Archives pour la catégorie Symbolisme

Le message symbolique et non verbal du président Assad qui affole les analystes israéliens et les cabbalistes du monde entier

PublicitésPowered by wordads.coSeen ad many timesNot relevantOffensiveCovers contentBrokenREPORT THIS ADSkip to contentdimanche, mars 08, 2020

Strategika 51

 ΠΆΝΤΑ ῬΕΙ͂…

Menu Button

Le message symbolique et non verbal du président Assad qui affole les analystes israéliens et les cabbalistes du monde entier

Lors d’un discours commémorant la victoire d’Alep le 17 février dernier, le président de la République Arabe de Syrie est apparu dans un bureau où il n’y avait aucun drapeau syrien ou armoire de l’Etat syrien.

Attablé derrière un bureau vide mis à part un moniteur discret, le président Assad a délivré son discours en mettant à sa droite un faucon dont les yeux étaient tournés vers la droite:

et une très étrange fiole en verre remplie de liquide de couleur ambre à sa gauche:

Le président Bashar Al-Assad a tenu à ce que ces deux objets remplacent respectivement le drapeau national syrien et les armoiries de l’État avant la diffusion d’un message destiné à célébrer la victoire d’Alep. Ce message aurait pu passer inaperçu si ce n’est l’affolement qui a commencé à s’emparer des cabbalistes et des analystes israéliens qui ont commencé à décoder la symbolique cachée des images de ce discours. C’est en fait un message dans le message destiné au mouvement sioniste international et à la Cabbale talmudiste au pouvoir en Israël et imprégnant les États profonds aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, aux Pays-Bas, au Danemark et en Allemagne. Le décryptage de ce message non verbal affole l’internationale sioniste et les dirigeants israéliens dont la superstition est toujours sans aucune limite. Il implique trois éléments importants:L’absence de drapeau syrien et de tout signe représentatif de la République Arabe Syrienne indique que la guerre en cours ne concerne pas la Syrie mais relève d’un conflit plus grand et plus étendu impliquant des acteurs non toujours identifiés par la communication verbale, conventionnelle et formatée.

La présence de la statue d’un faucon tourné vers la droite signifie que Assad ne se rendra jamais et continuera à se battre. Le faucon est la figure tutélaire des pilotes syriens et c’est également le symbole du Chef de l’Etat. Le père de Bashar Al-Assad, Hafez, était à l’origine un pilote de chasse et un stratège hors-pair. C’est d’ailleurs grâce à lui que l’État syrien ne s’est pas totalement effondré après neuf ans de guerre. C’est la raison pour laquelle le gouvernement syrien fait tout son possible pour utiliser coûte que coûte son aviation militaire en dépit de la perte de 120 000 militaires et de plus de 2800 blindés. L’ État syrien tel qu’il a été structuré depuis le milieu des années 60 est un État de pilotes de chasse.

La fiole ambrée est l’objet ayant le plus affolé les destinataires du message symbolique d’Assad: cette fiole contiendrait de l’eau issue du lac de Tibériade ou mer de Galilée, un lac emblématique situé entre le plateau du Golan et la Galilée. Cette eau a été ramenée dans une gourde par deux soldats syriens ayant pénétré derrière les lignes israéliennes lors de la guerre d’octobre 1973, haut fait d’arme pour lequel ils ont été condamnés à mort par une cour martiale pour désobéissance en temps de guerre. Peine commuée plus tard en peine à perpétuité avant qu’ils ne soient graciés. Le second soldat avait rempli son sac à dos avec du sable des rives du lac de Tibériade et ce sac lui a d’ailleurs sauvé la vie. Les deux militaires tentèrent de rencontrer le Commandant-en-Chef de l’Armée syrienne et après beaucoup de difficultés ils purent être reçus en audience par le président Hafez Al-Assad a qui ils confèrent l’eau et le sable de Tibériade. Le sable fut transformé en fiole de verre par l’un des meilleurs artisans de Damas et cette fiole servit de réceptacle à l’eau de Tibériade. Cet objet devint le symbole du serment du Golan: tôt ou tard, la Syrie récupérera le plateau du Golan et ses soldats, les siens ou ceux de ses alliés, arriveront au lac Tibériade et livreront une bataille mémorable près du site d’Armageddon. C’est cette référence apocalyptique qui effraie le plus les analystes israéliens. Le discours diffusé sur les chaînes syriennes n’a pas été saisi par les populations syriennes mais parfaitement reçu par les Cabbalistes sionistes et leurs relais.

Le message est clair: la guerre est entre Assad et l’internationale sioniste et l’enjeu de cette guerre de presque une décennie est le plateau du Golan. La perte du plateau du Golan par Israël signifie sa fin et sa fin ne saurait intervenir sans de grands troubles et bouleversements violents dans la structure des relations internationales héritées ou mises en place depuis la fin de la seconde guerre mondiale en 1945 et l’instauration d’un nouvel ordre mondial où le Sionisme international eut un rôle de plus en plus évident depuis la création de l’Etat d’Israël en 1948 et plus encore depuis les attentats sous fausse bannière du 11 septembre 2001 visant à détourner l’éveil des populations et leur prise de conscience vis à vis de cette réalité à travers le fardeau d’un système économique et financier mondiale profondément injuste et prédateur méprisant l’humain et toute forme d’éthique.

A travers ce message, Assad démontre qu’il connaît à qui il a affaire et cette donne effraie les commanditaires des guerres en Syrie et ailleurs. La propagande universelle va sans doute noyer le poisson et diaboliser davantage Assad (il l’est déjà suffisamment depuis près de deux décennie dont une en conflit hybride violent) et qualifier ce message de these complotiste invraisemblable. Les faits sont têtus et Assad vient de démontrer qu’il maîtrise la communication symbolique avec son pire adversaire caché derrière une multitude de masques et de paravents. Un adversaire implacable et toujours cachés derrière un mur sémantique et conceptuel façonnent sa propre conception de la réalité imposée au monde par un très puissant appareil de propagande. La guerre en Syrie comporte de ce fait un aspect eschatologique certain.

On est en 2020 et le 15 mars la guerre au Levant entrera dans sa dixième année.

https://strategika51.org/2020/03/08/le-message-symbolique-et-non-verbal-du-president-assad-qui-affole-les-analystes-israeliens-et-les-cabbalistes-du-monde-entier/

La bataille du Signe des Temps

La bataille du Signe des Temps

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

1689

La bataille du Signe des Temps

20 avril 2019 – J’avoue n’avoir pas marchandé mon bonheur lorsque Finkielkraut, semi-grave pour l’évidente force de son idée et demi-ironique en imaginant ce que seraient les binettes de ceux qui l’écoutaient, commença à dire qu’il ne croyait pas à un accident ni à un attentat, pas du tout… Mais bien plutôt ceci, évoquant l’usine à touristes par millions, l’incessante exploitation, « livrée aux cars immenses et immondes, découragée par cet environnement dé-spiritualisé, elle a voulu mettre fin à ses jours et in extremis en a été empêchée par des pompiers exemplaires et héroïques »…

Je ne marchande pas mon bonheur car vous aurez tous reconnu l’idée centrale que développe notre poétesse Badia Benjelloun dans son « Notre-Dame ». Il est vrai que nous autres, pauvres hères et pauvres humains qui portons et supportons cette époque terrifiante de bassesse, nous comprendrions si bien qu’elle, Notre-Dame, puisse songer au pire selon nos conceptions habituelles et peut-être erronées ; exaspérée enfin, par les marchands du temple qui sont le principal “reflet du temps” que le philosophe Premier ministre Philippe voudrait voir figurer pour illustrer Notre-Dame 2.0 à laquelle nous apporterions les améliorations qui s’imposent, avec consommation réduite, taxe-carbone, et une décoration extérieure rendant compte de cette sublime “diversité” qui fait toute la richesse de cette opulente époque des hautes eaux du système sanitaire. Dans une telle perspective enfermée dans de telles intentions de bureaucrates de l’Art Contemporain, tiendrions-nous le terrain propice à nos élans décisifs ?

Enfin, la “performance” comme il détesterait que l’on dise, d’Alain Finkielkraut sur LCI vendredi, fut dispensatrice d’énergie et surtout portant confirmation, pour mon compte, que s’ouvre effectivement une bataille autour d’un symbole et de son sort, où la métaphysique, et par conséquent la métahistoire, auront la place la plus éminente. « C’est la métaphysique qui descend dans l’hallucinant débat agité des combats politiques pour affirmer une tragédie, restaurer une gravité », dit le comédien Fabrice Lucchini, et j’en suis bien aise.

Finkielkraut participe bien entendu à cette intense émotion qui a saisi le peuple de France, et déclenché une crise étrange, imprévue, extraordinaire, une crise pour le meilleur ou pour le pire. Le suicide raté de Notre-Dame a montré aux Français combien les Français aimaient Notre-Dame, et « Notre-Dame nous a paru vivante parce qu’elle nous a paru mortelle » ; il s’agissait de la sauver, de la retenir au bord du gouffre, parce qu’avec elle nous pouvions bien purement et simplement disparaître, la suivre dans sa funeste décision pourtant si justifiée par la conduite de tant d’arrogance de l’hybris des piètres arrangements humains… Il s’agissait de tout cela car elle est bien autre chose, nous le découvrons :

« Nous avons découvert une autre idée de patrimoine que celle qui était répandue… Ce n’est pas simplement un joyau touristique, ce n’est pas simplement un gisement culturel… […] C’est effectivement [aussi et d’abord] une partie de notre être, un vestige du passé, la présence des morts et pour certains du divin… »

Au cours de cette intervention, Finkielkraut est apparu plus calme qu’à l’ordinaire, moins atteint par la polémique et ainsi moins vulnérable et dominant sa sensibilité parfois impérative et trop exigeante, comme si le fait de s’adosser aux vieilles pierres venues des siècles d’antan donnait une force singulière en bronzant la conviction. Les objections, les répliques ou les attaques dont il fut l’objet manquaient singulièrement de mordant. L’on comprit également que la “reconstruction” de Notre-Dame serait une route semées d’embûches, ou même, et même plus encore, je le répète avec force, une bataille terrible. Finkielkraut, comme bien d’autres, s’il admet ne pas attendre une restauration parfaitement à l’identique, hurle des cris de colère aux échos des thuriféraires de l’Art Contemporain, de la “diversité”, et toutes cette sorte de choses accouchées par une terrible et nihiliste postmodernité, qui déjà tente d’investir le chantier de la restauration. Une terrible bataille, vous dis-je, une bataille pour la substance des pierres et la forme de l’architecture sacrée ; une bataille pour le Signe des Temps

On comprend que toutes les dimensions sont présentes, que l’aspect symbolique se trouve représenté par des situations extrêmement précises et identifiables dans les querelles les plus significatives de notre temps de Grande Crise. Il y est question d’identité, de la conception de la Nation et de l’extension du politique qu’elle implique, du manque de sens d’une époque complètement phagocytée dans l’économisme et dans les narrative arrogantes, qui soudain se trouvent confrontées à ces “siècles d’Histoire” et à l’interrogation de la dimension divine. Notre-Dame porte tout cela, et bien d’autres choses de la même essence encore, et par conséquent son drame devient absolument le drame d’une époque avec sa Grande Crise, et son incendie, et les ruines qui suivent, font naître dans bien des esprits l’analogie de l’incendie et des ruines qui caractérisent la Grande Crise et son époque.

Dans cette situation, il ne fait aucun doute que ce qu’on pourrait désigner comme le “parti postmoderne” a parfaitement compris qu’il s’agit d’une bataille et que son enjeu est colossal. Il la livrera avec toutes les forces de dissolution et de subversion à sa disposition, et peut-être certains y verront-ils le visage du Diable ; je ne ferai rien pour les en dissuader. Peut-être même irait-on jusqu’à penser qu’il s’agit là d’une sorte de “bataille finale”, une sorte d’Armageddon enfin. Ainsi, de symbole qu’est Notre-Dame dans l’occurrence tragique de l’incendie de lundi, devient-elle un signe des Temps, le véritable et décisif Signe des Temps.

J’ai parlé plusieurs fois, ces derniers temps, de Guénon et de son livre Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps ; on y lisait ceci, dans celui du 5 mars 2019 : « Avec Guénon, nous sommes au terme de la Fin des Temps. » Avec Notre-Dame, nous sommes à l’ultime et décisif Signe des Temps.

http://www.dedefensa.org/article/la-bataille-du-signe-des-temps

Feu contre feu

Feu contre feu

Journal dde.crisis de Philippe Grasset

   Forum

Il y a 3 commentaires associés à cet article. Vous pouvez les consulter et réagir à votre tour.

   Imprimer

1252

Feu contre feu

Le censeur-Artificial Intelligence de Yutube eut l’heureuse idée de placer l’événement de dévastation  sous les auspices de 9/11, – Notre-Dame définie par les tours de Manhattan, – suggérant à ceux qui n’y pensaient pas encore l’idée du complotisme. Ils se sont excusés, mais il reste que la bêtise de la modernité-FakeNewsiste a tenu à figurer dans l’éventail des sentiments innombrables de cette tragédie extraordinairement chargée du symbolisme de la métaphysique de l’Histoire et de la foi.

Le poids du symbole pèse autant sur nos consciences et sur nos âmes que l’incendie lui-même, dont on a peine à qualifier le sens que nous sentons obscurément : le Feu de Dieu ou le brasier du Diable ? A cette heure de ce jour où un “président” devait parler, dans une telle occurrence de la Semaine Sainte pour les chrétiens qui sont eux-mêmes les légataires religieux de Notre-Dame, dans ces temps-là du Grand Trouble, au cœur d’événements terrestres empreints de la folie tourbillonnante de la Grande Crise, comment écarter une immense interprétation symbolique, où chacun mettra pêle-mêle ses croyances, ses passions, ses angoisses, ses espérances et ses désespoirs ?

Ce n’est pas le passé qui s’embrase pour menacer de disparaître, c’est le passé qui se rappelle à nous. En même temps qu’il semble se détruire, nous sommes conduits à observer qu’il existe bien puisqu’une partie de lui a subi l’attaque du feu et que le feu ne brûle que ce qui existe. La question qui vient naturellement est de savoir ce que nous avons fait de ce passé lorsqu’on contemple le présent sur quoi il débouche. Chacun a sa réponse toute prête ; vous permettrez que je réserve la mienne par loyauté pour la durée qu’il faut respecter avant d’émettre un jugement.

A côté de quoi et évidemment contre cette objurgation à la réserve, comment éviter les interrogations angoissées qui sonnent comme des réponses, les observations catastrophées qui impliquent la nécessité du jugement qu’on devine ? La religion catholique et chrétienne était en lambeaux, elle est désormais en cendres. La question se presse dans nos esprit : que faire de ce monde qui nous tend le symbole de l’éradication de ses origines par le feu ? La tentation est inévitable de faire de l’événement mystérieux dans son si puissant sens symbolique qu’il nous écraserait, un élément de nos affrontements politiques, un objet de manipulation, un brasier de nos folies les plus échevelées. Il y en a qui s’y activent, on s’en doute : les “communicants” excellent dans le réductionnisme, – reductio ad nihilum.

Pour mon cas, puisque ce journal est personnel, je répète que je préfère retenir mon jugement après avoir ressenti le poids du symbole. Ce poids est si lourd, il convoque tant d’interprétations, de fureurs et de ferveurs, il est à la fois si ancien et si complètement dans le brasier de la crise de la modernité, ce poids est bien trop lourd pour trancher dans le vif d’un événement qui est si haut au-delà de notre entendement. Pour autant, me dis-je en moi-même, je sais bien dans quel sens je penche. Ainsi en est-il des réactions et des effets d’un tel événement dont le poids symbolique est habité de la rage de l’incendie destructeur et de la puissance du souvenir ressuscitant le passé que l’incendie ravive. Tout cela se heurte et se carambole dans l’occasion d’un événement extra-ordinaire, dans un lieu, dans un temps, dans des événements qui ne le sont pas moins.

Je reste interdit mais assez confiant. Parfois, c’est la juste réponse de circonstance, laquelle vous laisse libre de disposer de votre attitude et de comprendre le jugement qui se forge en vous. Ce n’est pas une attitude religieuse, c’est une attitude de la foi qui est en vous, cette “foi” qui vient du mot latin fides pour “confiance”. Je veux dire qu’il y a des événements aussi extraordinaire que leur symbolisme, qui sont faits pour éveiller dans les consciences et dans les âmes une lucidité qui servira à jeter un regard plus acéré et tragique sur le monde, pour enfin saisir dans quelle tragédie le monde se trouve emporté. La cathédrale est immémoriale d’ancienneté, son incendie est complètement dans la postmodernité, jusqu’à donner l’occasion à la marque des enfers de leur Artificial Intelligence chargée d’algorithmes de se signaler, – elle qui « ne peut s’empêcher de laisser échapper toujours quelque sottise, qui est comme sa signature… »

Il n’empêche, et même si des âmes brûlent d’angoisse et de frayeur sacrées : peut-être le feu de Notre-Dame serait-il comme quelque chose qui détruit décisivement l’incendie du sortilège de 9/11 ? Feu contre feu.

http://www.dedefensa.org/article/feu-contre-feu