Archives pour la catégorie Banque

Les élites mondiales envisagent-elles de renverser le dollar ?

Les élites mondiales envisagent-elles de renverser le dollar ?


Par F. William Engdahl − Le 13 septembre 2019 − Source Russia Insider via Global Research

2015-02-05_10h48_03

Les remarques inhabituelles et les actions du chef de la Banque d’Angleterre, sur le départ, et d’autres initiés de la banque centrale suggèrent fortement qu’il existe un scénario très moche pour mettre fin au rôle du dollar américain en tant que monnaie de réserve mondiale. Dans le processus, cela impliquerait que la Fed déclenche délibérément une dépression économique dramatique. Si ce scénario est effectivement déployé dans les mois à venir, Donald Trump entrera dans les annales de l’histoire en tant que deuxième Herbert Hoover et l’économie mondiale sera plongée dans le pire effondrement depuis les années 1930. Voici quelques éléments qui méritent d’être considérés.

Le Discours de la Banque d’Angleterre

Le 23 août, Mark Carney, président de la très spéciale Banque d’Angleterre, a prononcé un discours remarquable lors de la récente assemblée annuelle des banquiers centraux et des élites financières à Jackson Hole dans le Wyoming. Le discours de 23 pages aux autres banquiers centraux et aux initiés de la finance est clairement un signe important de la façon dont les pouvoirs installés, qui gèrent les banques centrales mondiales, envisagent de conquérir le monde.

Carney s’attaque aux failles évidentes du système de réserves en dollars après 1944, en notant que :

«… Une asymétrie déstabilisante au cœur du système monétaire et financier international (IMFS) se développe. Alors que l'économie mondiale est en train de se réorganiser, le dollar américain reste aussi important que lorsque les accords de Bretton Woods se sont effondrés. [en 1971, NdT]» Il a carrément déclaré :«… À plus long terme, nous devons changer le jeu… Les risques augmentent et ils sont structurels».

Il présente ensuite un plan remarquablement détaillé pour la transformation du règne actuel du dollar par la banque centrale mondiale, un changement révolutionnaire.

Carney explique le fait que la Chine, en tant que première nation commerçante au monde, est le candidat évident pour remplacer le dollar en tant que principale réserve. Toutefois, il note :

«… Pour que le renminbi devienne une monnaie véritablement mondiale, il en faut beaucoup plus. En outre, l’histoire enseigne que la transition vers une nouvelle monnaie de réserve mondiale risque de ne pas se dérouler sans heurts.»

Il indique que cela signifie souvent des guerres ou des dépressions, car il cite le rôle de la Première Guerre mondiale, qui poussa la livre sterling vers la sortir en faveur du dollar américain. Ce que Carney trouve plus immédiat, c’est un nouveau système monétaire basé sur le FMI, destiné à remplacer le rôle dominant du dollar. Carney déclare :

"L’augmentation du renminbi pourrait, avec le temps, fournir une seconde meilleure solution aux problèmes actuels du FMI, mais la première meilleure solution consisterait à mettre en place un système multipolaire. L’avantage principal d’un système multifonctionnel multipolaire est la diversification…" Il ajoute : "Lorsque le changement intervient, il ne devrait pas être possible d’échanger un hégémon monétaire contre un autre. Tout système unipolaire n'est pas adapté à un monde multipolaire…" En d'autres termes, il dit : "Désolé, Beijing, vous devez attendre."

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre propose en effet que le FMI, avec ses droits de tirage spéciaux multidevises (DTS), un panier de cinq monnaies – dollar, livre, yen, euro et désormais renminbi – joue un rôle central dans la création d’un nouveau système :

«Le FMI devrait jouer un rôle central dans la formation des politiques nationales et transfrontalières. … Mutualiser les ressources du FMI et répartir ainsi les coûts entre les 189 pays membres …»

Pour que cela fonctionne, il propose de porter les fonds de DTS du FMI à 3 000 milliards de dollars, qui constitueraient le noyau d’un nouveau système monétaire.

Ensuite, Carney propose que le FMI supervise la création d’une nouvelle infrastructure de paiement basée sur un «stablecoin» [crypto-monnaie] international. Se référant à la Libra privée [crypto-monnaie de Facebook], il déclare clairement qu’une «nouvelle monnaie hégémonique synthétique (CSS) serait mieux fournie par le secteur public, peut-être par un réseau de monnaies numériques des banques centrales. À noter que Carney, un ancien banquier de Goldman Sachs, est mentionné comme un candidat de premier plan pour remplacer Christine Lagarde à la tête du FMI. Son discours est-il un aveu ouvert de ce que prévoient les plus grands banquiers centraux du monde comme prochaine étape vers une monnaie et un contrôle économique mondiaux ? Voyons plus loin.

En savoir plus : La mondialisation est la fin de l’humanité : vers une économie de la paix avec un système monétaire alternatif

Lagarde à la BCE

Le discours de Carney, une fois déchiffré à partir du jargon de la banque centrale, nous fournit pour la première fois une feuille de route claire sur laquelle les pouvoirs qui contrôlent la banque centrale mondiale voudraient nous emmener. Le rôle de réserve mondial du dollar américain doit prendre fin. Il doit être remplacé par une forme de DTS du FMI servant de base à une réserve multidevises, qui à son tour serait finalement basée sur une monnaie numérique, appelée aussi monnaie basée sur la block chain.

Ne vous y trompez pas, ces monnaies seraient entièrement contrôlées par les autorités de la banque centrale et le FMI. Cela nécessiterait l’élimination souvent proposée de toutes les espèces en faveur de la monnaie numérique, où chaque centime dépensé peut être contrôlé par les banquiers l’État. Cette société sans numéraire ouvrirait également la voie à la prochaine grande crise financière et à la confiscation par les gouvernements des dépôts bancaires des citoyens ordinaires en vertu de la nouvelle loi sur le « renflouement des banques » maintenant en vigueur depuis 2014 dans tous les principaux pays industrialisés, y compris l’UE et les États-Unis .

Le FMI est complètement en retard sur le passage aux monnaies numériques mondiales à chaînes de blocs et sur l’utilisation du DTS pour remplacer le dollar américain dominant. Dans un discours peu remarqué du 14 novembre 2018, la directrice du FMI, Mme Lagarde, a clairement indiqué que le FMI était derrière les initiatives de monnaies numériques des banques centrales ainsi que des sociétés sans numéraire. Elle a noté très attentivement :

"Je pense que nous devrions envisager la possibilité d'émettre de la monnaie numérique. L'État pourrait peut-être fournir de l'argent à l'économie numérique.» Elle a ajouté : «Un nouveau vent souffle, celui de la numérisation… Quel rôle restera-t-il pour l'argent dans ce monde numérique ? … La demande de liquidités diminue - comme le montrent les travaux récents du FMI. Et dans dix, vingt ou trente ans, qui échangera encore des bouts de papier ?"

Remarques de Dudley

L’introduction de ce nouveau monde monétaire numérique des banquiers centraux va nécessiter, comme le suggère Carney, des bouleversements dramatiques du statu quo, qui conduiraient à la fin du rôle dominant du dollar américain depuis l’accord de Bretton Woods de 1944. Comme ce rôle de monnaie de réserve en dollars est l’un des piliers de la puissance américaine dans le monde, sa réalisation n’exigerait rien de moins qu’une catastrophe. Est-ce vraiment ce que la Réserve fédérale prévoit discrètement avec ses politiques monétaires ?

Un soupçon remarquable de ce qui pourrait être en cours dans les travaux est venu, dans un éditorial, de la personne qui jusqu’en 2018 était le très important président de la Banque de réserve fédérale de New York, Bill Dudley, qui, comme Mark Carney, est un ancien de Goldman Sachs. Dudley n’est pas un acteur mineur dans le monde des banquiers centraux. Jusqu’à l’année dernière, il était également membre du conseil d’administration de la Banque des règlements internationaux (BRI) et présidait le Comité des systèmes de règlement des paiements de la BRI et le Comité du système financier mondial.

Dudley, soulignant la politique de guerre commerciale de Trump et ses dangers économiques, émet ensuite la rare déclaration non-diplomatique suivante :

"La réélection de Trump constitue sans doute une menace pour l’économie américaine et mondiale, pour l’indépendance de la Fed et pour sa capacité à atteindre ses objectifs en matière d’emploi et d’inflation. Si l'objectif de la politique monétaire est d'obtenir les meilleurs résultats économiques à long terme, les responsables de la Fed devraient examiner la mesure dans laquelle leurs décisions affecteront les résultats politiques de 2020."

Bien que cela ait beaucoup choqué, Dudley ne fait que rendre public ce que la Fed a fait depuis sa création en 1913 – influencer furtivement le cours de la politique mondiale et américaine en dissimulant des politiques monétaires «neutres». Dudley suggère non pas «une ingérence russe» mais plutôt une ingérence de la Fed.

La Fed pourrait facilement faire basculer les États-Unis dans la crise. Les niveaux d’endettement de l’économie américaine atteignent des records pour les ménages privés, le gouvernement fédéral et les entreprises américaines. La plupart des sociétés américaines ont utilisé une dette croissante, dépassant les 9 000 milliards de dollars, pour racheter des actions plutôt que d’investir dans de nouvelles installations et de nouveaux équipements, alimentant ainsi une bulle sans précédent dans les actions du S & P. La hausse des actions n’est pas un signe de santé économique, mais une bulle spéculative dangereuse susceptible de s’effondrer.

Si la Fed reprenait maintenant ses hausses de taux et poursuivait son resserrement quantitatif discrètement jusqu’en 2020, une série de défauts de paiement de type domino, de faillites d’entreprises, de saisies hypothécaires résidentielles, de défauts de prêts auto et de prêts étudiants pourrait rapidement rendre plus que douteuse une deuxième présidence Trump en 2020. Cependant, ce ne serait pas une raison pour que le reste du monde, qui s’oppose aux politiques de Trump, se réjouisse. Cela provoquerait également un effondrement des grands pays émergents qui ont emprunté des centaines de milliards de dollars libellés en dollars américains, notamment des sociétés d’État chinoises, la Turquie, l’Argentine et le Brésil, pour n’en nommer que quelques-uns. Les banques européennes, de l’Italie jusqu’à l’Allemagne en passant par la France, feraient faillite.

Que ce scénario de Dudley doive se concrétiser en 2020 ou non, seuls les comploteurs acteurs clés de la banque centrale le savent assurément. Il est clair que près de onze ans après la crise financière mondiale de 2008, les politiques sans précédent en matière de taux d’intérêt zéro de la banque centrale dans l’UE et jusqu’à récemment aux États-Unis ont alimenté la création de ce que certains appellent une «Bulle de Tout», pas seulement des actions, mais aussi dans les obligations des sociétés et publiques et dans les prix des maisons. Si une nouvelle intervention de la Fed, visant à relever les taux et à resserrer le crédit, l’événement prophétisé, à savoir l’éclatement délibéré, par la banque centrale, de cette bulle gonflée, sous le prétexte du danger que représente Trump pour l’économie mondiale, prophétie que Carney a en tête quand il dit, «la transition vers un nouveau la monnaie de réserve pourrait ne pas se dérouler sans heurts» pourrait bien se réaliser ? Espérons que non. Les prochains mois le diront.

F. William Engdahl est consultant et conférencier en risques stratégiques, diplômé en politique de l’Université de Princeton et auteur de best-sellers sur le pétrole et la géopolitique, exclusivement pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

Vous pouvez relire notre note de lecture de son dernier livre publié aux éditions demi-lune.

Note du Saker Francophone

Valérie Bugault, dès 2018, et d'autres encore comme Brandon Smith plus récemment, avait déjà démonté le projet des élites financières concentrées autour du réseau des banques centrales.

On peut aussi noter une atmosphère crépusculaire de fin de règne, et une étrange coïncidence, entre ce discours du directeur de la Banque d'Angleterre et celui de Macron, fin Août, sur les erreurs de l'occident et la place nouvelle de la Chine ou de la Russie. Le Saker US nous a déjà commenté les grandes lignes. Il est quand même surprenant que Macron, dans un discours de deux heures, n'ait pas abordé le sujet financier qui est au cœur des enjeux de pouvoir. Peut-être savait-il que le sujet allait être abordé rapidement par un autre globaliste de poids.

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/les-elites-mondiales-envisagent-elles-de-renverser-le-dollar

Publicités

L’économie mondiale survivra-t-elle au mois d’août?

La bourse de Hong Kong a fermé sa salle de marchés aux courtiers

L’économie mondiale survivra-t-elle au mois d’août?

© AFP 2019 Philippe LopezECONOMIE18:12 12.08.2019(mis à jour 18:25 12.08.2019)URL courteFabien Buzzanca 0 81

Les marchés boursiers ont vécu un début de mois d’août chaotique et les risques se multiplient pour l’économie mondiale. Entre tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis, marché pétrolier au bord de la crise et marges de manœuvre réduites du côté des banques centrales, l’heure est à l’inquiétude. Sputnik fait le point.

«Ce serait une erreur d’exclure la possibilité d’un choc comparable à celui qui a suivi l’effondrement de Lehman Brothers.»

Masanari Takada de la banque japonaise Nomura a, comme le rapportent nos confrères du Parisien, exprimé son inquiétude concernant un mois d’août à haut risque sur le terrain économique. Il faut dire que les marchés financiers mondiaux, dopés par une abondance de liquidité ces dernières années, font du yoyo depuis le début du mois d’août. Comme le souligne au Parisien Alexandre Baradez, responsable des analyses marché du courtier IG France, «les indices actions européennes ont effacé deux mois de hausse en quelques jours seulement». La journée du 5 août a été particulièrement rude pour les opérateurs de marché. 500 des hommes d’affaires les plus riches de la planète avaient perdu jusqu’à 117 milliards de dollars (104,5 milliards d’euros) en une seule journée. Signe d’une conjoncture qui se dégrade, le 7 août, l’once d’or a passé le seuil des 1.500 dollars pour la première fois depuis avril 2013, mais que se passe-t-il sur la planète éco?

​L’inquiétude principale concerne la guerre commerciale entre Pékin et Washington. Alors que les négociations semblaient avancer, Donald Trump a considéré que la Chine ne tenait pas ses promesses et a décidé de lancer une nouvelle salve de tarifs douaniers sur 300 milliards de dollars d’importations de produits chinois à partir du 1er septembre. Sans surprise, Pékin a réagi. L’empire du Milieu a laissé se déprécier sa monnaie jusqu’à atteindre le seuil de 7 yuans pour un dollar, un niveau record en dix ans. Et les choses ne semblent pas sur le point de s’arranger. Le 9 août, le Président américain a rappelé que les États-Unis n’étaient «pas prêts» à signer un accord avec Pékin. Une annonce qui avait d’ailleurs fait tanguer momentanément les marchés mondiaux, signe de la tension ambiante.

«Le mois d’août est donc clairement un mois à risque pour les marchés: les prochaines réunions de la Fed et de la BCE n’auront lieu qu’en septembre, de même pour les prochaines phases de négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine…» a expliqué au Parisien Alexandre Baradez.

Le marché du pétrole est quant à lui au bord de la crise et ne sait plus où donner de la tête entre facteurs haussiers et baissiers. Là encore, les tensions commerciales entre les deux plus grandes économies de la planète jouent un grand rôle. «Les chances d’un accord politique entre la Chine et les États-Unis se sont réduites, ce qui pourrait avoir comme conséquences une plus faible activité commerciale et une plus faible croissance de la demande», expliquait le 9 août l’Agence internationale de l’énergie (AIE). De plus, les États-Unis produisent toujours plus d’or noir ce qui a pour effet d’augmenter l’offre.

yuan

© REUTERS / NICKY LOHLe ralentissement économique en Chine fait craindre une nouvelle crise mondiale

D’un autre côté, la situation dans le détroit d’Ormuz représente un risque qui pourrait faire monter les prix. Durant les dernières semaines, pas moins d’une dizaine de tankers ont fait l’objet de divers incidents. Les tensions entre Washington et Téhéran ont failli dégénérer en conflit armé avec l’abattage d’un drone dans chaque camp. Situé entre l’Iran et le Sultanat d’Oman, le détroit d’Ormuz est une zone clé du transport de pétrole qui voit transiter environ 20 % de l’or noir mondial ainsi que 30 % du GNL, le gaz naturel liquéfié. Francis Perrin, directeur de recherche à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), a préféré relativiser la situation chez nos confrères du Monde: «Les choses sont en partie sous contrôle: aucun navire n’a coulé, aucun marin n’a été tué ou blessé».

​Ce lundi 12 août, le baril de brent s’échangeait autour des 58 dollars. C’est bien en dessous du prix espéré par les membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie qui, en juillet dernier, ont pris la décision de continuer dans la voie des réductions de production afin de soutenir les prix.

Autre point d’inquiétude pour de nombreux experts: les marges de manœuvre limitées des banques centrales.

«En 2008, l’action coordonnée des principales banques centrales, ainsi que les politiques de relance budgétaire dans de nombreux pays (plan de relance en Chine notamment) avaient permis de redresser rapidement l’économie mondiale et soutenir un système financier au bord de l’asphyxie. Actuellement, la donne a changé: les taux d’intérêt sont proches de 0 dans les économies développées, l’endettement public est reparti en forte hausse de par le monde, ce qui limite de facto les possibilités de relance économique par des mesures classiques», analyse Bertrand Schumacher (ING) dans un article publié sur Paperjam.

Reste que malgré ces nuages noirs qui planent au-dessus de l’économie mondiale, plusieurs spécialistes jugent qu’il ne faut pas céder à la panique. C’est notamment le cas de Jean-Jacques Friedman, directeur des investissements de la banque Française NWM, qui a assuré au Parisien que la tempête financière ne sévirait pas au mois d’août:

«La faiblesse des taux d’intérêt nous protège et Trump doit s’éviter une récession pour être réélu l’année prochaine».

https://fr.sputniknews.com/economie/201908121041917618-leconomie-mondiale-survivra-t-elle-au-mois-daout/?utm_source=push&utm_medium=browser_notification&utm_campaign=sputnik_fr

AUCUNE DEMANDE POUR LES ACTIONS, PAS D’OFFRE D’OR

AUCUNE DEMANDE POUR LES ACTIONS, PAS D’OFFRE D’OR

PUBLIÉ PAR EGON VON GREYERZ | 29 JUIL. 2019 | ARTICLES5522 

Dans la mythologie grecque, Apollon accorda  à Cassandre le don de prédire l’avenir, mais lorsqu’elle résista à ses avances, il se vengea en décrétant que personne ne croirait ses prophéties. Certains d’entre nous affirment que les plus grosses bulles de l’histoire économique sont sur le point d’imploser, avec des effets dévastateurs. Mais comme avec Cassandre, plus de 99,9% de la population mondiale n’y croit pas.

Cette fois-ci, nous ne traverserons pas seulement la plus grande destruction de richesse de l’histoire, mais aussi de graves troubles sociaux : chômage de masse, absence de sécurité sociale, absence de retraites, détérioration de l’ordre public, troubles sociaux, guerre civile et conflits géopolitiques.

Je comprends que la plupart des gens préfèrent ignorer ces sombres prédictions. Cela dit, j’espère me tromper et qu’elles ne se réaliseront pas.

Mais comme l’a dit Winston Churchill :

“LA VÉRITÉ EST INCONTESTABLE,
LA MALICE PEUT L’ATTAQUER,
L’IGNORANCE PEUT LA TOURNER EN DÉRISION,
MAIS À LA FIN, ELLE RESTE INCONTESTABLE”

Évidemment, la vérité n’est souvent connue qu’après coup.

J’ai écrit sur Cassandre en juin 2017 et, depuis très longtemps, j’essaie d’alerter sur les risques et les événements qui nous affecteront tous. Nous ne sommes évidemment pas les seuls à nous inquiéter de l’ampleur du problème. Pratiquement tous ceux qui nous suivent ont un point de vue similaire et nous nous adressons donc ici à un public averti. Mais lorsque nous en parlons à la famille, aux amis, aux collèges, etc., ils font généralement preuve de scepticisme.

C’est compréhensible puisque nous sommes confrontés à un événement qui se produit une fois par génération ou une fois tous les cent ans.

Au moment de l’effondrement du marché haussier séculaire et de l’éclatement des bulles d’actifs, le comportement des marchés sera sans précédent. Les investisseurs contasteront qu’il n’y a pas d’acheteurs, et ce à n’importe quel prix. Pour l’or, il n’y aura pas de vendeurs, peu importe le prix :

Actions – Aucune demande
Obligations – Aucune demande
Dérivés – Aucune demande
Or – Aucune offre

CHUTE DES ACTIONS

Cela signifie qu’à un moment donné, pendant la période de baisse, les actions chuteront violemment sans qu’aucun acheteur ne se manifeste. Les robots de trading représentent 70-80% des volumes et passeront des ordres de vente massifs, ce qui fera plonger les prix dans un trou noir. Le grand public paniquera et vendra à n’importe quel prix. Mais à cause de l’absence d’acheteurs, il n’y aura pas de marché. Ce manque total de liquidité et d’acheteurs est susceptible de fairechuter les actions de 50% ou plus en quelques jours.

Comme le montre le graphique ci-dessous, nous avons désormais un quadruple sommet, avec un momentum plus faible ou une divergence négative pour chaque sommet. Ceci est extrêmement baissier et risque d’entraîner une chute importante dans les semaines ou les mois à venir. Le marché haussier séculaire des actions arrive à son terme et déclenchera le plus important marché baissier séculaire de l’histoire.

IMPLOSION DES OBLIGATIONS

La même chose se produira sur le marché obligataire. Les investisseurs voudront sortir des obligations d’État ou d’entreprises qui sont peu susceptibles de payer l’intérêt et dont bon nombre feront défaut. Sans acheteurs, le marché obligataire s’effondrera et les taux obligataires monteront à l’infini. Des taux supérieurs à 50% peuvent sembler attrayants, mais sont inutiles si aucun intérêt ni capital n’est versé. Cela créera une panique totale sur les marchés du crédit, alors que la dette mondiale, qui s’élève actuellement à 250 000 milliards $, implosera. Dans le même temps, les banques centrales du monde entier imprimeront des centaines de milliards supplémentaires pour tenter futilement de sauver le système.

LA FIN DU MARCHÉ DES PRODUITS DÉRIVÉS

Le marché des dérivés de 1,5 quadrillion $ achèvera définitivement les marchés financiers. Il s’agit d’un marché totalement fictif qui ne fonctionne que pendant les marchés haussiers, lorsqu’il y a de la liquidité et que les contreparties paient. Lors de l’implosion à venir de la valeur des actifs, il n’y aura ni liquidité ni acheteur de ces dérivés sans valeur, et les contreparties feront défaut. Avec le recul, cette activité incroyablement rentable pour toutes les grandes banques d’investissement s’avèrera frauduleuse, entraînant de graves conséquences pour les gestionnaires et régulateurs.

De toute évidence, les banques centrales paniqueront, imprimeront des quantités illimitées de monnaie, abaisseront les taux à zéro ou à des niveaux négatifs, cesseront de négocier sur les marchés pendant une longue période et manipuleront les marchés de toutes les façons possibles. Mais eux et leurs gouvernements échoueront, car ils sont en faillite totale après avoir émis une dette illimitée qu’ils ne pourront jamais rembourser.

IL N’Y AURA PAS D’OR OU D’ARGENT DISPONIBLE À L’ACHAT

Lorsque la panique s’installera sur les marchés et que les investisseurs passeront rapidement de l’euphorie à la peur, certains d’entre eux se précipiteront pour acheter des actifs de préservation du patrimoine. Une partie de leurs liquidités restantes ira dans les métaux précieux comme l’or, l’argent et le platine. Au début, il y aura de l’or disponible, même s’il sera à des prix beaucoup, beaucoup plus élevés qu’aujourd’hui.

Dans un premier temps, il y aura des vendeurs et l’or atteindra des multiples du prix actuel. Mais quand le marché de l’or papier s’effondrera, la panique va s’installer et il n’y aura « pas d’offre » d’or.

« Pas d’offre » signifie qu’il n’y a pas d’or à la vente, et ce à n’importe quel prix, car il n’y a plus d’or physique disponible à l’achat. Il y aura éventuellement un prix où certains vendeurs seront prêts à se séparer d’une petite partie de leur or, mais ce sera probablement à un niveau difficilement imaginable aujourd’hui. En raison de l’inflation élevée ou de l’hyperinflation, aucun vendeur d’or n’est susceptible d’accepter de la papier-monnaie en échange, mais plutôt d’autres actifs, comme des biens immobiliers ou des entreprises.

CONFISCATION DE L’OR

Un grand nombre de personnes pensent que les gouvernements confisqueront l’or ou interdiront le commerce de l’or. C’est clairement possible et il faut éviter de détenir de l’or dans certains pays comme les États-Unis ou même l’UE.

À mon avis, il y a très peu de chances qu’un pays comme la Suisse, qui a une longue tradition dans l’industrie de l’or et affine 70% des lingots de la planète, interdisse ou confisque l’or. De plus, l’or représente 29% des exportations suisses. Le pays ne tuera certainement pas sa poule aux œufs d’or.

LES FONDS DE PENSION SERONT D’IMPORTANTS ACHETEURS D’OR

J’entends aussi que les gouvernements empêcheront les particuliers de réaliser d’importants profits si l’or atteint des multiples du prix actuel. Mais n’oublions pas qu’au cours des deux prochaines années, les institutions, les fonds de pension et les fonds d’investissement achèteront tout l’or qu’ils pourront se procurer, à n’importe quel prix, comme couverture contre l’inflation. Il est peu probable que les gouvernements confisquent les avoirs en or des retraités et d’autres investisseurs privés.

Il existe un moyen beaucoup plus simple de pénaliser les investisseurs privés qui profiteront de la prochaine hausse du prix de l’or, à savoir, bien sûr, la taxation. Les actifs des riches seront lourdement taxés et c’est pourquoi la planification fiscale est aussi importante que la planification des investissements.

Si Cassandre a raison et que les marchés d’investissement implosent au cours des prochaines années, les investisseurs ont encore une très, très courte période pour protéger leur patrimoine.

Une chute ou un krach majeur des actions pourrait survenir à tout moment. Les métaux précieux et les actions du secteur des métaux précieux sont à l’aube d’un important marché haussier. Ces grands mouvements devraient commencer au plus tard au début de l’automne 2019, et peut-être même plus tôt.

L’OR N’EST PAS UN INVESTISSEMENT – C’EST UNE ASSURANCE ET UNE MONNAIE

Nous devons nous rappeler que l’or n’est pas vraiment un investissement, bien qu’il s’appréciera considérablement en termes réels. L’or est une assurance, l’or est une monnaie, l’or permet de préserver la richesse et l’or est le seul actif qui n’est la dette de personne.

Malheureusement, très peu de gens sont au courant de ces faits importants et sont préparés pour affronter ce qui se profile.

Source originale: Matterhorn – GoldSwitzerland

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale.Tags : OrArgentÉconomieCrise financièreOffre & demandeMonnaieBanques centralesMarché actionsTaux d’intérêtQE


EGON VON GREYERZ MEMBRE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION DE OR.FR – FONDATEUR MAM

Egon von Greyerz est le fondateur de Matterhorn Asset Management AG et de Goldswitzerland.com. II est actionnaire et membre du conseil d’administration de Goldbroker.com depuis Novembre 2012. Egon von Greyerz avait prévu les problèmes actuels de l’économie mondiale il y a plus de 10 ans. En 2002, quand le prix de l’once d’or était de 300 $, MAM a recommandé à ses investisseurs de placer 50% de leurs actifs en or physique stocké hors du système bancaire. Egon von Greyerz a débuté sa carrière professionnelle à Genève en tant que banquier, puis a passé 17 ans en tant que directeur financier et vice-président de Dixons Group (DSG International Plc), le plus grand détaillant d’équipement électronique et électrique du Royaume-Uni. Depuis les années 1990, Egon von Greyerz a été impliqué activement dans les activités d’investissement financier, dont le conseil en opérations de fusions/acquisitions et en allocation d’actifs pour les fonds familiaux privés. Cela l’a conduit à créer Matterhorn Asset Management comme véhicule principal de gestion d’actifs fondée sur les principes de préservation du patrimoine. La Division Gold Switzerland a été créé pour faciliter l’achat et le stockage de l’or physique pour les investisseurs tant privés qu’institutionnels. Egon von Greyerz fait régulièrement des apparitions dans les médias (CNBC, BBC, King World News) et participe à des conférences sur l’investissement à travers le monde. Il publie également des articles sur les métaux précieux, l’économie mondiale et la préservation du patrimoine

.https://or.fr/actualites/aucun-acheteur-pour-actions-aucun-vendeur-or-1600

Les banques commencent à facturer les dépôts, en Suisse et en Allemagne pour l’instant (Capital)

Les banques commencent à facturer les dépôts, en Suisse et en Allemagne pour l’instant (Capital)

11111 Rating 0.00 (0 Votes)Catégorie : Actualités internationales  Publication : 5 août 2019  Mis à jour : 5 août 2019  Création : 5 août 2019 Écrit par folamour  Affichages : 29fShare

Depots

La filiale suisse d’UBS a annoncé qu’elle agirait de la sorte avec les dépôts des particuliers excédant 2 millions de francs suisses. Les banques françaises ne comptent pas suivre le mouvement pour l’instant.

Les grandes fortunes réfléchiront peut-être à deux fois avant de laisser dormir leur argent dans les banques suisses et allemandes. Elles sont de plus en plus nombreuses à facturer les dépôts importants, explique le Financial Times, relayé par Les Echos. Dernière en date : la filiale suisse d’UBS, qui va facturer 0,75% par an les soldes de trésorerie individuelle supérieurs à 2 millions de francs suisses.

Cette mesure entrera en vigueur à partir du 1er novembre. UBS emboîte le pas à d’autres banques suisses, comme Julius Baer ou Pictet, qui agissent déjà de la sorte. « À la suite de mesures similaires prises par un certain nombre d’autres banques ici en Suisse, nous confirmons que nous avons décidé d’ajuster les frais de dépôt en espèces pour les francs suisses détenus en Suisse », a fait savoir la banque au Financial Times. Les clients fortunés concernés vont être bientôt prévenus par courrier des changements à venir.

⋙ Lire aussi Taux d’intérêt : la banque centrale des Etats-Unis devrait les baisser pour prolonger la croissance

Une méthode « très loin » d’être mise en place en France

En agissant de la sorte, UBS répercute sur ses clients la pénalité infligée par la Banque nationale suisse sur les dépôts, qui s’élève à 0,75%. Cela prouve aussi que les banques anticipent une longue période de baisse des taux, qui menacerait leur rentabilité. « Nous supposons que cette période de faibles taux d’intérêt durera encore plus longtemps et que les banques continueront à appliquer des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts des clients auprès des banques centrales », a ajouté UBS.

En Allemagne, 30 banques appliquent déjà des taux négatifs à leurs clients privés, si leurs dépôts sont supérieurs à 100.000 euros. Mais cette mesure n’est pour l’instant pas envisagée en France. « On est très loin de mettre en place une facturation des dépôts. Cela ne se développe d’ailleurs pas tellement en zone euro », fait savoir Frédéric Oudéa, qui dirige la Société Générale, aux Echos. Le son de cloche est le même du côté du Crédit Agricole.

⋙ Lire aussi Crédit immobilier : bonne nouvelle, les taux vont rester très bas cette année

Un attentisme qui peut surprendre, alors que les banques françaises sont celles, avec leurs homologues allemandes, qui sont les plus concernées par le taux négatif de la BCE. Celui-ci est de 0,40% et concerne depuis 2016 les excédents d’argent dans les coffres des banques. Les banques françaises ont payé 1,655 milliards d’euros à la BCE, soit moins que les banques allemandes (2,560 milliards d’euros) : cela représente 60% des 7 milliards d’euros perçus par la BCE grâce à ce taux négatif, expliquent Les Echos.

Source : Capital.fr

https://www.crashdebug.fr/international/16345-les-banques-commencent-a-facturer-les-depots-en-suisse-et-en-allemagne-pour-l-instant-capital

Une crise financière trente fois plus puissante qu’en 2008 est imminente, mais nous sommes dans le déni (Huffingtonpost)

Une crise financière trente fois plus puissante qu’en 2008 est imminente, mais nous sommes dans le déni (Huffingtonpost)

511111 Rating 5.00 (5 Votes)Catégorie : Actualités internationales  Publication : 15 juin 2019  Mis à jour : 15 juin 2019  Création : 15 juin 2019 Écrit par folamour  Affichages : 2218fShare

Le baril de poudre financier est sur le point d’exploser. La première des choses est de dire la vérité aux Français. Qui a envie de vivre l’expérience de la voltige s’il n’en fait pas le choix ?

Bank 15 06 2019

En Grèce lors de la crise de la dette, quelques jours avant le référendum du 5 juillet 2015. Je veux dire à la crise qui arrive que nous sommes là et que nous résisterons.
Le laisser-faire est la folie qui nous conduit vers cette situation alarmante.

Les dirigeants politiques ont été et sont dans un déni total de la réalité en nous convertissant à l’argent facile de la finance de l’ombre.

Le résultat sera une fulgurante déflagration financière qui laminera des économies entières, des nations. La prochaine crise sera pire que celle de 2008 et se positionnera à 254.000 milliards d’euros.

Au travers ce qu’on appelle la crise des gilets jaunes s’exprime l’émotion, le ressenti des Français et vise à dénoncer les effets néfastes pressentis de l’argent facile. Les plus fragiles de nos concitoyens savent déjà dans leur quotidien que l’argent vaut de moins en moins.

Nous allons tous faire naufrage. Et chacun doit payer son écot à la société.

Qu’en est-il du rôle de l’Etat ? Il est devenu hyper régulateur et s’est transformé en exportateur financier.

« Les dirigeants politiques ont été et sont dans un déni total de la réalité en nous convertissant à l’argent facile de la finance de l’ombre. »

Tout dans notre économie est devenu “low” : low taux, low salaires… seule la misère ne sera pas low. Il semblerait que les chiffres des analyses aient adopté cette étrange et dangereuse tendance low.

Est-ce qu’on ne voit rien ou est-ce qu’on ne veut rien voir de l’urgence, lorsqu’on constate qu’aux Etats-Unis une hausse du déficit budgétaire de 77% par rapport à 2018 a été enregistrée. Dans les deux cas, les experts nient l’urgence et pas de réaction observée…

L’examen de la situation de la France mérite de l’honnêteté. Avec un taux de 1,5% de croissance une annonce de la reprise de l’économie est une fausse annonce. Je dénonce et affirme que la tendance est à la décroissance. L’analyse claire des chiffres montre 0,3% de croissance rêvée au premier trimestre 2019. Le chiffre de 1,5% de croissance annuelle nous parle d’une baisse par rapport à 2018 et 2017. La courbe de la trajectoire économique n’est donc pas celle de la réelle croissance que l’on nous vend.
Qu’en est-il du pouvoir d’achat qui aurait été injecté et qui aurait dû entraîner un regain de consommation ? L’effet attendu ne s’est pas produit, car dans la réalité le Français, qui le peut encore, essaie d’épargner en prévision d’un futur incertain annoncé.
La dynamique ne se crée pas et bute sur des problèmes structurels franco-français. Le taux de chômage est structurel. Les responsables politiques annoncent la reprise et les entreprises rencontrent des difficultés à embaucher. Il nous manque de l’invention, de l’innovation, il nous manque les moteurs de la relance et la confiance.

Je m’interroge et demande où est la croissance, quand on peut constater que dans le domaine du commerce extérieur le ratio français exportation sur PIB reste faible et que pour les entreprises les gains de productivité restent également incroyablement faibles.

Donc où est la croissance ? Je cherche la croissance.

Les problèmes sont tragiques, le baril de poudre financier est sur le point d’exploser.

La France doit se préparer avant l’explosion de la bulle des dettes. En sortant du déni et en parlant vrai et honnête en économie.
Je trouve scandaleux qu’en France, soient posées autant de barrières à l’initiative d’entreprendre. Il est important de faciliter le développement de l’investissement, mais il est important aussi que les entreprises participent à hauteur raisonnable à la contribution au budget de l’Etat. Il est important aussi que l’Etat opte pour de vraies économies réalistes, mais qu’il n’intervienne plus au travers de participations dans des entreprises privées.

« Tout dans notre économie est devenu “low” : low taux, low salaires… seule la misère ne sera pas low. »

La France doit se préparer sur cette base. Il faut en finir avec le surplus d’argent injecté par les banques centrales, argent qui n’arrive jamais au niveau de l’économie réelle mais dans les caisses des banques qui l’ont transformé en emprunt d’Etat.La conséquence est que les Etats ont emprunté de plus en plus et trop.

C’est la combinaison de ces deux éléments qui a créé la dette abyssale. 254.000 milliards d’euros.

Les Etats ont profité de cette situation, les entreprises et les ménages ont emprunté à bon marché. Cela s’avère être un drame.
La crise du surendettement est arrivée au niveau mondial. Pour rembourser cette dette dite publique, les Etats peuvent augmenter les revenus par le biais des impôts ou baisser les dépenses de l’Etat en diminuant les services publics. Cela pose problème. Nous nous trouvons à l’heure actuelle dans une situation où les banques centrales, les banques privées et les gouvernements se retrouvent tous liés et interdépendants. Par conséquence, lorsqu’une difficulté de quel ordre que ce soit apparaîtra, les trois partenaires seront concernés. Le présage de l’imminence d’une crise financière trente fois plus puissante que celle de 2008 affectera tous les citoyens avec une force considérable.

A ce jour environ 10% du bilan des banques est en “bons d’Etat” avec une pondération de 0% sans garantie. Les banques privées que nous connaissons ont tout intérêt à le faire car cela ne leur coûte rien en fonds propres et délivre de grasses marges.

La réglementation financière (Bale III) a réglé les dérèglements de 2008, nous sommes en 2019 et le problème est qu’il n’y a pas de réglementation contre les dérèglements de 2019. Le seul élément de réglementation qui aurait pu réduire cet appétit d’emprunt public des Etats n’a pas été proposé pour des raisons purement politiques. Pour exemple les dettes de l’Etat américain ont augmenté de 77% sur les 3 premiers mois de cette année. A mon avis, cela va encore faire augmenter aux Etats-Unis le coût des emprunts et entraîner la finance mondiale dans une spirale mondiale. Dès que les Etats-Unis seront en récession, c’est le monde entier qui sera en difficulté dont l’Europe et la France avec un effet direct sur la consommation des ménages.

Alors que faut-il faire ?

La première des choses à faire est de dire la vérité. La vérité aux Français, oui, elle leur est due par respect, par respect de leur travail aussi.
L’heure n’est plus au silence, l’heure n’est plus aux mensonges. L’heure est venue d’apprendre à reconnaître les erreurs. Nous nous trouvons au bord du précipice, lequel d’entre nous a envie de vivre l’expérience de la voltige s’il n’en fait pas le choix ?

« Il faut en finir avec le surplus d’argent injecté par les banques centrales, argent qui n’arrive jamais au niveau de l’économie réelle mais dans les caisses des banques qui l’ont transformé en emprunt d’Etat. »

Il y a urgence à adopter une série de mesures imposées. Elles devront être équitables.
A ce stade il est important de souligner que les entreprises ne paient quasiment pas d’impôts et c’est pourquoi la participation des entreprises au budget de l’Etat reste proportionnellement trop faible. Il faudra donc en urgence remonter ce taux de participation, en revanche il faut faire diminuer au plus vite les charges sociales qui elles sont indécemment trop élevées.

En ce qui concerne la tension française entre les riches et les pauvres (y compris la classe moyenne), il faut recréer l’équilibre de participation privée à la bonne marche de la nation en créant une tranche supplémentaire pour les salaires annuels de plus d’un million d’euros.

La combinaison de ces deux éléments permettra rapidement de remonter les revenus de notre Etat et de le libérer progressivement de sa dette.

Un élément fondamental sera le désengagement de l’Etat du secteur privé pour n’agir que sur le cadre économique et non l’impliquer directement au travers de participations dans des entreprises.

La responsabilité des hommes de bien qui savent est engagée. C’est par leur inaction que la bulle financière explosera.

Source(s) : Huffingtonpost.fr via Contributeur anonyme

https://www.crashdebug.fr/international/16139-une-crise-financiere-trente-fois-plus-puissante-qu-en-2008-est-imminente-mais-nous-sommes-dans-le-deni-huffingtonpost

La Fed est l’allié secret de Trump dans la guerre commerciale

La Fed est l’allié secret de Trump dans la guerre commerciale


En abaissant les taux d’intérêt, la Fed amortit le choc des barrières douanières et convainc le président qu’elles fonctionnent.


Par Chris Miller – Le 10 Juin 2019 – Source Foreign Policy

The Federal Reserve building in Washington, D.C., on Jan. 22, 2008.
L’édifice de la Réserve fédérale à Washington, D.C., le 22 janvier 2008. CHIP SOMODEVILLA/IMAGES SOMODEVILLA/GETTY

Dans ses diverses guerres commerciales, le président américain Donald Trump semble avoir de moins en moins d’alliés. Au début de son mandat, il a imposé des droits de douane sur l’acier et l’aluminium à la plupart des pays du monde. Il a menacé l’Union européenne et le Japon de droits de douane sur les voitures. Il a forcé le Mexique et le Canada à signer un accord pour renommer l’Accord de libre-échange nord-américain, puis a menacé le Mexique d’une nouvelle série de sanctions, à moins que le pays n’en fasse davantage pour s’occuper de l’immigration vers les États-Unis. La Corée du Sud n’a évité de nouveaux droits de douane qu’en signant un nouvel accord commercial (largement dénué de sens).


Il est difficile de trouver un pays, ami ou ennemi, qui a échappé à la colère de Trump. Et même les Républicains du Sénat ont exprimé leur scepticisme à propos de sa dernière dispute sur les droits de douane avec le Mexique et de ses plans pour imposer des droits sur les voitures européennes.

Mais Trump a gardé un allié clé dans ses batailles commerciales : la Réserve fédérale américaine.

Les manuels d’économie enseignent que les barrières douanières appauvrissent les pays en faisant monter les prix, ce qui réduit la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des consommateurs. Le président et ses conseillers ne prennent pas cette idée au sérieux. Trump est, comme il l’a tweeté, un « Tariff Man. » Et bon nombre de ses collaborateurs, dont Peter Navarro et le représentant américain au commerce extérieur Robert Lighthizer, sont des partisans de longue date de l’idée que les barrières douanières devraient jouer un rôle majeur dans la politique commerciale.

La Fed a contribué à soutenir la croissance économique que M. Trump invoque comme preuve que ses barrières douanières fonctionnent.

Les économistes de la Fed, cependant, lisent des manuels d’économie. Et alors que Trump peut penser que « les guerres commerciales sont bonnes et faciles à gagner », comme il l’a dit sur Twitter, la Fed croit le contraire, à savoir qu’elles vont ralentir la croissance économique. Cet écart de compréhension est une excellente nouvelle pour le président. Parce qu’elle estime qu’elle devrait maintenir les taux d’intérêt à un bas niveau pour stimuler la croissance lorsque l’économie ralentit (tant que l’inflation est sous contrôle), la Fed s’est abstenue d’augmenter les taux au cours des six derniers mois, en partie pour amortir les effets de la guerre commerciale. Ce faisant, elle a contribué à soutenir la croissance économique que M. Trump invoque comme preuve de l’efficacité de ses barrières douanières.

La Fed a deux mandats, établis par la loi : maintenir l’inflation et le chômage à un bas niveau. Il y a un an, tous les signes indiquaient la nécessité de relever les taux d’intérêt sur ces deux paramètres. L’économie était en expansion depuis dix ans. Le chômage atteignait des plus bas historiques. Et la réduction massive des impôts de 2017, financée par le déficit, avait stimulé l’économie à un moment où de nombreux modèles économiques suggéraient que les décideurs devraient réduire les mesures de stimulation pour prévenir l’inflation. En effet, en 2018, l’inflation a atteint son plus haut niveau en plus de cinq ans. Les experts et les investisseurs s’attendaient à ce que la Fed continue d’augmenter les taux d’intérêt pour ralentir l’économie et contenir l’inflation.

Un an et plusieurs hausses de barrières douanières plus tard, les choses se présentent plutôt différemment. Il est compréhensible que la Fed ait cru devoir agir. Les entreprises et les consommateurs américains sont très exposés au commerce. Les consommateurs achètent beaucoup de choses – des avocats, aux iPhones en passant par les voitures – qui sont partiellement ou totalement produites à l’étranger. Les entreprises produisent de nombreux biens en utilisant des intrants de l’étranger. Et elles vendent aussi à l’étranger, réalisant des profits qui aident à financer la consommation aux États-Unis. Toutes ces activités sont rendues plus difficiles par les barrières douanières.

La première mesure de barrière douanière de Trump, a été d’imposer des droits de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium en mars 2018, mais elle était relativement mineure. L’acier et l’aluminium ne représentent qu’une faible part des importations américaines, et le président George W. Bush avait fait de même en 2002. La guerre commerciale avec la Chine, les menaces qui pèsent sur l’Europe et le Japon pour imposer des droits de douane sur les véhicules automobiles et l’antagonisme constant du Mexique sont d’un ordre de grandeur plus perturbateur. Vendredi, Trump a accepté de ne pas imposer de barrières douanières au Mexique. Lundi, il tweetait sur la perspective de nouvelles barrières douanières. La Chine et le Mexique sont deux des principaux partenaires commerciaux des États-Unis. Taxer le commerce avec eux obligera les consommateurs à payer davantage et obligera les entreprises à retravailler des chaînes d’approvisionnement complexes. Rien de tout cela n’est bon pour l’économie à court terme.

Mais les réductions de taux – une forme de stimulation économique – peuvent ralentir l’hémorragie. Elles soutiennent également le marché boursier, qui a aussi peur des barrières douanières de Trump que la Fed. Pourtant, cette dynamique est dangereuse. Plus Trump menace de relever les barrières douanières avant de les imposer, plus la Fed réduit les taux. Et cela, à son tour, l’encourage à menacer encore plus.

Le virage de la Fed vers l’assouplissement monétaire n’est pas seulement d’ordre économique. Elle revêt également une importance politique cruciale. L’état de l’économie sera un facteur déterminant de l’élection présidentielle de 2020. Si l’économie se porte bien, Trump s’en attribuera le mérite. Si elle s’en sort mal, il sera blâmé. Chaque fois que la Fed annonce qu’elle agira pour soutenir l’économie, elle stimule également les perspectives de réélection de Trump.

La Fed fait simplement son travail. Si les politiques commerciales de Trump menacent d’augmenter le chômage ou l’inflation, la Fed est obligée de réagir. Mais les responsables de la politique monétaire américaine se trouvent néanmoins dans une impasse. Ils sont souvent décrits comme étant « indépendants » de la politique. C’est vrai, ils ne reçoivent pas d’ordres de la Maison-Blanche. Mais ils sont entraînés, en fait, par les tweets commerciaux du président. Personne ne veut que la Fed laisse l’économie ralentir inutilement, ce qui signifierait moins d’emplois et des salaires plus bas. Mais l’alternative de la Fed n’est guère plus satisfaisante : utiliser la politique monétaire pour atténuer les coûts des droits de douane et pour faire ronronner l’économie alors que Trump s’attribue le mérite de ses victoires économiques extraordinaires.

Chris Miller est professeur adjoint à la Fletcher School, directeur du département Eurasie au Foreign Policy Research Institute et auteur de Putinomics: Power and Money in Resurgent Russia.

Note du Saker Francophone

C'est un article d'un think-tank globaliste à prendre avec les pincettes d'usage. Il s'appuie notamment sur une lecture Système des données économiques. Mais il est intéressant de voir cet auteur analyser les ressorts des politiques de la Fed dans la perspectives des élections de 2020. On peut aussi le mettre en parallèle avec Brandon Smith qui a lui une vision beaucoup moins légaliste des influences entre élites.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

https://lesakerfrancophone.fr/la-fed-est-lallie-secret-de-trump-dans-la-guerre-commerciale

LA LIBRA DE FACEBOOK VA ACCÉLÉRER LA PERTE DE CRÉDIBILITÉ DES BANQUES CENTRALES


LA LIBRA DE FACEBOOK VA ACCÉLÉRER LA PERTE DE CRÉDIBILITÉ DES BANQUES CENTRALES

PUBLIÉ PAR PHILIPPE HERLIN | 27 JUIN 2019 | ARTICLES1063 

Nous posions la question en mai dernier : les GAFA vont-ils précipiter la chute des banques ? Désormais, avec la cryptomonnaie que va lancer Facebook l’année prochaine, il faut passer à un niveau supérieur : en plus de concurrencer le secteur bancaire traditionnel, la Libra risque d’accélérer la perte de crédibilité des banques centrales. Car cette fois, il ne s’agit pas seulement de nouveaux services de paiement, mais d’une nouvelle monnaie internationale à part entière.

En effet, la Libra sera ce qu’on appelle un stablecoin, c’est-à-dire une cryptomonnaie stable car basée sur un panier de plusieurs grandes devises internationales (dollar, euro, livre sterling, sans doute yen et yuan). Cette stabilité constitue une différence essentielle avec le bitcoin dont la forte volatilité du cours décourage nombre d’utilisateurs. Facebook créera un portefeuille dédié afin de gérer sa monnaie, le Calibra ; là encore, sa simplicité d’utilisation représentera un vrai avantage par rapport aux différents portefeuilles bitcoin existants.

Avec ses presque 3 milliards de membres, Facebook (ainsi que ses filiales Whatsapp et Instagram) possède une force de frappe qu’aucune entreprise n’a jamais possédée dans l’histoire. En conséquence, sa cryptomonnaie peut concurrencer les monnaies souveraines de la planète. Les pays émergents ayant une monnaie inflationniste et pratiquant le contrôle des changes peuvent légitimement voir la Libra comme un concurrent direct. Leur population aura intérêt à basculer sur la nouvelle monnaie pour se libérer de l’inflation qui ronge leur épargne. Les banques centrales des pays émergents doivent sérieusement s’inquiéter et on peut prévoir que beaucoup d’entre elles voudront tout simplement l’interdire.

Pour les pays de l’OCDE, qui bénéficient de devises stables, l’intérêt apparaîtra moins évident au premier abord. Mais la facilité d’utilisation et l’effet de mode peuvent convaincre de nombreux utilisateurs. Mais surtout, ceux qui doutent de la solidité de leurs banques (les Italiens, les Grecs, les Espagnols, les clients de la Deutsche Bank, etc.) peuvent également se reporter sur la Libra afin de protéger leurs avoirs (ne vaut-il pas mieux déposer son cash chez Facebook, qui dispose de plus de 100 milliards de dollars de liquidités et qui pèse 500 milliards de dollars en bourse, soit presque autant que tout le secteur bancaire européen, plutôt que dans une banque au bilan rempli de dettes ?).

Les banques centrales européennes ont flairé le danger et viennent de décider, à l’initiative de la France, de créer une « taskforce » sur les stablecoins dans le cadre du G7. L’inquiétude est réelle, d’autant que leur crédibilité s’érode dangereusement ces temps-ci : la Fed vient d’interrompre sa remontée des taux, la BCE admet qu’elle pourrait continuer sa politique de taux-zéro, pendant que la BoJ reste engluée dans un QE massif. Les acteurs économiques commencent (enfin !) à s’interroger sur la crédibilité des banques centrales (et d’ailleurs le cours de l’or se met à monter…).

Ce type de concurrence s’est déjà produit dans l’histoire : au Moyen Âge, le Florin de Florence et le Ducat de Venise circulaient dans l’Europe entière. Leur teneur garantie en or en faisait des monnaies de confiance par rapport aux devises nationales trop souvent manipulées. Cependant, la Libra ne joue pas dans cette catégorie et c’est son point faible, que l’on a pas encore suffisamment mesuré : l’actif qui le soutiendra sera « la dette de gouvernements stables et peu susceptibles de faire défaut ou de connaître une forte inflation » comme le précise son Livre blanc. Justement, en cas de crise « 2008 en pire », il risque de ne pas y en avoir… Si le yen, l’euro, le dollar s’effondrent et connaissent une vague d’inflation, la Libra sera emportée dans la même tourmente, et les épargnants subiront de sévères pertes. Non, la seule vraie garantie en cas de crise monétaire reste l’or physique, comme à l’époque du Florin et du Ducat.

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale.Tags : OrÉconomieCrise financièreMonnaieBanques centralesPolitiqueQEInflation


PHILIPPE HERLIN CHERCHEUR EN FINANCE / DOCTEUR EN ÉCONOMIE

Chercheur en finance et docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers à Paris. Adepte des penseurs du risque extrême comme Benoît Mandelbrot et Nassim Taleb, ainsi que de l’école autrichienne, il apporte son regard sur la crise actuelle, celle de la zone euro, des dettes publiques, du système bancaire. Auteur d’un livre de référence sur l’or (L’or un placement d’avenir, Eyrolles), il souhaite lui voir jouer un rôle croissant dans nos économies, jusqu’à sa remonétisation pleine et entière.

https://or.fr/actualites/libra-facebook-va-accelerer-perte-credibilite-banques-centrales-1570

LES MINI-BOTS ITALIENS VONT-ILS TUER L’EURO ?

LES MINI-BOTS ITALIENS VONT-ILS TUER L’EURO ?

PUBLIÉ PAR PHILIPPE HERLIN | 13 JUIN 2019 | ARTICLES1710 

Une dizaine de jours après l’élection européenne, la Commission européenne, par la voix de son commissaire Pierre Moscovici, a annoncé une « procédure de déficit excessif fondée sur la dette » envers l’Italie (bizarrement pas la France, qui souffre pourtant d’un déficit public supérieur…). Comme pour répondre à cet affront, le Parlement italien a voté – à l’unanimité, il faut le signaler – une motion concernant la création de « mini-BOTs », c’est-à-dire de Bons du Trésor ordinaires (Buoni Ordinaro del Tresorio) de montant unitaire faible (« mini »), du niveau d’un billet de banque, pour pouvoir être utilisé couramment. Ils n’offriraient pas d’intérêts et seraient sans échéance, ce qui les assimileraient à des monnaies traditionnelles.

Ces mini-BOTs répondraient à un problème concret et lancinant : l’État italien a des arriérés de paiement d’environ 60 milliards d’euros envers les entreprises italiennes. Solder cette dette creuserait le déficit et l’endettement public de façon importante, ce que Bruxelles interdit. D’où l’idée des mini-BOTs, qui seraient émis pour le montant de cette dette, versés aux entreprises, qui pourraient ensuite s’en servir pour payer leurs impôts, sans que les « critères de Maastricht » ne soient affectés.

Ensuite, ce circuit fermé (État-entreprises-État) pourrait s’élargir : les entreprises pourraient utiliser ces mini-BOTs entre elles, puis pour payer une partie des salaires de leurs salariés et, ainsi, les particuliers pourraient les utiliser. Ces mini-BOTs deviendraient alors une véritable monnaie parallèle. Dans ce modèle, 1 mini-BOT = 1 euro, on resterait dans le cadre de l’euro, même si cette création monétaire irait à l’encontre des traités européens qui imposent une monnaie unique.

L’étape suivante consisterait à décréter que 1 mini-BOT = 1 « nouvelle lire », par exemple, et qu’elle soit cotée sur le marché des changes aux côtés des autres devises, dont l’euro, pour se retrouver dans un système à deux monnaies. La marche ultime serait de convertir, du jour au lendemain, les avoirs en euros dans la nouvelle monnaie (1 euro = 1 nouvelle lire). Et voilà l’Italie sortie de l’euro ! L’Italexit est mis en œuvre. Tout ceci relève de la fiction, bien entendu, mais les Italiens viennent tout de même de décider d’en écrire la première page avec cette motion parlementaire.

Il y a juste un petit oubli dans ce scénario : la balance Target2. Ce système de compensation entre les banques centrales de la zone euro traduit les déséquilibres des balances des paiements entre les pays (quand un Italien achète une Mercedes, cela se concrétise par une créance de la Banque centrale allemande sur la Banque centrale italienne). Le déficit se creuse pour l’Italie (500 milliards d’euros) tandis que les créances explosent pour l’Allemagne (plus de 900 milliards d’euros), qui serait ainsi la grande perdante d’un Italexit ! Un cataclysme susceptible de faire exploser la monnaie unique.

Alors, finalement, peut-être que ces mini-BOTs ne sont qu’un moyen de pression sur Berlin, le vrai patron en Europe, pour que le gouvernement italien puisse légèrement accroître son déficit budgétaire (qui restera inférieur au déficit français, mais personne ne vient embêter Macron, moins turbulant que Salvini il est vrai…). Ou peut-être pas ; les Italiens auraient déjà pris la décision de s’affranchir de la monnaie européenne, et ils y vont pas à pas. Les mois qui viennent seront cruciaux, et la perspective d’une nouvelle crise de l’euro, d’un niveau nettement supérieur à la crise grecque en 2011, se renforce.

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale.


PHILIPPE HERLIN CHERCHEUR EN FINANCE / DOCTEUR EN ÉCONOMIE

https://or.fr/actualites/mini-bots-italiens-vont-ils-tuer-euro-1559

RECORD DE SALARIÉS MILLIONNAIRES À LA DEUTSCHE BANK : DERNIÈRE FÊTE AVANT L’EFFONDREMENT ?

RECORD DE SALARIÉS MILLIONNAIRES À LA DEUTSCHE BANK : DERNIÈRE FÊTE AVANT L’EFFONDREMENT ?

PUBLIÉ PAR PHILIPPE HERLIN | 16 MAI 2019 | ARTICLES2367 

Selon un palmarès établi par Les Echos, parmi les dix-sept principales banques européennes, la Deutsche Bank compte le plus grand nombre de salariés rémunérés plus d’un million d’euros par an, 643 exactement, devant Barclays (542) et HSBC (399), pourtant la première banque de l’UE par le bilan.

Ce chiffre est proprement scandaleux, car la première banque allemande ne présente pas des performances exceptionnelles, loin de là. Elle affiche certes une année 2018 bénéficiaire, mais de justesse (267 millions €), et qui vient après trois années de pertes. Son plus gros moteur, la banque d’investissement, a vu ses profits avant impôts passer de 1.705 à 530 millions € entre 2016 et 2018, et au premier trimestre 2019, la division était déficitaire. Plus inquiétant, la Deutsche Bank est la banque la plus exposée aux produits dérivés dans le monde, avec un montant estimé de 64.000 milliards $, soit 16 fois le PIB de l’Allemagne… Pas de quoi pavoiser. Les investisseurs ne s’y trompent d’ailleurs pas, son cours de bourse est massacré : -90% depuis son plus haut atteint en mai 2007.

Autre élément inquiétant, la banque est impliquée dans l’un des plus grands scandales de blanchiment de l’histoire, celui de la banque danoise Danske Bank, pour le montant record de 180 milliards €. La fraude passait par sa filiale située en Estonie, mais la Deutsche Bank gérait 80% des flux en provenance de la banque danoise pour ses clients en Russie… Affaire dans l’affaire, l’organisme de contrôle des banques – l’Autorité bancaire européenne (ABE) – aurait enterré une enquête sur ce scandale. À l’époque c’est la française Danielle Nouy qui dirigeait l’institution (son mandat courait du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2018), mais elle ne s’exprime pas, pour l’instant tout du moins.

Dans ce cadre, le fait que la Deutsche Bank s’affiche en tête pour le nombre de salariés millionnaires s’apparente à une entreprise de prédation. Sans doute y a-t-il un sentiment d’urgence, la dernière fête avant l’effondrement, Take the Money and Run (prend l’argent et sauve toi), la dernière coupe de champagne sur le Titanic en train de couler…

Ce chiffre de 643 millionnaires s’explique. Nous sommes en effet au croisement de deux perversions du capitalisme, difficilement évitables lorsque l’État a acquis une taille si importante comme c’est le cas dans nos sociétés contemporaines :

– Le Too big to fail (trop gros pour faire faillite), qui rend la faillite impensable par le cataclysme qu’elle provoquerait, le soutien de l’État obligatoire, où la sanction du dépôt de bilan disparaît et pousse à prendre encore plus de risques.

– Le Crony capitalism (capitalisme de connivence) c’est-à-dire les liens étroits entre l’État et les grandes entreprises, le premier protégeant le second en échange de menus services (embauche de membres du cercle du pouvoir, ou valises de billets, cf le scandale Danske Bank plus haut).

« Les rats quittent le navire », dit-on, lorsque la tempête s’annonce, mais dans les banques ce sont plutôt les officiers qui partent en premier, et en emportant l’argenterie. Cette information est vraiment inquiétante quant à la pérennité de la Deutsche Bank.

La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors qu’elle est accompagnée d’un lien vers la source originale.


PHILIPPE HERLIN CHERCHEUR EN FINANCE / DOCTEUR EN ÉCONOMIE

https://or.fr/actualites/record-salaries-millionnaires-deutsche-bank-derniere-fete-avant-effondrement-1539

Savez vous à quel point les frais bancaires sont un véritable arnaque légalisée.

ACCUEIL » ACTIONS FNACAB » SAVEZ VOUS À QUEL POINT LES FRAIS BANCAIRES SONT UN VÉRITABLE ARNAQUE LÉGALISÉE.

Savez vous à quel point les frais bancaires sont un véritable arnaque légalisée.

STATS DU SITE

  • 244 747 visites

VOUS SUIVEZ CE BLOG

Vous, et 124 autres personnes formidables, suivez ce blog.  Gestion

STATS DU SITE

  • 244 747 visites

STATS DU SITE

  • 244 747 visites