rage, une dizaine de pompiers sont entrés dans la cathédrale pour tenter de sauver les reliques qui s’y trouvaient, ce que nous vous racontons dans cet article. Leur courage a permis de récupérer et mettre à l’abri notamment la couronne d’épines du Christ et la tunique de Saint Louis, juste avant que la flèche ne s’effondre.

Des pompiers observent l\'incendie qui ravage la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril 2019.

(GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

08h28 : Au lendemain du drame, l’incendie de Notre-Dame de Paris a été évoqué, mardi, dans un épisode de Plus belle la vie diffusé dans la soirée sur France 3. Tournée dans l’après-midi, cette séquence additionnelle de 25 secondes a été placée en ouverture du feuilleton quotidien. La série se saisit régulièrement des sujets d’actualité.

08h08 : Deux jours après l’incendie de Notre-Dame de Paris, Stéphane Bern, contacté par franceinfo, affirme que les 880 millions d’euros de promesses de dons ont été atteints. Selon l’animateur télé, chargé de la Mission Patrimoine par Emmanuel Macron, ce mercredi devrait être la journée du milliard d’euros de promesses de don.

08h04 : En quelques minutes, la sidération a gagné les réseaux sociaux. Lundi, des milliers d’images de la cathédrale Notre-Dame de Paris en feu ont été partagées. Une profusion de photos et de témoignages qui ont fait le tour du monde… mais qui ont aussi été détournés, voire entièrement inventés. Franceinfo fait le point sur les fausses informations qui ont circulé après cette catastrophe.

Un homme photographie la cathédrale Notre-Dame de Paris en feu, le 15 avril 2019.

(LAURE BOYER / HANS LUCAS / AFP)

08h11 : « Il reste une inquiétude importante sur le pignon central entre les deux beffrois », dont la statue qui le surmonte a été fendue en deux par les flammes, explique le ministre de la Culture. « Les équipes aujourd’hui vont essayer de retirer cette statue, et vont commencer, tant pour le pignon du transept nord que pour le pignon central, à démonter pierre par pierre ces pignons ».

07h59 : Des incertitudes persistent quant à la stabilité de Notre-Dame de Paris. Des entreprises commencent ce matin à enlever les gravats et le reste de la charpente qui menacent l’effondrement de la voûte. « Il faut absolument rapidement enlever ce poids sur la voûte », a expliqué ce matin le ministre de la Culture, Franck Riester, sur France 2.

07h36 : « Le débat entre le copier-coller et la réinterprétation aura forcément lieu. La question se pose sur bon nombre d’édifices. Pour Notre-Dame de Paris, on ne peut pas y échapper car il ne reste pas de charpente, dévorée par les flammes. L’image globale du monument est touchée. »

La question de rebâtir à l’identique, ou au contraire en modernisant la cathédrale, va se poser.

07h33 : « Cela va prendre énormément de temps » : après l’incendie de Notre-Dame, le défi de la reconstruction se pose. Pour les spécialistes que j’ai interrogés, la restauration de l’édifice emblématique ne pourra s’effectuer qu’après une longue phase de sécurisation. Explications.

La cathédrale Notre-Dame de Paris après l\'incendie, le 16 avril 2019.

(BERTRAND GUAY / AFP)

07h54 : Elles ont prié pour Notre-Dame de Paris. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées place Saint-Michel, à Paris, hier soir, pour un recueillement nocturne au lendemain de l’incendie qui a ravagé la cathédrale. Un concert a été improvisé à quelques centaines de mètres du monument.

06h28 : L’Union Ardennes a choisi de son côté de comparer en une l’incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris à celui qui a détruit la cathédrale de Reims après des bombardements allemands en 1914. Il aura fallu presque 20 ans pour la reconstruire.

L'Union Ardennes - Reims du 17 avril 2019

06h28 : « Notre-Dame renaîtra » titre de son côté Le Figaro avec une image de la façade de l’édifice, dont la structure a tenu bon.Abonnement Le Figaro avec ePresse.fr

06h28 : Jetons un œil aux unes de la presse ce matin. Elles sont en grande majorité dédiées à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris après l’incendie qui l’a ravagée lundi. « Reconstruire », titre ainsi sobrement La Croix sur une image des décombres dans la nef de la cathédrale.

Abonnement à La Croix Pas Cher avec le BOUQUET INFO ePresse.fr

07h56 : Faisons tout de suite un point sur l’actualité :

• Un défi titanesque, dont certains doutent déjà de la faisabilité. Emmanuel Macron a dit hier soir vouloir rebâtir « d’ici cinq années » la cathédrale Notre-Dame de Paris dont l’incendie a soulevé une vague d’émotion planétaire et suscité un afflux de dons. Le Conseil des ministres aujourd’hui sera entièrement consacré à l’incendie.

• Baisse de l’impôt sur le revenu, suppression de l’ENA, référendums… Emmanuel Macron prévoyait d’annoncer de nombreuses mesures, lundi, lors de son allocution annulée. Les voici.

• #EUROPEENNES La quasi-totalité des partis ont décidé hier d’observer une « trêve » d’au moins 24 heures dans la campagne des européennes, le temps de la « tristesse » et du « deuil » après l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/incendie-de-notre-dame-de-paris/direct-incendie-notre-dame-de-paris-cathedrale-feu-reconstruction-macron-dons-collecte-cagnotte_3402019.html

Feu contre feu

Feu contre feu

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

1252

Feu contre feu

Le censeur-Artificial Intelligence de Yutube eut l’heureuse idée de placer l’événement de dévastation  sous les auspices de 9/11, – Notre-Dame définie par les tours de Manhattan, – suggérant à ceux qui n’y pensaient pas encore l’idée du complotisme. Ils se sont excusés, mais il reste que la bêtise de la modernité-FakeNewsiste a tenu à figurer dans l’éventail des sentiments innombrables de cette tragédie extraordinairement chargée du symbolisme de la métaphysique de l’Histoire et de la foi.

Le poids du symbole pèse autant sur nos consciences et sur nos âmes que l’incendie lui-même, dont on a peine à qualifier le sens que nous sentons obscurément : le Feu de Dieu ou le brasier du Diable ? A cette heure de ce jour où un “président” devait parler, dans une telle occurrence de la Semaine Sainte pour les chrétiens qui sont eux-mêmes les légataires religieux de Notre-Dame, dans ces temps-là du Grand Trouble, au cœur d’événements terrestres empreints de la folie tourbillonnante de la Grande Crise, comment écarter une immense interprétation symbolique, où chacun mettra pêle-mêle ses croyances, ses passions, ses angoisses, ses espérances et ses désespoirs ?

Ce n’est pas le passé qui s’embrase pour menacer de disparaître, c’est le passé qui se rappelle à nous. En même temps qu’il semble se détruire, nous sommes conduits à observer qu’il existe bien puisqu’une partie de lui a subi l’attaque du feu et que le feu ne brûle que ce qui existe. La question qui vient naturellement est de savoir ce que nous avons fait de ce passé lorsqu’on contemple le présent sur quoi il débouche. Chacun a sa réponse toute prête ; vous permettrez que je réserve la mienne par loyauté pour la durée qu’il faut respecter avant d’émettre un jugement.

A côté de quoi et évidemment contre cette objurgation à la réserve, comment éviter les interrogations angoissées qui sonnent comme des réponses, les observations catastrophées qui impliquent la nécessité du jugement qu’on devine ? La religion catholique et chrétienne était en lambeaux, elle est désormais en cendres. La question se presse dans nos esprit : que faire de ce monde qui nous tend le symbole de l’éradication de ses origines par le feu ? La tentation est inévitable de faire de l’événement mystérieux dans son si puissant sens symbolique qu’il nous écraserait, un élément de nos affrontements politiques, un objet de manipulation, un brasier de nos folies les plus échevelées. Il y en a qui s’y activent, on s’en doute : les “communicants” excellent dans le réductionnisme, – reductio ad nihilum.

Pour mon cas, puisque ce journal est personnel, je répète que je préfère retenir mon jugement après avoir ressenti le poids du symbole. Ce poids est si lourd, il convoque tant d’interprétations, de fureurs et de ferveurs, il est à la fois si ancien et si complètement dans le brasier de la crise de la modernité, ce poids est bien trop lourd pour trancher dans le vif d’un événement qui est si haut au-delà de notre entendement. Pour autant, me dis-je en moi-même, je sais bien dans quel sens je penche. Ainsi en est-il des réactions et des effets d’un tel événement dont le poids symbolique est habité de la rage de l’incendie destructeur et de la puissance du souvenir ressuscitant le passé que l’incendie ravive. Tout cela se heurte et se carambole dans l’occasion d’un événement extra-ordinaire, dans un lieu, dans un temps, dans des événements qui ne le sont pas moins.

Je reste interdit mais assez confiant. Parfois, c’est la juste réponse de circonstance, laquelle vous laisse libre de disposer de votre attitude et de comprendre le jugement qui se forge en vous. Ce n’est pas une attitude religieuse, c’est une attitude de la foi qui est en vous, cette “foi” qui vient du mot latin fides pour “confiance”. Je veux dire qu’il y a des événements aussi extraordinaire que leur symbolisme, qui sont faits pour éveiller dans les consciences et dans les âmes une lucidité qui servira à jeter un regard plus acéré et tragique sur le monde, pour enfin saisir dans quelle tragédie le monde se trouve emporté. La cathédrale est immémoriale d’ancienneté, son incendie est complètement dans la postmodernité, jusqu’à donner l’occasion à la marque des enfers de leur Artificial Intelligence chargée d’algorithmes de se signaler, – elle qui « ne peut s’empêcher de laisser échapper toujours quelque sottise, qui est comme sa signature… »

Il n’empêche, et même si des âmes brûlent d’angoisse et de frayeur sacrées : peut-être le feu de Notre-Dame serait-il comme quelque chose qui détruit décisivement l’incendie du sortilège de 9/11 ? Feu contre feu.

http://www.dedefensa.org/article/feu-contre-feu

A Strasbourg, le grand bourdon de la cathédrale a sonné pour Paris

Strasbourg, 16 avr 2019 (AFP) – Le grand bourdon de la Cathédrale de Strasbourg a sonné pendant un quart d’heure, mardi de 08H00 à 08H15, un « signal puissant » pour marquer la solidarité de la capitale alsacienne au lendemain de l’incendie de Notre-Dame de Paris.Cette cloche, la « plus ancienne cloche de l’église qui a résisté aux guerres et n’a pas été fondue », ne sonne que « dans les occasions majeures de la vie de l’Eglise et du monde », a souligné l’archevêque de Strasbourg, Mgr Luc Ravel, interrogé par l’AFP.

Elle avait retenti le 12 décembre, au lendemain de l’attentat du marché de Noël de Strasbourg qui avait fait cinq morts et une dizaine de blessés.

La Cathédrale de Strasbourg est la « deuxième de France » derrière Notre-Dame de Paris en termes de fréquentation avec « un peu plus de deux millions de visiteurs par an », a précisé Mgr Ravel.

Fondue en 1427, le grand bourdon, suspendu dans le beffroi de la cathédrale, mesure 2,20 m de diamètre et pèse 8,5 tonnes. Il sonnait originellement le glas, la cloche des morts, pour les citoyens de la ville ainsi que le sermon dominical, selon la Fondation de l’OEuvre Notre-Dame qui préserve la Cathédrale de Strasbourg depuis 800 ans.

A midi, les cloches d’autres cathédrales européennes devraient également sonner pendant cinq minutes en solidarité avec Notre-Dame, a expliqué à l’AFP Alain Fontanel, adjoint au maire de Strasbourg chargé de la culture.

A Bâle, Ratisbonne ou Aix-la-Chapelle, 17 cathédrales sont partenaires de la cathédrale de Strasbourg au sein du réseau des bâtisseurs de cathédrales.

« C’est à la fois un acte de solidarité face à la peine que l’on partage tous et une manière de se projeter avec les bâtisseurs de cathédrales, les ateliers de tailleurs de pierre, sur la reconstruction de Notre-Dame de Paris, c’est l’amorce d’un réseau de solidarité qui se mettra au service des autorités parisiennes », selon M. Fontanel.

Une réunion se tient également mardi matin à Strasbourg afin de vérifier que « toutes les règles (touchant à la sécurité de la cathédrale de Strasbourg) sont bien respectées, ce dont on est convaincu », a indiqué M. Fontanel.

Publié le 16/04/2019 10:32

Incendie à Notre-Dame de Paris

L’EGLISE : L’EGLISE EN FRANCE

Incendie à Notre-Dame de Paris

Incendie à Notre-Dame de Paris

Un important incendie est en cours à la cathédrale Notre-Dame de Paris actuellement en travaux. Un important panache de fumée et des flammes semblant s’élever de la partie en cours de rénovation de l’édifice religieux, la flèche, étaient visibles en début de soirée. Le feu a pris dans les combles de la cathédrale ont indiqué les pompiers.

 

Vidéo intégrée

Barnabé@barnabelouche

Notre Dame brûle 😭😭😭

34 personnes parlent à ce sujet

ERWAN LE GAL@ERWANLEGALLL

Incendie à la Cathédrale ?

Voir les autres Tweets de ERWAN LE GAL

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S’il vous plaît, faites un don aujourd’hui. Merci

 

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

https://www.lesalonbeige.fr/incendie-a-notre-dame-de-paris/

Un chien qui se mord la queue

Un chien qui se mord la queue

Les Carnets de Patrice-Hans Perrier

   Forum

Il y a 5 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

1194

Un chien qui se mord la queue

Nous poursuivons, ici, notre analyse de la déchéance spirituelle et morale de l’occident. Dans un contexte où la société marchande cède la place à une oligarchie financière, les repères humanistes sont gommés et remplacés par les dictats d’un marché international qui a force de loi. Nous inspirant de l’analyse du philosophe français Jean-Claude Michéa, nous tenterons dans ce court exposé de mettre à nu la logique libérale. Reprise d’un article de réflexion composé il y a quelques temps de cela.

L’espèce humaine comme marchandise corvéable à merci

Il est particulièrement intéressant d’assister à une remontée des valeurs dites «de gauche» dans l’opinion publique après trois décennies de néo-libéralisme à toutes les sauces. Pendant que les gouvernements recapitalisent les banques, le peuple réclame à grands cris une réhabilitation de l’État sans pour autant – et c’est la perversité de la chose – réaliser que les États seront mis sous tutelle avant longtemps. Pris en serre entre un service de la dette qui les étrangle et l’obligation de renflouer les marchés financiers, les gouvernements n’auront d’autres choix que d’accepter les plans d’austérité que les consistoires mondialistes (FMI et consorts) leurs imposeront. Ainsi, sous prétexte de vouloir assainir les finances, des pans entiers de l’appareil d’État seront démantelés afin d’être pris en charge par le secteur privé.

À défaut de posséder les moyens de production, le peuple et l’ensemble des classes laborieuses pouvaient toujours espérer que l’État vienne arbitrer en faveur d’une hypothétique justice sociale. Mais, et c’est l’astuce, la logique marchande du système économique n’était jamais remise en cause. L’expérience malencontreuse des systèmes bolchéviques et maoïstes ayant servi, en définitive, à cautionner un capitalisme qui allait triompher au sortir de la Deuxième guerre mondiale. Après l’effondrement du bloc soviétique il fallait sauver les apparences. C’est ainsi que l’alternance de la gauche et de la droite allait permettre de ravaler une démocratie de façade qui tombe en disgrâce auprès de l’opinion publique.

La morale est privatisée

Jean-Claude Michéa (suivre le lien  vers son entretien) nous prévient que [même] la morale est privatisée dans un monde où se sont les rapports marchands qui fondent les assises de la cité. Le libéralisme – ou programme libéral – poursuit sa course en prétextant sa neutralité, dans un monde où les rapports de force seraient déterminés par des conflits d’ordre idéologique, religieux ou culturel. Il s’agit d’une imposture colossale ! En bref, la gauche tire le tapis vers plus de services à la collectivité, alors que la droite pousserait vers une plus grande autonomie des acteurs privés. L’alternance électorale permettant d’entretenir l’illusion d’un système qui finirait par s’autoréguler pour le bénéfice de tous.

La morale – ou l’éthique des rapports citoyens – devenant une affaire privée, c’est l’équanimité des échanges économiques qui assurerait la paix et la prospérité. En fait, la prospérité est le concept central qui a remplacé celui du bien public. Avant, les puissants s’arrogeaient le droit – et la responsabilité – de faire régner un ordre public fort discutable au demeurant. De nos jours, les oligarchies financières s’occupent de fixer les seuils de rentabilité qui permettront à la croissance économique de perdurer. Impuissants face à ce nouveau crédo «amoral», les citoyens ont abandonné leurs prérogatives au profit de la (im)posture tordue du consommateur prisonnier de l’ordre marchand.

L’ordre marchand

Michéa parle d’une «société axiologiquement neutre» qui ne reposerait sur aucun prédicat idéologique. Les libéraux se réclamant d’«un discours qui signerait la fin des idéologies». Donc, les politiciens pourraient se permettre – durant les campagnes électorales – d’argumenter à partir de certains marqueurs idéologiques, mais la logique marchande les rappellerait vite à l’ordre durant l’exercice de leur mandat. Coupant court à toute forme de digression oiseuse, cet astucieux penseur met le doigt sur la supercherie de démocratie libérale. Rappelons-nous de la célèbre citation de Jean-Louis Barrault : «la dictature, c’est «ferme ta gueule»; la démocratie, c’est «cause toujours»». Le logos serait donc prisonnier de la dictature de l’économique, une sphère d’activité n’ayant de compte à rendre qu’à ceux qui tirent les ficelles.

Fort curieusement, face à un tel conditionnement, même les organismes à but non-lucratif ou caritatifs sont tenus de devenir profitables sous peine de se faire couper les vivres. Rien n’échappe à la logique marchande pour qui une entreprise sans profit équivaut à un irritant qu’il convient d’éliminer dans les plus brefs délais. Mais, loin de nous l’idée de faire l’apologie de l’incompétence ou de l’interventionnisme à tous crins. En fait, pour dire les choses clairement, il appert que les profits générés par l’ensemble de la société servent à financer de nouvelles entreprises qui permettront à l’oligarchie de générer de nouveaux profits. L’appareil d’État devenant une simple courroie de transmission afin d’arbitrer les contentieux opposants une cohorte de compétiteurs tentant de faire main basse sur l’ensemble des rapports de production et sur les éventuelles sources de profit escomptées.

Le mythe de la croissance

La doxa des élites repose sur un mythe tenace. Le mythe de la croissance n’est pas prêt de s’estomper et Jean-Claude Michéa pousse son raisonnement jusqu’à affirmer que «l’augmentation indéfinie est une philosophie à part entière pour les maîtres du monde», lesquels sont littéralement obsédés par les moyens d’engendrer une nouvelle croissance. Le quantitatif aura remplacé l’idéal d’une élévation des consciences. Il s’agit donc du «degré zéro» de la morale publique ou, si vous préférez, d’un état de fait où les mythes du progrès, de la croissance, de la technicité, auront remplacé l’idéal hellénique et chrétien d’une cité où la justice règnerait.

La moralité de cette histoire ?

Michéa confirme (et il n’est pas le seul) que la gauche a, elle aussi, intégré le prédicat qui désigne la croissance comme moteur d’évolution et d’amélioration de la société. La croissance économique permettant de faire disparaître les sources de conflit au sein d’une société fédérée par l’appât du gain comme ultime moteur. Et pourtant. L’accroissement vertigineux des fortunes des grandes corporations n’a pas aidé les sociétés occidentales à sortir du marasme et à améliorer les conditions de vie de ses citoyens. Bien au contraire – et de nombreuses études l’attestent – la classe moyenne est en train de disparaître et les grandes fortunes américaines accaparent une part colossale de la richesse collective, alors que le gouvernement n’arrive même plus à faire ses frais administratifs. Il s’agit d’une mythologie que nous sommes forcés d’ingurgiter jour après jour.

La logique du don

L’«universalité du marché aurait remplacé la logique du don», précise le philosophe français. Il nous dit qu’il faut savoir donner, recevoir et rendre … le «donnant, donnant» de l’échange marchand aurait détruit cela. Et, de pousser un cran plus loin son argumentaire en affirmant que la logique marchande pervertirait jusqu’aux rapports amoureux et sentimentaux. Pour lui, «une part essentielle des rapports humains relève d’une logique qui tient à distance celle de l’économie». Les principaux mouvements de résistance au capitalisme naissant – XVIIIème et XIXème siècles – se seraient élevés contre ce qu’il nomme l’«individualisme possessif et l’égoïsme radical». Les premiers socialistes se préoccupaient du «devoir de partage, d’entraide et de solidarité», avance-t-il, en précisant que les gauchistes actuels seraient bien plus préoccupés par l’appât du gain que par une réelle justice sociale.

S’il est un élément fondamental de l’héritage chrétien c’est bien celui du don de soi pour le plus grand bénéfice de la collectivité. Curieux paradoxe, l’activité économique des premiers monastères aura tracé la voie au capitalisme à venir, dans un contexte où les communautés religieuses se préoccupaient toujours plus de la thésaurisation au détriment du partage. Certes, la domestication de nos rapports à la nature nous a permis d’obtenir un «gain de production» et de nous affranchir de l’arbitraire de la survie primitive. Mais, d’autres formes d’aliénations encore plus pernicieuses ont vu le jour avec l’apparition de la cité moderne de la Renaissance. À une époque où le grand capital apatride dicte sa loi d’airain, il devient impérieux de renouer avec les fondamentaux de la démocratie hellène, mais tout autant avec cette charité (caritas) qui fut le levain des premières communautés chrétiennes.

http://www.dedefensa.org/article/un-chien-qui-se-mord-laqueue