Archives pour la catégorie SOCIETE

EXCLUSIF – 17 novembre: – Gilets jaunes L’armée placée en alerte

EXCLUSIF – 17 novembre: – Gilets jaunes L’armée placée en alerte

Publié par wikistrike.com sur 16 Novembre 2018, 13:20pm

Catégories : #Politique intérieure, #Social – Société

EXCLUSIF - 17 novembre: - Gilets jaunes L'armée placée en alerte

Selon un informateur militaire en service en région parisienne, sa caserne a ce matin été placé en alerte, ce qui signifie que l’ensemble des effectifs doivent être présents. « On nous a bien dit de nous tenir prêts, mais que nous ne sortirons pas que si la situation devait l’exiger » nous a-t-il confié.

 

Opération « gilets jaunes » ?

Dans l’incertitude complète autour de la mobilisation citoyenne et face à de probables blocages sauvages, Emmanuel Macron et le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ont donc préféré ne prendre aucun risque quant à la sécurité des français. Répression ou non, les chars sont prêts à prendre position.

Dans la matinale de J.J. Bourdin, C. Castaner l’a bien précisé; « S’il faut envoyer l’armée pour empêcher le blocage, nous enverrons l’armée. »

Par ailleurs, des milliers de policiers vont être mobilisés partout en France, et certains d’entre eux soutiennent le mouvement, une raison de plus pour alerter l’armée.

 

Un mouvement qui s’inscrit dans la durée ?

De plus, le conflit pourrait s’étendre sur plusieurs jours, selon les dires des « gilets jaunes » eux-mêmes, et engendrer une paralysie de l’économie française. Visiblement, le gouvernement ne souhaite en aucun cas qu’il s’inscrive dans la durée.  Ce qui est certain, dans ce flou artistique total, c’est qu’un climat insurrectionnel gagne l’Hexagone. Ni syndicalisé, ni politique, mais venu des français lambda, l’on peut effectivement parler d’un mouvement pré-révolutionnaire, une grogne qui peut vite dégénérer.

 

Un mouvement européen ?

Après la France, la Belgique passe à son tour à la mode jaune où des blocages sont déjà répertoriés, ce, sur tout le territoire. Le danger d’un débordement frontalier est réel, après la Belgique, il existe des mouvements embryonnaires dans divers pays d’Europe comme en Italie, qui n’est pas réputée activiste. Plus que la France, l’UE est aujourd’hui sous la menace .

 

 

Joseph Kirchner pour WikiStrike

Publicités

La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019

La redoutable stratégie des Rothschild pour 2019

Publié par Brujitafr sur 16 Novembre 2018, 04:41am

Catégories : #ACTUALITES, #POLITIQUE, #ECONOMIE – FINANCE

La Hongrie se félicite de sa politique familiale : + 42% de mariages en 8 ans, « L’UE a choisi l’immigration, nous préférons le soutien aux familles »

Ces dernières années, trouver la réponse adéquate au déclin démographique de l’Europe est devenu l’une des principales sources de désaccord entre l’UE et la Hongrie. Alors que les bureaucrates bruxellois et les libéraux européens considèrent l’immigration comme la solution nécessaire et inévitable, le gouvernement hongrois s’est engagé à augmenter le taux de natalité par des mesures plus efficaces de soutien aux familles.

La prochaine consultation nationale vise à recueillir l’avis des citoyens sur les fondements d’un puissant programme de soutien aux familles, dans l’espoir d’envoyer un message clair : l’Europe ne peut pas être relancée sans renforcer les familles.

Depuis 2010, date à laquelle le gouvernement du Premier ministre Orbán a pris ses fonctions, la politique familiale hongroise a donné des résultats concrets : en 2017, le nombre d’avortements ont chuté de plus d’un tiers, passant de 40 449 à 28 500, les divorces ont nettement diminué (de 23 873 en 2010 à 18 600 en 2017) et le nombre des mariages ont augmenté de 42 %.

Lors d’une conférence de presse, la secrétaire d’État, Csaba Dömötör, a déclaré que dans le questionnaire, les sujets abordés seront les mesures possibles pour soutenir les jeunes couples mariés, les incitations supplémentaires pour élever plus d’enfants et offrir aux femmes qui élèvent des enfants des possibilités d’emploi plus flexibles.

M. Dömötör a réitéré que d’ici 2019, les dépenses publiques consacrées aux programmes de politique familiale seront doublées par rapport au montant alloué à des fins similaires en 2010.

(…) About Hungary

http://www.citoyens-et-francais.fr/2018/11/la-hongrie-se-felicite-de-sa-politique-familiale-42-de-mariages-en-8-ans-l-ue-a-choisi-l-immigration-nous-preferons-le-soutien-aux-f?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Partager cet article

Général Soubelet : «Finalement la situation intérieure est plus grave que prévu»

2 novembre 2018

Pour le Général Soubelet, général de corps d’armée, ex-numéro trois de la gendarmerie nationale, l’État doit résoudre sans traîner la ségrégation religieuse, sociale et ethnique qui s’instaure dans les «ghettos» français. Il enjoint les responsables politiques à tenir un discours de vérité.

 

«La France se mérite, y vivre est un privilège !»

Finalement la situation intérieure est plus grave que prévu. C’est le triste constat de ceux qui gouvernent le pays et qui ont été sourds aux avertissements et aux informations des acteurs de terrain qui vivent quotidiennement les dérives de notre société.

Mais depuis le départ de Gérard Collomb, les langues se délient.

Souvenons-nous du funeste discours du ministre de l’Intérieur sortant qui, au détour d’une phrase, prophétise que nous vivrons bientôt «face à face»! Mais c’est déjà le cas dans beaucoup de quartiers de nos villes de France.

«De France?» rétorqueront les adeptes de la provocation, tant il est difficile d’imaginer que certaines rues avec leurs échoppes, leurs commerces divers et le profil des passants ont un lien avec les racines de notre pays. […]

news.yahoo/ Le Figaro

http://www.citoyens-et-francais.fr/2018/11/general-soubelet-finalement-la-situation-interieure-est-plus-grave-que-prevu.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

La radicalisation islamiste gagne-t-elle nos forces de l’ordre ?

Editoriaux 31 octobre 2018

La radicalisation islamiste gagne-t-elle nos forces de l’ordre ?

C’est une simple question posée dans les colonnes de Valeurs actuelles, qui vient relancer un débat jusque-là traité de manière assez confidentielle : « Riss, le directeur de Charlie Hebdo, a-t-il été protégé par un policier radicalisé ? » Il semblerait, en effet, qu’à l’issue d’un contrôle de routine de la part de l’administration policière, l’agent chargé de la protection rapprochée du journaliste ait été écarté en raison « d’un avis défavorable à la reconduction de son habilitation de la part de la Direction générale de la sécurité intérieure ». En d’autres termes, les services de renseignement ont considéré que ce fonctionnaire, qui avait apparemment consulté des sites islamistes sur Internet, présentait un danger potentiel pour la sécurité de la personnalité qu’il était censé protéger. Si l’on ne peut que se réjouir d’une telle mesure, on ne peut, toutefois, que s’interroger sur la réalité et la portée d’un phénomène qui toucherait, désormais, l’ensemble des forces de l’ordre et, au-delà, notre administration et nos armées.

Il y a deux ans déjà, une note interne à la préfecture de police de Paris attirait l’attention de l’ensemble de la hiérarchie policière et des responsables politiques sur le comportement de certains policiers. C’est ainsi qu’il était fait état, dans ce document confidentiel, de gardiens de la paix écoutant des versets du Coran alors qu’ils se trouvaient en service, de policières sortant des vestiaires, après leur vacation, couvertes d’un « hidjab », ou encore d’adjoints de sécurité repérés pour fréquenter des associations abritant des musulmans radicalisés, ou postant sur les réseaux sociaux des messages franchement antisémites.

Mais l’institution policière n’est pas la seule concernée. C’est ce qu’un autre rapport, émanant de la commission de la défense de l’Assemblée nationale, révélait à la même période, et de manière très circonstanciée, en dénonçant la présence de plusieurs dizaines de militaires radicalisés dans les rangs de l’armée française. Ces éléments étaient d’ailleurs corroborés par quelques cas de désertion de soldats français ayant rejoint les forces armées de l’État islamique.

Enfin, d’une façon plus générale mais moins précise, tant il est compliqué de surveiller les individus dans un État démocratique, plusieurs notes d’attention faisaient état de comportements problématiques au sein de diverses administrations de notre pays.

La problématique soulevée, une nouvelle fois, par la découverte, auprès d’une personnalité potentiellement menacée, d’un fonctionnaire de police à tout le moins suspect relance donc un débat de fond sur l’état de la contamination qui est susceptible de toucher, aujourd’hui, l’ensemble de notre société. En effet, si, depuis quelques années, des procédures de détection ont été mises en place en préalable à tout recrutement dans les services sensibles (police, gendarmerie, armée, administration pénitentiaire…), celles-ci ont cependant leurs limites, tant les accès aux données personnelles ont été rendus compliqués par les restrictions législatives successives.

Par ailleurs, le phénomène de dissimulation ne peut absolument pas être exclu de la part d’individus qui sont convaincus, aujourd’hui, de mener un vrai combat contre nos démocraties. C’est donc bien à un phénomène majeur que sont confrontés nos services de renseignement et de sécurité. Leur efficacité repose en grande partie sur l’implication de chacun pour détecter à temps celles et ceux qui, le moment venu, pourraient profiter de leur position pour porter un coup fatal à nos concitoyens et à nos institutions. Et là, il ne s’agit plus de science-fiction.

http://www.bvoltaire.fr/la-radicalisation-islamiste-gagne-t-elle-nos-forces-de-lordre/

Grand Orient de France : Jean-Luc Mélenchon pourrait être suspendu de son obédience maçonnique

Grand Orient de France : Jean-Luc Mélenchon pourrait être suspendu de son obédience maçonnique

Grand Orient de France : Jean-Luc Mélenchon pourrait être suspendu de son obédience maçonnique© Philippe Wojazer Source: Reuters
Jean-Luc Mélenchon le 21 novembre 2017 à Paris.
AddThis Sharing Buttons

Share to TelegramShare to WhatsAppShare to Google+Share to Plus d’options…Share to Imprimer

Le leader insoumis serait visé par une procédure exceptionnelle de suspension du Grand Orient de France. En cause notamment, son altercation avec les forces de l’ordre et un vice-procureur en marge des perquisitions au siège de son parti.

Selon les informations de L’Express, le conseil de l’Ordre du Grand Orient de France (GODF), la première obédience maçonnique française en termes de membres (53 000 individus), aurait pris la décision de lancer une procédure interne visant Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise (LFI) et plusieurs fois candidat à l’élection présidentielle française.

C’est son comportement envers des représentants de la justice, de la police ainsi que des journalistes lors de la perquisition à son domicile et au siège de son parti ce 16 octobre qui est pointé du doigt par ses frères. La justice interne du GODF devra statuer sur une suspension temporaire de l’ancien sénateur socialiste, une procédure «rarissime» selon L’Express.

Comme Jean-Luc Mélenchon est connu de longue date comme étant franc-maçon, le GODF redoute en effet que ses récents agissements ne rejaillissent sur la réputation de l’institution. Les images de la perquisition à l’intérieur du siège de LFI, où on voyait notamment Jean-Luc Mélenchon tenir tête aux forces de l’ordre et bousculer un vice-procureur de Paris, avaient été largement diffusées. Le GODF, classé à gauche, est «connu pour son attachement aux valeurs de la République, chères aux magistrats et aux policiers», explique en outre le quotidien pour justifier cette saisine.

L’obédience franc-maçonne s’appuierait à la fois sur l’ouverture d’une enquête par le parquet de Paris à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon pour «menaces ou actes d’intimidation contre l’autorité judiciaire» et «violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique», et sur la plainte de Radio France relative aux propos du député des Bouches-du-Rhône à l’égard des journalistes du média public.

Le magazine révèle enfin que le «cas Mélenchon» a suscité le débat au sein du GODF. Une quarantaine de membres auraient ainsi fait pression sur l’exécutif du GODF afin qu’il s’en saisisse. Cependant la décision de lancer la procédure de suspension aurait finalement été prise à la majorité de 30 voix contre trois. Les juges internes au GODF devraient donc se réunir dans les deux mois. Néanmoins, ceux-ci, indépendants, ne sont pas tenus d’accéder à la requête de l’exécutif de l’obédience. Jean-Luc Mélenchon devrait en tout état de cause être invité à présenter sa défense.

https://francais.rt.com/france/54980-grand-orient-france-jean-luc-melenchon-pourrait-etre-suspendue-obedience-maconnique

 

Construire un front de libération nationale Appel du Comité Valmy

Accueil du site > – EURO DICTATURE OCCIDENTALISTE et OTAN : En sortir pour s’en (…) > Construire un front de libération nationale Appel du Comité (…)

Construire un front de libération nationale
Appel du Comité Valmy

vendredi 26 octobre 2018, par Comité Valmy


Construire un front de libération nationale

Depuis des décennies, le Comité Valmy, issu du combat contre la ratification du traité de Maastricht, œuvre pour le rassemblement de tous les citoyens ayant au cœur l’indépendance de la France et la souveraineté pleine et entière de son peuple. Dans le même temps, notre Comité milite pour une République sociale et laïque, fidèle dans le domaine économique et social à l’esprit du Conseil National de la Résistance et de son programme.

Cette recherche d’un rassemblement le plus large possible est symbolisée par notre mot d’ordre d’ *Union du peuple de France*. Elle est en contradiction avec la pratique de ceux qui estiment que toute stratégie unitaire reste conditionnée par le clivage gauche-droite, clivage qui selon nous ne représente pas la ligne de fracture actuelle.

Ainsi, une vision dogmatique conduit certains à proposer de sortir de l’Union européenne « par la porte de gauche ». Cet objectif nous semble caractéristique d’une stratégie étriquée et ambiguë d’union de forces de gauche véritablement patriotes, ou jouant occasionnellement et selon les circonstances, la carte d’un souverainisme de façade.

Sur l’autre rive, Dupont-Aignan et son mouvement « Debout la France » prônent aujourd’hui « l’union de toutes les droites », de Laurent Wauquiez à Marine Le Pen.

Ces stratégies vont à l’encontre de l’objectif du vaste rassemblement anti oligarchique, dépassant le clivage gauche-droite et capable d’unir l’immense majorité de notre peuple victime de l’UE, que propose le Comité Valmy.

En effet, limiter le rassemblement des citoyens partisans de la sortie de la France de l’Union européenne à un seul segment de l’arc-en-ciel politique exclut ceux correspondant à d’autres sensibilités.

Promouvoir le rassemblement de toute la droite, c’est inclure dans cette perspective les politiciens de la mouvance qui a mené au pouvoir une politique fédéraliste sur le plan européen – orientation qu’ils revendiquent toujours aujourd’hui.

Il s’agit là d’un abandon des valeurs dont se prévalaient il y a encore peu de temps Dupont-Aignan et ses amis, ainsi que les soutiens de Philippot au Front National.

Le Comité Valmy rassemble des citoyens représentant des sensibilités diverses. Certaines se revendiquent du marxisme, d’autres de valeurs gaullistes, ou simplement relèvent d’un choix républicain, au sens laïc et social.

Tous les membres de notre Comité sont patriotes, quel que soit leur choix de société.

Aujourd’hui, l’accentuation de la politique supranationale et fédéraliste du président de la République, son souci de substituer à ce qui reste de souveraineté française, le concept de « souveraineté européenne », sa volonté d’en finir avec le « modèle social français », celle de réduire au minimum les règles parlementaires au profit d’un comportement bonapartiste, son alignement sur une Allemagne dominatrice, caractérisent une politique de négation de la nation française qui doit conduire à un sursaut national.

C’est la volonté du Comité Valmy d’en être un artisan déterminé.

C’est pourquoi notre organisation souhaite coopérer avec tous mouvements et personnalités fondamentalement attachés aux valeurs démocratiques et de progrès social, et qui veulent que la France recouvre son indépendance et sa pleine souveraineté.

C’est en réaffirmant notre volonté unitaire de rassemblement des forces souverainistes et notre démarche d’union du peuple de France que le Comité Valmy lance un appel solennel à tous les Français, à tous les mouvements et organisations qui se reconnaissent dans cette perspective, à construire le rassemblement le plus large possible – comme la Résistance l’incarnait, du temps où la France était asservie par le joug étranger et nazi.

L’extrême gravité de la situation actuelle, conséquence de la politique de trahison nationale de l’oligarchie européiste, rend aujourd’hui nécessaire la constitution d’un front de libération nationale pour rétablir la souveraineté de notre peuple-nation.

Le Bureau national du Comité Valmy
Paris le 22 septembre 2017

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article9036

Sécu : fin d’un compromis historique

 

 

Si le gouvernement invoque une conjoncture favorable, les causes sont aussi à chercher du côté d’une maîtrise très forte des dépenses sociales, et ce, depuis longtemps. Pour la branche vieillesse, les différentes réformes engagées en 1993, 2003 et 2010, qui ont repoussé l’âge de départ à la retraite, produisent leurs effets, avec un tassement du montant moyen liquidé. Pour la branche maladie (déficitaire de 500 millions d’euros en 2019), le contrôle des dépenses a été obtenu par un effort sur le prix des médicaments et par une compression des dépenses à l’hôpital public, qui a entraîné une dégradation des conditions de travail des soignants.

Pour la branche maladie, le contrôle des dépenses a été obtenu par un effort sur le prix des médicaments et par une compression des dépenses à l’hôpital public

Certaines dépenses de la branche famille ont, elles, diminué. Les réformes de 2014 et 2015 sur le congé parental (CLCA devenu PreParE), menées au nom de l’égalité femmes-hommes, n’ont par exemple pas permis d’augmenter la participation des pères, mais elles ont de fait conduit à une baisse du montant et du recours aux prestations : de deux milliards d’euros de prestations versées en 2013, on n’est plus qu’à un milliard en 2018, sans qu’on puisse l’imputer à la seule évolution démographique.

En 2019 et 2020, le gouvernement continuera d’appuyer sur le frein. Les allocations familiales et les pensions de retraite seront quasiment gelées : elles ne seront revalorisées qu’à hauteur de 0,3 %, alors que l’inflation sera comprise entre 1,7 % et 2 %. Quant à l’hôpital, ce sont 3,8 milliards d’euros d’économies qui sont exigées (au lieu des 4,2 milliards initialement prévus).

Fin du compromis historique

Mais la rupture majeure du budget 2019 de la Sécurité sociale est ailleurs. Elle ne se voit pas encore dans les comptes et tient à la fin d’un compromis historique. Depuis la loi Veil de 1994, il était inscrit au code de la Sécurité sociale que l’Etat compensait à l’euro près « toute mesure de réduction ou d’exonération de cotisations de Sécurité sociale pendant toute la durée de son application ». Cet article va être modifié.

Dès 2019, l’Etat ne compensera pas la baisse du forfait social, qui va coûter 500 millions d’euros à la Sécurité sociale, ni l’exonération de cotisations sur les heures supplémentaires. Les effets de cette décision vont se faire sentir sur les recettes des années à venir.

Dès 2019, l’Etat ne compensera pas la baisse du forfait social, qui va coûter 500 millions d’euros à la Sécurité sociale, ni l’exonération de cotisations sur les heures supplémentaires

Ce changement s’ajoute à une évolution de long terme : depuis les années 1990, les sources de financement de la Sécurité sociale se sont diversifiées. Historiquement, la Sécurité sociale était une caisse autonome, ayant ses recettes propres, les cotisations sociales. Depuis près de trois décennies, les gouvernements successifs ont renoncé à augmenter les cotisations sociales. Leur part (55 % du financement de la Sécurité sociale en 2017) va encore diminuer dans les années à venir. Parallèlement, la CSG, créée en 1991, mais aussi une multitude d’impôts et taxes affectées (ITAF), en constituent une part croissante (plus de 30 % en 2017).

Or si la CSG suit naturellement l’évolution de la masse salariale2, puisque elle est indexée sur les salaires, ce n’est pas le cas des autres ITAF (taxes sur le tabac, les casinos, l’alcool… ). Ces multiples taxes peuvent être réaffectées d’une année à l’autre entre branches de la Sécurité sociale ou vers l’Etat, ou voir leur taux augmenter moins vite que les besoins auxquels elles sont censées répondre. Autant de moyens pour l’Etat de décider discrètement et au fil de l’eau des recettes de la Sécurité sociale, dont les besoins de financement augmentent du fait du vieillissement de la population, du poids croissant des maladies chroniques, et des progrès de la médecine.

D’après le New York Times, Trump envisagerait d’abolir le genre « transgenre »

D’après le New York Times, Trump envisagerait d’abolir le genre « transgenre »

L’administration Trump envisage de définir le genre comme étant strictement biologique, déterminé par le sexe à la naissance, dans ce qui serait l’initiative la plus ferme d’un recul général, sous sa présidence, de la reconnaissance et de la protection des personnes transgenres par la loi fédérale des droits civils

 

Une série de décisions prises sous la présidence Obama avaient assoupli la définition légale du sexe, dans les programmes fédéraux, notamment l’éducation et la santé, le reconnaissant comme étant d’abord un choix individuel, et provoquant des débats au sujet des toilettes, des dortoirs (…) et d’autres domaines où le genre était autrefois un concept simple (…).

D’après un document que s’est procuré le New York Times, le Ministère de la Santé chercherait à établir une définition du sexe (…) qui bannirait les différences de genre des programmes éducatifs soutenus par des fonds publics.

Le Ministère explique dans ce document que des agences gouvernementales clés avaient besoin d’adopter une définition explicite et unique du genre « sur une base biologique qui soit claire, fondée sur la science, objective et fonctionnelle. »

La définition proposée définirait le sexe comme étant soit masculin soit féminin, invariable, et déterminé par les organes génitaux avec lesquels une personne est née, d’après une ébauche compulsée par le Times. Toute contestation du sexe d’une personne devrait s’appuyer sur un test génétique.
(…)

L’une des premières mesures décisives prises par les ministères de l’Education et de la Justice sous la présidence Trump avait été la suppression des mesures de l’ère Obama concernant les étudiants transgenres qui voulaient utiliser des toilettes correspondant à leur identité de genre. Depuis, le Bureau des droits civils du ministère de l’Education a interrompu et annulé les procédures pour discrimination entamées par des étudiants au sujet de leur accès aux toilettes scolaires (…).

The New York Times

http://www.citoyens-et-francais.fr/2018/10/d-apres-le-new-york-times-trump-envisagerait-d-abolir-le-genre-transgenre.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Philippe de Villiers : « Éric Zemmour est quelqu’un de puissant intellectuellement

Philippe de Villiers : « Éric Zemmour est quelqu’un de puissant intellectuellement »

Philippe de Villiers : « Éric Zemmour est quelqu’un de puissant intellectuellement (…) Là où Emmanuel Macron et tous ceux qui tapent sur Zemmour se trompent, c’est que c’est les populistes qui vont gagner. »

Source : i24 News, jeudi 18 octobre 2018, 12h49

https://www.ndf.fr/politique/20-10-2018/philippe-de-villiers-eric-zemmour-est-quelquun-de-puissant-intellectuellement/