Archives pour la catégorie Turquie

Erdogan dit adieu à l’OCS

Erdogan dit adieu à l’OCS

Publié le 12 Février 2019 par Observatus geopoliticus in Moyen-Orient, Chine

Ceux qui pensaient que la désastreuse vente des S-400 russes à la Turquie permettrait de rompre le lien entre Ankara et l’OTAN, voire de l’attirer vers l’Organisation de Coopération de Shanghai, en sont pour leurs frais. Après les récentes et tonitruantes déclarations turques sur la répression chinoise au Xinjiang, cette entrée dans l’OCS est devenue une chimère.

« La politique d’assimilation systématique des autorités chinoises à l’égard des Turcs Ouïghours est une honte pour l’humanité« . Cette phrase n’a certes rien de scandaleux en soi. S’il est difficile de faire la part des choses entre les affirmations des uns (« un million de Ouïghours internés ») et des autres (« les camps d’internement ne sont qu’une rumeur »), une chose est sûre : la politique de repeuplement décidée par Pékin, et la destruction culturelle du Xinjiang qui en résulte, n’est pas une légende. Votre serviteur avait déjà pu le constater sur place il y a une dizaine d’années…

Si le sultan a autorisé ses Affaires étrangères à émettre cette critique cinglante, c’est que, sans doute pour la première fois de sa carrière, il parle avec son coeur. Certes, beaucoup ironiseront sur le sort qu’il réserve à « ses » propres Kurdes, qui n’a pas beaucoup à envier au traitement que subissent les Ouïghours. Mais sur le Xinjiang, Erdogan semble réellement sincère. Mise à part une possible (et légère) hausse dans les sondages en vue des élections locales le mois prochain, dont son parti est de toute façon favori, il n’a rien à gagner à cette prise de position morale. Tout à perdre, au contraire.

Sans surprise, Pékin n’a pas du tout apprécié, parlant de « déclarations déplorables » et de « mensonges absurdes ». Or la Chine est le premier partenaire commercial d’Ankara et son principal soutien financier alors que la livre turque dégringole. La BAII, que nous avons plusieurs fois évoquée, a d’ailleurs commencé à lui accorder des prêts.

Il y a deux petits mois seulement, lors d’une rencontre entre le Premier ministre chinois et le président du Parlement turc, ce dernier déclarait tout de go : « Nous considérons la Chine comme un pays stratégique et ami« . Et le premier de répondre  : « La Chine est prête à approfondir sa coopération avec la Turquie sur la base du respect et des avantages mutuels « . C’est précisément là que le bât blesse : toute critique, justifiée ou non, sur la politique interne de Pékin est considérée comme une faute impardonnable. La non-ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat est même le principe de base de l’Organisation de Coopération de Shanghai.

Déjà, des bisbilles étaient apparues il y a une décennie, comme nous l’expliquions par ailleurs :

En janvier, 2013, l’écume des événements a fait passer à peu près inaperçue une véritable bombe géopolitique : le premier ministre turc Recep Erdogan, invité à la télévision, déclara que la Turquie était encline à abandonner sa démarche européenne pour lui préférer une entrée dans l’Organisation de Coopération de Shanghai, qu’il a qualifiée de « plus forte et importante que l’Union Européenne ». Il faut certes rester prudent, ce pour plusieurs raisons. L’OCS poursuivant son intégration et développant une coopération militaire sans cesse plus poussée, se poserait notamment le problème de l’allégeance d’Ankara à l’OTAN. Encore faudrait-il pour cela que la Turquie soit admise, ce qui est loin d’être évident : contrairement à la Russie, la Chine n’est pas très favorable à l’entrée de la Turquie, conséquence sans doute des déclarations du premier ministre turc qualifiant, non sans exagérations, la répression chinoise au Xinjiang turcophone en 2009 de « génocide »

Bis repetita en 2019. Cette fois, Pékin n’oubliera certainement pas et devrait définitivement fermer la porte de la grande alliance eurasiatique à la Turquie. Pour une fois qu’Erdogan ne se tortillait pas dans tous les sens et ne manigançait pas pour arriver à ses fins…

Publicités

Turquie : puissance régionale incontournable aux capacités limitées

Turquie : puissance régionale incontournable aux capacités limitées

Tribune
31 janvier 2019

Il ne se passe pas une semaine sans que la Turquie ne fasse l’objet de nombreux commentaires tant la situation à sa frontière méridionale est délétère et connaît de multiples évolutions contradictoires. Pour Ankara, les enjeux se concentrent sur le combat contre les forces kurdes liées au Parti de l’union démocratique (PYD) et sur la situation de la région d’Idlib.

Depuis l’été 2016, la Turquie a efficacement su se replacer au centre du jeu sous-régional en abandonnant brutalement ce qui avait constitué son crédo politique depuis l’été 2011 et qui se traduisait alors par la volonté obstinée de faire tomber le régime de Bachar Al-Assad. Le relatif isolement qui en découla et, surtout, la progression des forces politico-militaires liées au PYD, franchise syrienne de Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qualifié d’organisation terroriste par Ankara, l’ont ainsi contrainte à changer d’orientation en se rapprochant notamment de la Russie, incontestable maître du jeu dans le dossier syrien.

L’annonce de Donald Trump, le 19 décembre 2018, de retirer les troupes états-uniennes de Syrie entraîna une série de conséquences en chaîne. La première fut la démission quasi immédiate du secrétaire à la Défense, le général Mattis, qui comprenait, manifestement plus clairement que son président, que ce retrait allait créer une sorte de vide stratégique que Russes et Iraniens ne manqueraient pas de combler rapidement. Cette décision trumpienne faisait suite à plusieurs entretiens téléphoniques avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdoğan, dans un contexte très particulier, puisque ce dernier avait annoncé, le 12 décembre précédent, à l’occasion du Sommet de l’industrie de défense d’Ankara, le déclenchement « d’ici quelques jours » d’une intervention militaire qui, cette fois-ci, se déroulerait à l’Est de l’Euphrate. L’objectif fixé était clairement d’éradiquer le PYD et ses Unités de protection du peuple (YPG), ce qui semblait favorisé par le départ annoncé des troupes états-uniennes, et donc la fin de la protection que ces dernières fournissaient aux milices kurdes. C’est au cours des journées qui suivirent qu’un déploiement de troupes et de matériels militaires turcs fut organisé le long de la frontière turco-syrienne, dans la région de Manbij, et que les déclarations martiales de R. T. Erdoğan se multiplièrent.

Pour autant, il y a un pas entre l’affichage et la réalité des possibles. Au sein même de l’administration états-unienne, les contrefeux à l’annonce présidentielle s’organisèrent rapidement, n’hésitant pas à prendre le contrepied de D. Trump. En déplacement officiel en Israël le 6 janvier, John Bolton écartait ainsi toute perspective de retrait rapide des forces américaines déployées en Syrie. Il expliqua notamment qu’une des conditions à cette mesure était que « la défense d’Israël et d’autres amis dans la région soit absolument assurée », formulation qui semblait inclure les forces kurdes des YPG. Il martelait son propos en déclarant qu’aucune action militaire turque ne devrait être entreprise sans acceptation des États-Unis et sans une coordination avec eux. Inutile de préciser que l’accueil de J. Bolton fut assez frais lorsqu’il arriva à Ankara deux jours plus tard, R. T. Erdoğan refusant de le rencontrer.

Ces péripéties, outre qu’elles montrent le caractère erratique de la politique du président des États-Unis, indiquent assez bien la réalité des relations entre Washington et Ankara. Ni parfaite convergence ni rupture, chacun sachant jusqu’où ne pas aller. Elles indiquent aussi qu’au-delà des postures guerrières du président turc, une intervention militaire, si elle se confirme, sera probablement de faible ampleur et de faible intensité. Non seulement les capacités opérationnelles et logistiques de l’armée turque ont d’abord été affectées par les purges successives dont elle a été l’objet depuis la tentative de coup d’État de juillet 2016. Mais surtout, l’on peut considérer que R. T. Erdoğan a parfaitement saisi que son pays bénéficie désormais d’atouts politiques et diplomatiques qu’il lui vaut mieux tenter d’utiliser plutôt que la seule force militaire, même si le recours à cette dernière reste plausible dans les limites évoquées précédemment.

Enfin, les Kurdes liés au PYD-PKK, craignant les conséquences négatives du départ des troupes états-uniennes, ont approfondi les contacts avec le régime de Damas, ce dernier ayant même accepté de déployer des troupes à la proximité de la ville de Manbij, ce qui vaut protection pour ces milices kurdes. On imagine en effet difficilement un affrontement direct entre les troupes restées loyales à Bachar Al-Assad et l’armée turque, d’autant que la Russie s’y opposerait de tout le poids qu’elle peut avoir sur les deux protagonistes.

Parmi les atouts dont la Turquie dispose figure en effet l’incontestable proximité avec la Russie, une nouvelle fois illustrée par la visite du président Erdoğan à son homologue russe le 23 janvier. Un seul point à l’ordre du jour lors d’un entretien en tête à tête de deux heures, la Syrie. C’est en fait la question de l’instauration d’une zone de sécurité le long de la frontière avec la Syrie qui concentre les tractations aujourd’hui : revendication ancienne d’Ankara qui pourrait bien se concrétiser au vu de l’évolution des rapports de forces et qui lui permettrait de se prémunir contre ce que les dirigeants turcs appellent le « territoire terroriste » administré par les forces du PYD, qui serait de facto repoussé vers le sud. Cette hypothèse impliquerait que Damas accepte une certaine forme d’autonomie des régions de peuplement majoritairement kurde, à la condition qu’elle puisse exerce sa souveraineté et ses droits régaliens sur la totalité du territoire syrien.

On le voit, si la Turquie possède d’incontestables atouts, elle n’en reste pas moins limitée dans ses initiatives par une série d’obstacles. Facteur aggravant, Ankara se trouve confrontée à une poussée djihadiste à Idlib, qu’elle n’a su juguler. La région d’Idlib fait partie des « zones de désescalade » en Syrie définies par le processus d’Astana regroupant la Russie, l’Iran et la Turquie. En septembre 2018, à la demande pressante d’Ankara, Moscou avait accepté de surseoir aux bombardements massifs sur Idlib, où sont désormais concentrées les forces djihadistes et des débris de l’Armée syrienne libre. La Turquie craignait que ces bombardements ne génèrent une nouvelle vague de réfugiés sur son sol, elle qui en accueille près de 3,5 millions. En échange, elle était mandatée pour pacifier la région et obtenir le désarmement des milices. En vain. La principale force djihadiste, Hayat Tahrir Al-Cham, ex-Al-Qaïda, refusait tout compromis et parvenait à reprendre le contrôle de la province à la mi-janvier 2019. Échec total pour la Turquie : non seulement la situation nouvelle à Idlib mettait en lumière la faiblesse des groupes « rebelles » sur lesquels elle prétendait s’appuyer et qu’elle soutenait, mais de plus sa position était fragilisée par son incapacité à neutraliser les groupes djihadistes actifs dans la région, comme elle s’y était engagée.

Ces quelques rappels indiquent assez nettement que la Turquie s’impose plus que jamais comme une puissance sans laquelle nombre des défis de la région ne peuvent se résoudre, tout en soulignant ses limites et sa dépendance à des dynamiques qu’elle ne peut contrôler et encore moins résoudre seule. Dans la région comme ailleurs, multilatéralisme, négociations et compromis restent les maîtres-mots de la mise en œuvre de solutions pérennes. L’issue de l’interminable crise syrienne en dépend.

http://www.iris-france.org/

Damas ordonne le boycott total des produits turcs

Damas ordonne le boycott total des produits turcs

La Syrie mène une campagne de boycott des produits turcs massivement  importés via l’enclave rebelle d’Idleb et d’Irak.

Les médias syriens multiplient les films de sensibilisation à cet égard. Le message principal vehiculé est qu’un produit turc acheté équivaut à un obus ennemi garanti.

La Turquie, un des pays les plus importants de l’Alliance Atlantique est un allié du Qatar et de la France, deux pays obsédés par un changement de régime en Syrie.

Damas ordonne le boycott total des produits turcs

Khashoggi a-t-il vraiment été tué?

Khashoggi a-t-il vraiment été tué?

 50

 3  5

 59

Je n’ai pas été convaincu par les affirmations de la Turquie, du Washington Post et d’autres au sujet de l’horrible meurtre, en octobre 2018, de Jamal Khashoggi, un agent du renseignement. Il y a trop d’anomalies, comme en témoignent diverses déclarations du président turc, M. Erdogan, et comme en témoignent les nombreux médias occidentaux de grande diffusion. Des recherches récentes suggèrent que Khashoggi n’a peut-être jamais été dans ce consulat saoudien à Istanbul ce jour-là, et qu’en fait, il est peut-être encore bien vivant et caché. Si c’est le cas, cela suggère une histoire beaucoup plus vaste derrière l’affaire. Considérons ce qui suit.

La meilleure façon de l’illustrer est de revenir sur les événements entourant l’arrestation surprise et la détention de nombreuses personnalités saoudiennes de haut rang fin 2017, par le prince Mohammed bin Salman ou MBS comme on l’appelle. Le 4 novembre 2017, MBS a annoncé à la télévision publique que de nombreux Saoudiens, dont l’un des plus riches, le prince Alwaleed bin Talal, avaient été arrêtés pour corruption et détenus à l’hôtel Riyadh Ritz Carlton. Le prince Alwaleed est clairement la personne cruciale.

Le gendre du président Trump aurait effectué une visite non publique à Riyad pour des entretiens privés avec MBS quelques jours seulement avant les arrestations massives. Un article paru dans le journal UK Mail en 2018 affirmait que Jared Kushner, représentant le Président, avait informé MBS d’un complot rival de la famille royale saoudienne pour éliminer le Prince Héritier. Le prince Alwaleed serait au centre du complot.

Après trois mois d’emprisonnement, Alwaleed a été libéré le 27 janvier 2018, à la suite d’un règlement financier. En mars 2018, il a été retiré de la liste des milliardaires de Forbes World’s Billionaires. Avant son arrestation, Alwaleed était le plus gros actionnaire de Citibank, l’un des principaux propriétaires de Twitter, un ancien partenaire de Bill Gates dans les programmes de vaccination de la Fondation Gates, et généreux donateur de certains démocrates tels que Hillary Clinton et la Fondation Clinton. Selon les médias, le frère de Huma Abedin, Hassan Abedin, collaborateur de la campagne Hillary et membre des Frères musulmans, a travaillé avec Bin Talal sur un projet intitulé « Propager l’Islam en Occident ». Bin Talal et d’autres sources saoudiennes ont donné jusqu’à 25 millions de dollars à la Fondation Clinton au moment où elle préparait sa candidature à la présidence. Le prince était aussi un ennemi ouvert de Donald Trump.

Qui était vraiment Khashoggi ?

Jamal Khashoggi n’était pas un journaliste ordinaire. Il a effectivement travaillé pour le prince Alwaleed bin Talal. Dans une interview dans le Gulf Times en novembre dernier, Alwaleed a déclaré : « Jamal n’était pas seulement mon ami. Il travaillait avec moi. En fait, son dernier emploi en Arabie Saoudite était avec moi … » Jamal était, ou est toujours, le neveu d’un agent lié à la CIA, le défunt Adnan Khashoggi, un trafiquant d’armes récemment décédé, impliqué dans la banque CIA-Saoudienne BCCI et l’Iran-Contra. Le neveu Jamal a également travaillé pour le Prince Bandar, ambassadeur d’Arabie Saoudite à Washington, un homme si proche de la famille Bush que George W. l’avait surnommé « Bandar Bush ». En bref, Khashoggi faisait partie des cercles saoudiens proches du groupe Bush-Clinton. Lorsque le roi Abdullah décida de sauter, dans la liste de succession, le père d’Alwaleed, Talal bin Abdulaziz Al Saud, surnommé «le prince rouge» pour ses idées réformistes, cela avait abouti à l’arrivée sur le trône de Salman, le père de MBS. Dès lors, Alwaleed était en dehors des calculs du pouvoir du roi Salman et du Prince héritier MBS.

Le gouvernement saoudien ainsi que la Brookings Institution confirment que Khashoggi était membre des Frères musulmans. La Fraternité a été interdite en Arabie Saoudite en 2011 à la suite du Printemps arabe de Obama-Hillary Clinton, lorsque le monarque saoudien, le roi Abdullah, et son entourage ont compris que la maison royale elle-même constituait une cible potentielle pour un changement de régime par les Frères Musulmans, comme en Égypte et en Tunisie. .

L’administration Obama, comme je l’explique en détail dans Manifest Destiny, a planifié, en collaboration avec la CIA, une série de changements radicaux de régime dans le monde islamique pour installer des régimes de Frères Musulmans avec l’aide « amicale » de la CIA et de l’administration Obama. Des membres clés de l’administration Obama, dont l’assistante spéciale de la secrétaire d’État Hillary Clinton, Huma Abedin, avaient des liens étroits avec la partie saoudienne des Frères musulmans où vit la mère de Abedin. Sa mère, Saleha Abedin, universitaire en Arabie Saoudite, où Huma a grandi selon un reportage sur Al Jazeera et d’autres médias arabes, est un membre important de l’organisation des femmes des Frères musulmans, et le frère de Huma serait également lié à cette organisation. Notamment, feu John McCain, dont les liens avec les principaux membres de l’Etat Islamique et d’al-Qaïda sont de notoriété publique, a tenté de discréditer sa collègue républicaine Michele Bachmann pour avoir souligné les liens qui unissent Abedin aux Frères musulmans. C’est à cette faction qu’était lié Khashoggi en Arabie Saoudite.

En tant que président, le premier voyage à l’étranger de M. Trump a consisté à rencontrer MBS et le roi saoudien, un voyage vivement critiqué par la députée démocrate Nancy Pelosi. Quand la présidence Trump a décidé de reconstruire les relations effilochées qui s’étaient développées entre Obama et la monarchie saoudienne sous le roi Abdallah puis le roi Salman, père du prince héritier MBS, la faction pro-Obama autour du prince Bin Talal Alwaleed a perdu les faveurs, pour ne pas dire plus, surtout après la chute de Hillary Clinton. En juin 2017, l’ancien employé d’Alwaleed, Jamal Khashoggi, s’est exilé aux États-Unis, où il avait fait ses études, après l’interdiction par le gouvernement de son compte Twitter en Arabie Saoudite.

Khashoggi est-il vivant ?

Après l’arrestation par MBS de Alwaleed et de nombreuses autres personnes, l’avenir des flux financiers entre Alwaleed et non seulement Hillary Clinton, mais aussi la Fondation Clinton et les autres démocrates qu’il avait « soutenus » par des millions de dollars saoudiens, était alors menacé. Bien que cela soit difficile à confirmer, un journaliste turc de la BBC à Istanbul aurait déclaré à un journal en langue arabe, après le meurtre et le démembrement de Khashoggi, que Jamal Khashoggi était bel et bien vivant et en bonne santé, caché quelque part.

C’est un fait que l’ancien chef de la CIA et aujourd’hui secrétaire d’État Mike Pompeo, ainsi que le secrétaire d’État à la Défense de l’époque James Mattis, ont fait un exposé au Sénat américain dans lequel ils ont dit aux sénateurs qu’il n’y avait aucune preuve que MBS était derrière ce crime présumé. Ils ont ajouté qu’ils ne pouvaient même pas confirmer qu’un crime avait été commis ! Seule Gina Haspel, chef de la CIA, ancienne chef de la station de Londres de la CIA, a contesté leurs affirmations. Erdogan affirme que le corps a été découpé puis dissous dans de l’acide pour être éliminé sans laisser de traces, ce qui renvoie au récit de l’élimination par la Navy Seal du corps de Oussama ben Laden, que l’administration Obama prétend avoir jeté en mer « selon la tradition islamique ». Dans les deux cas, il n’y avait pas de corps pour le confirmer légalement.

En effet, les allégations distribuées dans les médias du monde entier concernant l’affaire Khashoggi ont été étroitement contrôlées par le président turc Erdogan, qui a promis à plusieurs reprises de révéler, tout en ne le faisant pas, ce qu’il dit être des enregistrements secrets des services secrets turcs sur le meurtre présumé. Erdogan serait très proche des Frères musulmans, sinon un membre caché, ce qui explique en partie son soutien étroit au Qatar après les sanctions économiques imposées par MBS et le roi saoudien au Qatar pour son soutien au terrorisme, en fait, le soutien qatari aux Frères musulmans.

Il s’agit ici d’alliances politiques changeantes avec d’énormes conséquences potentielles pour la politique américaine et pour le monde, étant donné l’importance des ressources financières saoudiennes. Il est également bizarre que Khashoggi aurait accepté de se rendre dans un consulat saoudien en Turquie et pour soi-disant obtenir des papiers de divorce. De plus, sa fiancée, Hatice Cengiz, semble tout aussi mystérieuse, certains se demandant si elle n’est pas en fait un agent des services de renseignements turcs utilisé pour discréditer l’Arabie Saoudite.

Les affirmations de Erdogan sur l’assassinat de Jamal par une équipe saoudienne ont été étayées par un mystérieux Khaled Saffuri, qui a déclaré au journaliste de Yahoo News, Michael Isikoff, que Khashoggi était devenu un ennemi à abattre pour MBS, à la suite de ses articles dans les médias critiquant l’arrestation du Prince bin Talal et des autres. Les recherches révèlent que Saffuri, la source des médias sur le meurtre présumé de Khashoggi, a également eu des liens étroits avec l’organisation des Frères musulmans, l’American Muslim Council, et avec le Qatar, qui accueille les Frères en exil depuis des années. Le soutien du Qatar aux Frères musulmans a été un facteur de rupture entre MBS et le Qatar il y a deux ans.

Saffuri est également le protégé de Abdurahman Alamoudi, un partisan influent des Frères musulmans qui, avant 2004, avait rencontré G.W. Bush et Hillary Clinton. Alamoudi est actuellement incarcéré dans une prison fédérale américaine depuis 2004 pour son rôle de porte-flingue dans un complot d’assassinat contre le prince héritier Abdallah, fomenté par la Libye et Al-Qaeda. En bref, les principales sources sur l’assassinat de Khashoggi sont peu nombreuses et difficilement impartiales.

A ce stade, il est difficile d’aller au-delà de la spéculation. Il est clair que Jamal Khashoggi n’a plus été vu en public depuis début octobre. Mais tant que le gouvernement turc ou quelqu’un d’autre ne présentera pas de preuves médico-légales sérieuses, une procédure qui montre que l’ancien employé de Alwaleed, Jamal Khashoggi, a été assassiné par une équipe d’assassins saoudiens, sans même parler du fait que l’opération aurait été commanditée par le prince Bin Salman, la situation justifie une étude plus poussée. Il est curieux que les mêmes médias libéraux comme le Washington Post de Jeff Bezos qui s’en prennent à MBS pour le meurtre présumé de leur journaliste, Khashoggi, ne critiquent pas les exécutions saoudiennes antérieures, voire ultérieures.

Khashoggi est-il vraiment mort au consulat d’Istanbul ou y avait-il autre chose? Mettre en scène une fausse exécution de Khashoggi pour discréditer et même éventuellement renverser MBS aurait peut-être semblé à Alwaleed et à ses amis de la CIA à Washington un moyen habile de restaurer leur pouvoir et leur influence financière. Si c’est le cas, cela semble avoir échoué.

F. William Engdahl

Article original en anglais :

Jamal Khashoggi

Did Khashoggi Really Die?

Cet article a été publié initialement par New Eastern Outlook

Traduction AvicRéseau International

Prévisions 2019 pour le Moyen-Orient

Prévisions 2019 pour le Moyen-Orient


Par Andrew Korybko – Le 31 décembre 2018 – Source orientalreview.org

andrew-korybko

Dans la même dynamique qu’observée au cours des dernières années, la situation géopolitique du Moyen-Orient a connu de profonds changements au cours des 12 derniers mois. Par ordre d’importance, la région a connu le retour de sanctions unilatéralement imposées par les USA envers l’Iran ; les processus de paix en Syrie et au Yémen ont connu des progrès, encore superficiels, mais prometteurs ; la fracture régionale entre d’une part la Turquie et le Qatar et d’autre part l’Arabie saoudite et Israël a continué de croître ; et l’influence de la Russie, agissant comme force d’équilibre et de stabilité, s’est encore accrue. Nous allons à présent passer en revue l’influence que chacun de ces développements exercera sur la situation régionale au cours de l’année 2019.

Le théâtre romain de Palmyre, en Syrie

La situation en Iran risque de basculer vers une instabilité socio-économique prononcée si les USA n’étendent pas les dispenses de sanctions déjà accordées, et si les partenaires internationaux de la République Islamique freinent leurs échanges commerciaux avec ce pays via des canaux alternatifs, par peur de voir leurs entreprises subir des « sanctions subsidiaires » étasuniennes en répercussion. Ceci dit, l’Iran dispose déjà d’une solide expérience de survie aux sanctions économiques les plus sévères du monde, et pourrait de ce fait éviter une crise politique. Le point à surveiller est de voir si le pays décide de réorienter sa stratégie d’Asie de l’Ouest vers l’Asie centrale, et l’Asie du Sud-Est en réponse à ces pressions : un tel repositionnement géopolitique peut se produire très rapidement, si le pays considère que son influence au Machrek a atteint son apogée.

Cette refonte stratégique pourrait constituer l’un des ingrédients du processus de paix en Syrie, lui-même hautement simplifié par le projet de retrait étasunien, prévu dans les premiers mois de 2019. On pourrait voir la Russie « encourager » l’Iran à opérer un « retrait planifié », avec les honneurs, comme prochaine mesure de détente, ce qui constituerait un pari selon lequel il serait préférable de voir Israël reprendre ses bombardements sur les positions syriennes du Corps des gardiens de la révolution et du Hezbollah. Quant au Nord-Est de la Syrie, on ne saurait dire pour l’instant s’il va subir une occupation turque sur la durée, ou si des groupes « rebelles » soutenus par la Turquie vont y prendre position ; dans les deux cas, une solution politique « décentralisée » à définir reste sans doute inévitable, ce qui compliquerait la vie de l’Iran si le pays voulait maintenir une présence militaire en Syrie.

Si nos regards se portent au delà du Levant, vers la péninsule Arabique, le Yémen présente également des signes qui pourraient laisser présager un processus de paix, mais de manière bien plus lente qu’en Syrie : il s’agit d’un processus qui vient de commencer fin 2018. À l’instar de la République arabe, une solution politique « décentralisée » pourrait se voir mise en œuvre pour assurer la souveraineté régionale regagnée ces derniers temps par la région du Sud-Yémen, et afin de laisser s’auto-administrer dans une certaine mesure les Houthis du Nord-Yémen. Une telle sortie de crise aurait moins d’impact sur l’Iran que sur l’Arabie Saoudite, mais cette dernière semble avoir épuisé tant sa volonté politique et sa puissance de feu militaire que ses ressources financières, et se montrera sans doute disposée à adopter ce type de compromis (possiblement facilité par la Russie).

Pour ce qui concerne l’Arabie saoudite, elle travaille en tandem avec Israël, son allié – non officiel mais tout le monde l’a compris, pour « contenir » non seulement l’Iran, mais aussi – et c’est plus récent – la Turquie : chacun des deux membres du tandem a identifié cette dernière comme une menace sérieuse pour ses intérêts, pour des raisons différentes. Riyad est également en rivalité avec Doha, mais Tel Aviv n’est pas plus impliquée que cela dans la guerre froide du CCG. Dans tous les cas, un déshabillage simplifié de la région révèle que l’Arabie saoudite & Israël travaillent plus ou moins ensemble contre la Turquie et son allié qatari, dans une compétition à l’échelle du Moyen-Orient, c’est à dire de l’Est de la Méditerranée au golfe Persique, y compris la mer Rouge si l’on parle par exemple du Soudan.

Le Moyen-Orient, au vu de la vaste étendue de ces incertitudes, peut apparaître en premier regard comme la région la plus instable du monde à ce jour, mais le fait est que la stratégie d’« équilibrage » de la Russie a apporté un semblant de stabilité là où, sans cette influence, il n’y en aurait aucune. Moscou n’est pas en mesure de gérer seule le Moyen-Orient, mais peut se positionner – et l’a fait non sans une certaine réussite – comme intermédiaire neutre entre divers acteurs, ou à tout le moins en se comportant comme un pont entre eux. Ce positionnement russe constitue la constante la plus stable de la situation actuelle du Moyen-Orient, et il devrait jouer un rôle déterminant dans la sortie du guerre en Syrie – en soi l’un des événements les plus significatifs de la région depuis une génération – et sans doute également sur les autres dossier évoqués au long du présent article.

Le présent article constitue une retranscription partielle de l’émission radiophonique context countdown, diffusée sur Radio Sputnik le Vendredi 28 décembre 2018.

Andrew Korybko est le commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides : l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime (2015). Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

Traduit par Vincent pour le Saker Francophone

 

http://lesakerfrancophone.fr/previsions-2019-pour-le-moyen-orient

 

Syrie: Erdogan pour une « zone de sécurité » sous contrôle turc

Montage réalisé le 11 août 2018 montrant le président turc Recep Tayyip Erdogan (g et le président américain Donald Trump © AFP/Archives ADEM ALTAN, SAUL LOEB

International

Syrie: Erdogan pour une « zone de sécurité » sous contrôle turc

le 16 janvier 2019

Le président Recep Tayyip Erdogan a indiqué mardi que la Turquie était prête à établir une « zone de sécurité » en Syrie entre sa frontière et les positions d’une milice kurde soutenue par Washington, une décision perçue par Damas comme une « agression ».

Ce dispositif a été évoqué dans un entretien téléphonique lundi soir entre M. Erdogan et Donald Trump destiné à apaiser les tensions après que le président américain eut menacé de « dévaster » l’économie de la Turquie si celle-ci attaquait les combattants kurdes en Syrie.

Au cours de cette conversation « extrêmement positive », M. Trump « a mentionné une zone de sécurité d’une largeur de 20 miles, ce qui représente plus de 30 km, qui sera établie par nous le long de la frontière », a déclaré M. Erdogan, se disant favorable à l’idée.

Répondant peu après aux questions de journalistes, le chef de l’Etat a ajouté que la Turquie demanderait un appui logistique de la coalition internationale antijihadiste regroupant une soixantaine de pays, dont les Etats-Unis et la France.

Depuis l’annonce, le mois dernier par Donald Trump, du retrait prochain des troupes américaines de Syrie, la Turquie et les Etats-Unis s’efforcent de trouver un accord qui les satisfasse mutuellement au sujet de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).

Si Washington appuie les YPG contre l’organisation Etat islamique (EI), Ankara qualifie ce groupe de « terroriste » et menace depuis plusieurs semaines de déclencher une nouvelle offensive contre ses positions dans le nord de la Syrie.

L’annonce du futur départ des militaires américains a été bien accueillie par la Turquie, mais des déclarations de responsables américains évoquant l’établissement d’un lien entre ce retrait et la garantie de la sécurité des combattants kurdes ont suscité la colère d’Ankara.

– Peut être « étendue » –

La Turquie défend depuis plusieurs années l’idée d’une « zone de sécurité » le long de sa frontière en Syrie, mais cette proposition a jusqu’ici été rejetée, y compris par le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama.

Cependant, cette option est revenue sur le devant de la scène lorsque le président américain l’a sommairement évoquée dans un tweet dimanche, une occasion que le gouvernement turc s’est empressé de saisir.

« J’aborde ce sujet positivement, il est possible de travailler sur cette idée », a déclaré à la presse mardi M. Erdogan, ajoutant, sans autres précisions, que la largeur de cette zone pourrait même être « étendue » au-delà des 20 miles évoqués par M. Trump.

Pour Damas, les déclarations de M. Erdogan sont « irresponsables ». Elles « montrent une nouvelle fois que son régime ne traite qu’avec le langage de l’occupation et de l’agression », a indiqué l’agence officielle Sana, citant une source au ministère des Affaires étrangères.

« Nous sommes déterminés à défendre par tous les moyens notre peuple et notre territoire contre toute forme d’occupation ou d’agression, y compris l’occupation turque », a-t-elle poursuivi.

Le chef d’état-major turc rencontrera son homologue américain mercredi à Bruxelles pour définir les « modalités » de cette zone de sécurité qui serait « contrôlée par la Turquie, selon le porte-parole du président turc Ibrahim Kalin.

Il a aussi affirmé que « la population locale » serait associée à la création de cette « zone de sécurité », faisant une comparaison avec des régions du nord-ouest de la Syrie, comme Jarablous, Al-Bab et Afrine, sous contrôle de rebelles appuyés par Ankara.

« Même si on n’utilise pas ce terme, il y a de facto là-bas une +zone de sécurité+ sous le contrôle de la Turquie (…) Un modèle similaire peut aisément être transposé » aux portions frontalières sous contrôle des YPG, a affirmé M. Kalin.

Mais la création d’une telle zone supposerait que les YPG acceptent de quitter leurs positions le long des 900 km de la frontière turco-syrienne, dont la milice kurde contrôle une grande partie.

– Après Trump, Poutine –

Alors que les désaccords au sujet des YPG enveniment les relations entre la Turquie et les Etats-Unis depuis deux ans, M. Erdogan s’est dit convaincu mardi d’être parvenu à « une compréhension mutuelle d’une portée historique » avec M. Trump au cours de l’entretien de lundi.

Ce ton apaisé tranche sensiblement avec l’atmosphère orageuse des jours précédents. La menace de Donald Trump de « dévaster » l’économie turque a réveillé le spectre de sanctions américaines, celles-ci ayant déjà accéléré l’effondrement de la livre turque l’été dernier. Lundi, la monnaie nationale a perdu plus de 1,5% de sa valeur face au dollar.

Membre de l’Otan et soutenant des groupes rebelles en Syrie, la Turquie coopère par ailleurs étroitement avec la Russie, le principal soutien du régime de Damas.

M. Erdogan a annoncé mardi qu’il se rendrait le 23 janvier dans ce pays pour s’y entretenir notamment du retrait américain avec le président Vladimir Poutine.

LNT avec Afp

 

https://lnt.ma/syrie-erdogan-zone-de-securite-controle-turc/

 

https://csync.smartadserver.com/rtb/csync/CookieSyncV.html?nwid=1517&dcid=3&iscname=false&cname=&hasrtb=false

Re-Colonisation

Re-Colonisation

Pour Thierry Meyssan, une des conséquences de la fin successive du monde bipolaire et du monde unipolaire est le rétablissement des projets coloniaux. Successivement, des dirigeants français, turcs et anglais ont publiquement déclaré le retour de leurs ambitions. Reste à savoir quelles formes elles pourraient prendre au XXIème siècle.

| Damas (Syrie)

+
JPEG - 72.9 ko
L’Empire britannique sur lequel le soleil ne se couche jamais

L’empire français

Depuis une décennie, nous avons relevé, comme une incongruité, la volonté française de rétablir son autorité sur ses anciennes colonies. C’était la logique de la nomination par le président Nicolas Sarkozy de Bernard Kouchner comme ministre des Affaires étrangères. Il substitua la notion anglo-saxonne de « Droits de l’homme » à celle des Révolutionnaires français de « Droits de l’homme et du citoyen » [1]. Plus tard, son ami, le président François Hollande déclara, lors d’une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies, qu’il était temps de rétablir un mandat sur la Syrie. C’est encore plus clairement que le petit neveu de l’ambassadeur François George-Picot (celui des accords Sykes-Picot), l’ancien président Valéry Giscard d’Estaing, en parla. Et c’est évidemment de cette manière qu’il faut comprendre la volonté du président Emmanuel Macron de continuer la guerre contre la Syrie, sans les États-Unis.

Il y a toujours eu en France un « parti colonial » qui traversait les partis politiques et agissait comme un lobby au service de la classe possédante. Comme à chaque période où il devient difficile à des capitalistes sans scrupules d’écraser la main d’œuvre nationale, le mythe de la conquête coloniale ressurgit. Si les « Gilets jaunes » se révoltent, alors poursuivons « l’exploitation de l’homme par l’homme » sur le dos des Syriens.

JPEG - 33.2 ko
L’empire français « apporte » la civilisation

Jadis cette forme de domination se cachait, selon les mots de Jules Ferry —sous les auspices duquel François Hollande consacra son mandat [2]—, derrière « le devoir d’apporter la civilisation ». Aujourd’hui, elle vise à protéger les peuples dont les élus sont qualifiés de « dictateurs ».

La France n’est pas la seule ancienne puissance coloniale a réagir ainsi. La Turquie n’a pas tardé à suivre.

L’empire ottoman

Trois mois après la tentative d’assassinat et le coup d’État avorté de juillet 2016, le président Recep Tayyip Erdoğan prononçait le discours inaugural de l’université qui porte son nom (RTEÜ). Il dressait alors un aperçu des ambitions de la République turque depuis sa création et de celles de son nouveau régime [3]. Faisant explicitement référence au « Serment national » (Misak-ı Millî) [4], adopté par le Parlement ottoman le 12 février 1920, il justifiait son irrédentisme.

Ce serment, qui fonde le passage de l’Empire ottoman à la République turque, revendique les territoire du Nord-Est de la Grèce (la Thrace Occidentale et le Dodécanèse) [5], de tout Chypre, du Nord de la Syrie (y compris Idleb, Alep et Hassakeh), et du Nord de l’Iraq (y compris Mossoul).

Actuellement l’empire en re-formation occupe déjà le Nord de Chypre (la pseudo « République turque de Chypre du Nord »), le Nord-Ouest de la Syrie et une petite partie de l’Iraq. Pour toutes ces zones, où la langue et la monnaie turques s’appliquent, un préfet (« wali ») a été nommé dont le bureau se trouve au Palais blanc d’Ankara.

JPEG - 84.4 ko
L’empire ottoman se fonde sur l’ignorance de ses sujets. Il a fermé les écoles du monde arabe.

L’empire britannique

Le Royaume-Uni, quant à lui, hésite depuis deux ans sur son avenir après le Bréxit.

Peu après l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, le Premier ministre Theresa May s’était rendue aux États-Unis. S’adressant aux responsables du Parti républicain, elle avait proposé de rétablir le leadership anglo-saxon sur le reste du monde [6]. Mais le président Trump avait été élu pour liquider les rêves impériaux, pas pour les partager.

Déçue, Theresa May voyagea en Chine pour proposer au président Xi Jinping de contrôler avec lui les échanges internationaux. La City, disait-elle, est prête à assurer la convertibilité des monnaies occidentales en Yuan [7]. Mais le président Xi n’avait pas été élu pour faire affaire avec l’héritière de la puissance qui démantela son pays et lui imposa la guerre de l’opium.

Theresa May tenta une troisième formule avec le Commonwealth [8]. Certaines des anciennes colonies de la Couronne, comme l’Inde, connaissent aujourd’hui une forte croissance et pourraient devenir de précieux partenaires commerciaux. Symboliquement le dauphin de la Couronne, le prince Charles, fut porté à la présidence de cette association. Madame May annonça que l’on allait enfin se diriger vers un Royaume-Uni global (Global Britain)

Dans un entretien au Sunday Telegraph du 30 décembre 2018, le ministre britannique de la Défense, Gavin Williamson, a dressé son analyse de la situation. Depuis le fiasco du Canal de Suez, en 1956, le Royaume-Uni mène une politique de décolonisation et retire ses troupes du reste du monde. Il ne conserve aujourd’hui de bases militaires permanentes qu’à Gibraltar, à Chypre, à Diego Garcia et aux Malouines (« Falklands » selon leur dénomination impériale). Depuis 63 ans, Londres se tourne vers l’Union européenne, que Winston Churchill a imaginé, mais à laquelle il ne pensait pas initialement que l’Angleterre adhérerait. Le Brexit « déchire cette politique ». Désormais, « le Royaume-Uni est de retour en tant que puissance globale ».

D’ores et déjà Londres envisage d’ouvrir deux bases militaires permanentes. La première devrait être en Asie (à Singapour ou à Brunei), la seconde en Amérique latine. Probablement au Guyana de manière à participer à la nouvelle étape de la stratégie Rumsfeld-Cebrowski de destruction des régions du monde non-connectées à la globalisation. Après les « Grands lacs africains », le « Moyen-Orient élargi », le « Bassin des Caraïbes ». La guerre commencerait avec une invasion du Venezuela par la Colombie (pro-US), le Brésil (pro-Israélien) et le Guyana (pro-Britannique).

Ne s’embarrassant pas du discours lénifiant des Français, les Anglais édifièrent un empire avec le concours de multinationales au service desquelles ils placèrent leur armée. Ils divisèrent le monde en deux, résumé par ce titre : le souverain était roi d’Angleterre (donc soumis ici à la tradition politique) et empereur des Indes (c’est-à-dire succédant à la Compagnie privée des Indes et pur autocrate là-bas).

La décolonisation était un corolaire de la Guerre froide. Elle a été imposée aux États d’Europe occidentale par le duopole des USA et de l’URSS. Elle s’est maintenue durant le monde unipolaire, mais ne rencontre plus d’obstacle depuis le retrait états-unien du « Moyen-Orient élargi ».

Il est difficile d’anticiper quelle forme la colonisation future prendra. Jadis, elle était rendue possible par d’importantes différences de niveau d’éducation. Mais aujourd’hui ?

Documents joints

[1] La différence des deux furent le principal sujet de débats durant la Révolution française. Leur incompatibilité fut notamment le thème du livre éponyme de Thomas Paine, le plus vendu durant la Révolution.

[2] « La France selon François Hollande », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 30 juillet 2012.

[3] « La stratégie militaire de la nouvelle Turquie », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 11 octobre 2017.

[4] « Serment national turc », Réseau Voltaire, 28 janvier 1920.

[5] « La Turquie annonce préparer l’invasion de la Grèce », Réseau Voltaire, 20 février 2018.

[6] “Theresa May addresses US Republican leaders”, by Theresa May, Voltaire Network, 27 January 2017.

[7] « Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 27 juin 2016.

[8] « La nouvelle politique étrangère britannique », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 4 juillet 2016.

https://www.voltairenet.org/article204637.html

La Turquie rejette le nouveau plan américain sur la Syrie et humilie John Bolton

La Turquie rejette le nouveau plan américain sur la Syrie et humilie John Bolton

2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 8 janvier 2019

Dimanche, le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a tenté de poser les conditions d’un retrait américain de la Syrie :

Bolton, lors d’un voyage en Israël et en Turquie, a déclaré qu’il insisterait dans les discussions avec les responsables turcs, y compris le président Tayyip Erdogan, sur le fait que les forces kurdes doivent être protégées…

À la question de savoir si un retrait américain n’aurait pas lieu en Syrie tant que la Turquie ne garantirait pas la sécurité des combattants kurdes, Bolton a répondu : « En gros, c’est ça. »…

« Nous ne pensons pas que les Turcs devraient entreprendre une action militaire qui ne soit pas entièrement coordonnée et acceptée à minima par les États-Unis » a déclaré Bolton, « afin de ne pas mettre en danger nos troupes, mais également pour respecter l’exigence du président qui demande que les forces de l’opposition syrienne qui se sont battues avec nous ne soient pas mises en danger. »

La Turquie n’a pas trouvé ça drôle. Les Kurdes du YPG, que les États-Unis utilisent en Syrie comme chair à canon pour combattre État islamique, sont la même organisation que le PKK, qui agit en tant que groupe terroriste en Turquie. La Turquie ne peut permettre à ce groupe d’exister à sa frontière en tant que force militaire organisée.

Lorsque Bolton a atterri en Turquie aujourd’hui, il a reçu un accueil très froid. La rencontre prévue avec le président turc Erdogan n’a pas eu lieu. La réunion entre John Bolton, le chef d’état-major adjoint, Joe Dunford, et l’envoyé spécial pour la Syrie, James Jeffrey, avec le conseiller turc pour la sécurité nationale, Ibrahim Kalin, a été rétrogradée et a pris moins de deux heures. Une conférence de presse conjointe prévue a été annulée.

La délégation américaine n’avait pas l’air heureuse ni même unie lorsqu’elle quitta les bâtiments présidentiels à Ankara.

via Vivian Salaman

Peu de temps après la réunion de Bolton, Erdogan a prononcé un discours devant son groupe parlementaire. C’était une gifle au visage de Bolton. Selon Raqip Solyu :

Erdogan dit qu’il ne peut pas accepter ou avaler les messages donnés par le conseiller américain à la sécurité nationale, Bolton, en Israël.

Erdoğan : « YPG / PKK sont des terroristes. Certains disent : ‘ne les touchez pas car ils sont kurdes’. C’est inacceptable. Tout le monde peut être un terroriste. Ils pourraient être Turkmènes. Leur appartenance ethnique n’a pas d’importance. Bolton a commis une grosse erreur avec ses déclarations ».

Erdogan à propos du chaos politique à Washington sur la Syrie : « Comme ce fut le cas par le passé, malgré notre accord clair avec Trump sur le retrait américain de la Syrie, différentes voix ont commencé à se faire entendre à différents niveaux de l’administration américaine ».

Erdogan a déclaré que la Turquie continuait de s’appuyer sur le point de vue de Trump sur la Syrie et sur son esprit de décision concernant le retrait. « Nous avons en grande partie terminé nos préparatifs militaires contre ISIS conformément à notre accord avec Trump ».

« Dire que la Turquie cible les Kurdes de Syrie, ce qui est un mensonge, est la calomnie la plus basse, la plus déshonorante, la plus laide et la plus banale de tous les temps », a ajouté Erdogan.

Le directeur de la communication d’Erdogan a enfoncé le clou :

Fahrettin Altun @fahrettinaltun – 14h17 utc – 8 janvier 2019

Le conseiller américain à la sécurité nationale @AmbJohnBolton s’est entretenu aujourd’hui avec son homologue turc @ikalin1 au complexe présidentiel d’Ankara.
J’espère qu’il a pu goûter à la célèbre hospitalité turque lors de sa visite.

Un éditorial du quotidien Daily Sabah, dans l’alignement d’Erdogan, a qualifié les idées de Bolton de coup bas contre Trump.

Avec cela, Bolton a été humilié et la solution du retrait américain de la Syrie est revenue à Trump.

Nous avons vu un schéma similaire dans les négociations américaines avec la Corée du Nord. Trump a conclu un accord en quatre étapes avec Kim Jong Un. Ensuite, le secrétaire d’État Pompeo a tenté de modifier l’accord et a demandé à la Corée du Nord de remplir l’étape quatre avant que les États-Unis ne réalisent les étapes un, deux et trois. Lorsqu’il s’est ensuite rendu en Corée du Nord, il a été ignoré par Kim Jong Un et n’a rencontré que du personnel de niveau inférieur. Il a fallu l’intervention de Trump pour maintenir les discussions en vie.

Erdogan a également passé un accord avec Trump sur le retrait américain de la Syrie. Bolton a essayé de modifier le contrat, d’ajouter des conditions et de prolonger le calendrier. Lorsqu’il est arrivé à Ankara, Erdogan l’a ignoré, il l’a réprimandé. Il faudra l’intervention de Trump pour remettre la question sur ses rails.

Si Trump ne bouge pas, Erdogan cherchera probablement une escalade militaire. Son armée va utiliser l’artillerie contre telle ou telle position kurde près de la frontière turque. Il peut même envahir quelques villes. Pas nécessairement pour les tenir, mais pour augmenter la pression sur la force d’occupation américaine.

La Turquie avait initialement prévu de prendre Manbij sur la rive occidentale de l’Euphrate. Mais Manbij est bloquée par les troupes syriennes, maintenant renforcées par des patrouilles de la police militaire russe. Erdogan n’osera pas les attaquer.

Erdogan souhaite que les États-Unis quittent la Syrie et emportent avec eux les armes qu’ils ont remises au YPG pour lutter contre ISIS. Il souhaite que le gouvernement syrien reprenne possession du nord-est de la Syrie et mette les Kurdes sous contrôle. Cela éliminerait le danger pour la Turquie.

Depuis que Trump a annoncé que les troupes américaines quitteraient bientôt la Syrie, la lutte contre le reste des forces de État islamique à proximité de la frontière irakienne s’est intensifiée. La position territoriale de État islamique est maintenant réduite à deux ou trois villages. Dimanche soir celui-ci a profité d’une autre période de mauvais temps durant laquelle l’armée de l’air américaine n’a pas pu fournir de soutien aérien à la force par procuration, dirigée par les Kurdes, qui combat ISIS. Une contre-attaque de État islamique s’ensuivit et tua 25 des combattants soutenus par les États-Unis. C’était probablement la dernière bataille importante pour ISIS. État islamique ne compte plus que quelques centaines de combattants qui n’ont aucun moyen de s’échapper. Ils seront réduits en miettes.


Dans le gouvernorat d’Idleb, al-Qaïda, alias Hayat Tahrir al Sham, continue de consolider son emprise. Il a lancé plusieurs ultimatums à Ahrar al-Sham et à d’autres groupes de « rebelles modérés » qui occupent encore une partie de la région. Quand il aura fini d’éliminer ses concurrents, il va probablement bombarder la ville d’Alep et attaquer les lignes du gouvernement syrien. Cela va relancer la guerre à Idleb.

La dernière fois que le gouvernement syrien avait prévu de nettoyer Idleb des djihadistes, les États-Unis sont intervenus et ont menacé d’attaquer l’armée syrienne. La Russie a forgé l’accord Astana en vertu duquel la Turquie a accepté d’éliminer al-Qaïda. Elle n’a pas tenu sa promesse. L’armée syrienne est donc libre de résoudre le problème.

Mais que fera la Maison Blanche ? Est-ce que Bolton – s’il est encore au Conseil de sécurité US à ce moment-là – va insister pour que al-Qaïda soit défendue ? Trump acceptera-t-il cela ?

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par wayan pour le Saker Francophone

 

http://lesakerfrancophone.fr/la-turquie-rejette-le-nouveau-plan-americain-sur-la-syrie-et-humilie-john-bolton

 

Retrait des Etats-Unis de Syrie : Ankara s’impatiente et pointe les «difficultés» de Washington

Retrait des Etats-Unis de Syrie : Ankara s’impatiente et pointe les «difficultés» de Washington

Retrait des Etats-Unis de Syrie : Ankara s'impatiente et pointe les «difficultés» de Washington
Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.
AddThis Sharing Buttons

Share to TelegramShare to WhatsAppShare to Plus d’options…Share to Imprimer

Après le retrait annoncé des troupes américaines de Syrie, Washington tente encore de poser des conditions, et notamment celle de la protection des Kurdes. Face à ces atermoiements, Ankara souhaite coordonner son action avec la Russie et l’Iran.

La décision du président des Etats-Unis de retirer les troupes américaines de Syrie, annoncée le 19 décembre dernier, continue de rebattre les cartes entre les différents belligérants. Ce 9 janvier, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a joué sa carte, pressant encore un peu plus les Etats-Unis à laisser leur place. «Les Etats-Unis rencontrent certaines difficultés lors du retrait de leurs troupes de Syrie», a-t-il noté lors d’une interview accordée à la télévision turque. «Nous voulons coordonner ce processus avec la Russie et l’Iran», a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie turque a en outre rappelé qu’il inscrivait son action dans le cadre du processus de paix d’Astana, mis en œuvre en janvier 2017, dont Téhéran, Moscou et Ankara se sont portés garants et dont Washington est absent. Mevlut Cavusoglu a en outre fait part du souci de la Turquie de faire en sorte que les groupes terroristes ne «prennent pas la place vacante».

Aux Etats-Unis, où le sommet de l’Etat paraît subir l’influence de forces contraires, le département de la Défense tente, depuis l’annonce de Donald Trump, de poser des conditions au retrait américain. Le 6 janvier dernier, le conseiller à la Sécurité nationale des Etats-Unis, John Bolton, avait lié le retrait des Etats-Unis au sort des milices kurdes présentes en Syrie, au premier rang desquelles les Unités de protection du peuple (YPG), qu’Ankara considère comme une menace pour sa sécurité nationale.

Redoutant d’être abandonnés par leur allié, ainsi qu’une offensive turque dans la région de Manbij au Nord de la Syrie, les Kurdes avaient fait appel à l’armée gouvernementale syrienne la semaine précédant les propos de John Bolton, infligeant du même coup un véritable camouflet à Washington. Le 8 janvier, la police militaire russe s’est jointe aux forces armées syriennes pour patrouiller dans cette même zone, semblant mettre les Etats-Unis hors-jeu.

Alexandre Keller

Lire aussi : Retrait de Syrie : un souhait récurrent de Trump régulièrement contredit par le Pentagone

Raconter l’actualité

https://francais.rt.com/international/57720-retrait-etats-unis-syrie-ankara-impatiente-pointe-difficultes-washington

Florilège de la nouvelle année

Florilège de la nouvelle année

Publié le 3 Janvier 2019 par Observatus geopoliticus in Etats-Unis, Asie centrale, Moyen-Orient, Russie, Gaz

Chers lecteurs, chers amis,

cette nouvelle année, que je vous souhaite excellente, commence sur les chapeaux de roue et nous promet de très belles surprises géopolitiques. Le Grand jeu a ceci de féerique qu’en plus d’être fondamental pour la compréhension du monde, il nous scotche sur nos fauteuils comme le ferait le meilleur Hitchcock…

A tout saigneur tout honneur, l’empire est toujours pris dans les insondables remous provoqués, on le sait, par l’élection de Trump il y a deux ans. Ceux qui pensaient que le Donald se rangerait sagement derrière les injonctions du Deep State en sont pour leurs frais. Pas étonnant que le sinistre McCainistan ait été derrière – c’est officiel maintenant – le dossier Steele, intox assez lamentable laissant entendre que les Russes avaient des informations compromettantes sur le nouveau président américain.

Tout était bon pour saboter sa présidence mais la bête résiste, dans son style caractéristique et inclassable, mêlant certains éléments propres à satisfaire le parti de la guerre et d’autres qui lui font littéralement s’arracher les cheveux. Sa dernière interview a encore fait perler quelques gouttes de sueurs au front des stratèges US et autres clients de l’empire, qui ne savent plus à quel saint se vouer.

Ce qu’il dit en soi n’apprendra certes rien aux observateurs et il ne peut s’empêcher quelques petits moments de gloriole infantiles – non, Donald, l’Iran n’a pas changé depuis que tu es arrivé au pouvoir et Téhéran ne retire pas ses conseillers spéciaux/milices du Moyen-Orient pour faire face à la contestation intérieure…

Mais certaines admissions, certains commentaires pertinents, sont remarquables dans la bouche d’un président américain devant les caméras de télévision. Petit florilège.

En Afghanistan, l’URSS a eu raison d’intervenir dans les années 80 pour contrer les djihadistes [soutenus par Washington, ndlr]. Les Américains y sont depuis 19 ans, dépensant une fortune sans résultat. Les Talibans sont plus forts que jamais [aucune surprise pour le fidèle lecteur] et ils se battent contre l’EI ; laissons nos ennemis se battre entre eux, il serait stupide d’intervenir.

Ce qu’il ne dit pas, c’est que les Américains multiplient les pourparlers avec les Talibans, à Abu Dhabi il y a quelques jours, au Qatar prochainement, alors même qu’ils en accusaient les Russes il y a quelques mois encore. Sur le terrain, les « étudiants en théologie » ont mis la main sur un nouveau district et la carte du pays n’est guère rassurante pour le gouvernement central :

Avec sa décision de retrait partiel d’Afghanistan, le Donald ne fait qu’entériner la défaite programmée des Etats-Unis. Le Royaume de l’insolence, tombeau des empires, a encore frappé !

Sur la Syrie, il est tout aussi clair : La Syrie a été perdue il y a longtemps par Obama. Ce n’est que sable et mort, il n’y a même aucune richesse et nous n’avons rien à y faire. Je ne sais pas d’où sort l’échéance de quatre mois ; je n’ai jamais dit que le retrait se ferait en un jour, il sera progressif, mais il se fera. Nous allons faire en sorte que les Kurdes soient protégés même s’ils ont vendu du pétrole à l’Iran [??]. Les Iraniens, les Russes et Assad détestent encore plus Daech que nous [la presstituée en a avalé son stylo de travers], ne faisons pas le travail à leur place.

Si Israël pensait être rassurée sur les intentions US en dépit du retrait, la dernière sortie de Trump a dû rallumer quelques alarmes. D’autant plus que, outre ses paroles assez ambiguës sur l’Iran, il a prononcé une phrase plus qu’étrange et quelque peu hors contexte : « Franchement, ils peuvent faire ce qu’ils veulent en Syrie« . Crise de nerfs à Tel Aviv. Nous assistons peut-être d’ailleurs à un divorce entre le Donald et le lobby pro-israélien, ce dernier tournant ingratement le dos au président américain qui a pourtant, historiquement, été le plus favorable à Israël…

Mais revenons en Syrie. Chat échaudé craint l’eau froide. Le félin en question, ce sont les Kurdes qui, ne sachant plus quoi attendre des Etats-Unis, continuent leurs négociations avec Damas. Les mots de la porte-parole kurde sont intéressants : « Les FDS ne tiennent plus compte de la présence ou absence américaine en Syrie« . Propos confirmés par un autre officiel du Rojava. De quoi faire se retourner dans sa future tombe le néo-con Lindsay Graham, pour qui un rapprochement Assad-Kurdes serait « un désastre majeur ».

A Idlib, c’est le chaos et cette carte en donne une bonne idée :

La guerre civile inter-barbue a éclaté et cette fois, elle semble partie pour durer. HTS (Al Qaeda pour les intimes) a lancé une attaque en règle contre al-Zinki qui, avec ses alliés pro-Turcs, a répliqué. Dans l’affaire, il y aurait une cinquantaine de morts de chaque côté et HTS occuperait même un poste d’observation turc.

Le sultan, justement, n’est peut-être finalement pas mécontent de la soudaine flambée de violence. Ne sachant plus trop quoi faire de ses barbus après le report sine die de l’offensive prévue contre les Kurdes, il peut toujours les lancer contre Al Qaeda afin de respecter enfin la promesse faite aux Russes d’en finir avec l’Idlibistan.

A Moscou, on boit du petit lait. Les Kurdes continuent leurs avances à Damas, les soldats syriens et américains commencent à se côtoyer sans anicroches à Manbij, les djihadistes d’Idlib s’entretuent, qui s’ajouteront aux 23 000 déjà dégommés en 2018…

Ca n’empêche pas le Kremlin de passer la vitesse supérieure. Et nous ne parlons pas ici de l’inarrêtable missile hypersonique Avangard, qui vole à Mach 20 et devant lequel l’empire n’a aucun moyen de défense. Dans le bras de fer engagé avec Washington, Moscou a inculpé un Américain, Paul Wheelan, d’espionnage deux jours après son arrestation.

Certains ne manquent évidemment pas d’y voir une monnaie d’échange pour faire libérer Maria Butina. Mais il se pourrait que l’accusation soit bien réelle. Les deux faits n’ont peut-être aucun lien mais Wikileaks a révélé il y a peu que les ambassades américaines à travers le monde étaient en train d’accumuler équipement d’espionnage et logiciels de hacker. A suivre…

Quant au Nord Stream II, la pose des tubes a commencé dans les eaux territoriales suédoises. Là encore, le fidèle lecteur aura été prévenu. Washington ne peut rien y faire et c’est d’ailleurs ce qu’a déclaré il y a quelques jours la Commission de Bruxelles, pourtant connue pour son masochisme et sa sainte horreur du gaz russe dont elle a néanmoins plus que jamais besoin.

 

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2019/01/florilege-de-la-nouvelle-annee.html